Skip to main content

Couronnes, sceptres et trônes

Puisqu’on est dans le thème du fantastique et surtout des personnages liés au Moyen Age (avec mes deux derniers thèmes sur les dragons et les chevaliers), autant continuer sur la même lignée. Je vous prépare quatre beaux articles sur des personnages royaux et on commence tout de suite avec les rois ! Par ordre antéchronologique de parution.

 

Le petit Guili de Mario Ramos, paru en 2013 chez Pastel

Un petit lion avait fait de grandes promesses pour le jour où il serait couronné. Mais une fois devenu roi, les belles promesses se sont transformées en lois plus cruelles les unes que les autres. Comme celle qui interdit aux oiseaux de voler et oblige les parents à briser les ailes de leurs petits dès la naissance. Mais Tiffany, jeune oiselle, n’a pas le cœur de faire souffrir son oisillon, le petit Guili. Elle ne lui apprendra pas à voler et c’est tout. Seulement, le jour où Guili tombe sur le roi et sa troupe, il trouve tellement ridicule d’avoir un roi qui décide tout pour tout le monde qu’il s’envole et lui pique sa couronne ! Evidemment personne ne peut rattraper le petit Guili, surtout qu’aucun autre oiseau ne peut voler. L’oisillon s’enfuit donc en quête d’un nouveau roi et pose la couronne sur diverses têtes successives. Mais aucun roi ne propose de bonnes choses. Au final, la couronne est bien mieux au fond de l’eau.

Je suis heureuse de pouvoir commencer cet opus par le dernier ouvrage de Mario Ramos avant qu’il ne nous quitte. Un joli conte philosophique contemporain pour faire réfléchir sans en avoir l’air. Avec, comme toujours chez Mario Ramos, des images douces, pastel et rondes, pour distiller de l’amour aux quatre coins de son récit.

Lire plus

Love, Simon

Love, Simon de Greg Berlanti,
adaptation du livre Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens de Becky Albertalli

Coucou les Cocos,

Je vous avais préparé une superbe introduction, remplie d’amour, de mots et de tendresse, expliquant quand comment et pourquoi je suis tombée sur Love Simon. Mais finalement, je me suis dis qu’on n’avait qu’une vie et qu’elle n’était certainement pas destinée à lire un paragraphe interminable sur le quand, le comment et le pourquoi d’un film.
Bon, en vrai, c’est surtout parce que j’entends le tonnerre gronder au loin et que j’ai bien envie de vous livrer cet article avant que ma connexion internet ne saute. Alors, c’est parti pour une course contre la montre digne de Mission Impossible !

Lire plus

Ikigami, préavis de mort

Ikigami, préavis de mort de Motorô Mase, 10 tomes parus entre 2009 et 2012 chez Kazé manga

Vous l’aurez compris ces derniers temps avec mes présentations du prix Mangawa et mes sélections sur les masses critiques de Babelio, désormais la fièvre manga m’a atteinte. Je ne sais pas si cela durera (j’ai parfois des lubies qui s’estompent au bout d’un moment), mais en tout cas pour l’instant j’adore et j’en profite. Je ne suis pas devenue une incollable sur les mangas, loin de là, mais je commence à en apprécier de plus en plus. Je reste assez loin de Dragon Ball, Pokemon ou GTO. Je ne suis pas fan des Shojo. Je me rends compte que le fantastique ne m’intéresse pas forcément plus que ça dans les mangas et que j’ai besoin de quelque chose de plus terre à terre, alors que dans mes lectures de romans occidentaux c’est plutôt l’inverse. En revanche, j’aime flâner dans ma médiathèque, qui possède un très beau rayon mangas, pour y dénicher de petites pépites. L’avantage c’est que ça se lit vite et que si j’aime, très souvent ce sont de grosses séries donc j’ai de quoi me faire plaisir par la suite. C’est aussi pour ça que je ne suis pas forcément l’actualité manga, mais que je me penche plus sur d’anciennes séries déjà finies ou presque.

Me voici donc aujourd’hui pour vous présenter un manga qui n’est pas issu du prix Mangawa, mais d’une découverte personnelle. Enfin, plutôt conseillé par la femme de mon cousin qui travaille dans la maison d’édition du manga que je vais vous présenter. Merci merci pour ce bon conseil !

 

« On ne peut réaliser le véritable prix de la vie tant qu’on n’a pas été confronté à la mort. Pour faire prendre conscience à sa population de la valeur de la vie, notre pays (le Japon) s’est doté depuis de longues années de la loi de sauvegarde de la prospérité nationale. A leur entrée à l’école, tous les enfants subissent la vaccination de prospérité nationale. Le vaccin contient une nanocapsule qui ôtera la vie à un jeune sur mille, à une heure programmée entre 18 et 24 ans. L’intéressé n’est averti de son sort que 24 heures avant l’instant fatidique, quand un agent du gouvernement vient livrer son préavis de mort : l’Ikigami. Que feriez-vous de vos dernières 24 heures ? »

Lire plus

Résultats Concours de l’été 2018

Holà, Hello, Bonjour les Loulous, Bonjour les Cocos !

Après une année riche en émotions et en lecture, notre concours de l’été 2018 était l’occasion de vous remercier pour votre soutien sans faille. Encore une fois, il eut beaucoup de succès, ce qui nous met du baume au cœur. Mais il est désormais temps d’annoncer les gagnants de cette cuvée 2018 ! 

Gagnante du lot n°1, dit enfants : Magalie Lebricon
Gagnante du lot n°2, dit ados : Jessica Païga

Toutes nos félicitations aux championnes ! Elles seront contactées par message privé dans les plus brefs délais 🙂 

Et nous tenons également à vous remercier, vous tous, qui nous lisez chaque jour d’avantage. Merci d’avoir participé à ce concours merveilleux ! Restez surtout connectés sur notre page facebook et notre site pour d’autres concours et de merveilleuses chroniques tout au long de l’année ! 

Bonne lecture les Loulous, et les Cocos ! 

 

La Faucheuse, tome 2, Thunderhead

La Faucheuse, Thunderhead, de Neal Shusterman

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, malgré le soleil qui frappe toujours aussi fort, malgré les vacances de quasi toute la France, et malgré notre concours de l’été, je vais venir ternir l’ambiance festive de l’été en vous parlant d’un sujet pas très joyeux : la mort !

Mais, diront les plus attentifs d’entre vous, ne vous ai-je pas déjà fait ce coup là récemment ? La réponse est oui, et même que si vous avez loupé mon superbe article sur la Mort n°1, aka La Faucheuse tome 1, vous pouvez vous rattrapez ici.
Sinon, vous pouvez rester avec moi pour découvrir la suite des aventures de Rowan et Citra, nos deux faucheurs préférés. Attention toutefois, je compte spoiler à grands flots, aussi si vous n’avez pas lu le tome 1, et que vous comptez le faire, je n’ai qu’un seul conseil à vous donner : « Fuyez, pauvres fous ! »

Lire plus

Les nouvelles aventures de Yaya et Tuduo – Tome 1

Les nouvelles aventures de Yaya et Tuduo – Tome 1 : Le fantôme de l’orphelinat, par Patrick Marty (texte) et Golo Zhao (illustrations), paru aux éditions Fei en juin 2018

Aujourd’hui, je vous présente, avec un immense plaisir, la suite d’une série BD qui m’avait transportée quand je l’avais découverte. Souvenez-vous, La balade de Yaya (9 tomes) avait pour moi été un enchantement à découvrir, une bande dessinée douce et émouvante, sur fond de faits réels durs, avec des personnages extrêmement attachants. Eh bien, fort de son succès, avec 200 000 lecteurs pour cette saga, la maison d’édition Fei a décidé de continuer l’aventure. Après une campagne Ulule qui a superbement bien marché (145% de succès), la suite des aventures de Yaya et Tuduo a pu naître. Dans un format nouveau, le roman, on peut donc découvrir ce que sont devenus nos deux compères. C’est avec joie que j’ai découvert ce joli petit livre, reçu directement en service de presse par les éditions Fei !

 

De retour à Shangaï, la jeune fille, avec l’aide de sa mère et de son oncle Chen, a décidé d’ouvrir sa belle demeure aux enfants des rues. C’est son ami Tuduo qui les conduit dans ce refuge où on leur offre un toit, à manger et un nouveau départ dans la vie. Or, une nuit, une ombre se glisse dans le dortoir des enfants et leur dérobe leurs maigres économies. Tout accuse Tuduo qui s’en défend, mais doit quitter la maison de Yaya chassé par l’oncle Chen. Cependant, après son départ, les vols continuent…

Lire plus

Concours « Vive l’été 2018 ! »

Concours « Vive l’été 2018 » !

Chaleur, soleil, farniente, glaces à gogo, vous savez ce que ça veut dire ?

Oui l’été est bien là ! Il a posé ses valises très tôt cette année avec du soleil à volonté (en tout cas dans mon jardin). Mais ce n’est pas vraiment à ça qu’on pensait ici au Bazar Littéraire. Car chez nous, qui dit été, dit OBLIGATOIREMENT concours de l’été !!

Oui vous avez bien lu, le concours de l’été Made in Bazar Littéraire de Loulou & Coco est de retour pour une troisième année consécutive ! Vous pouvez sortir les maracas et effectuer une petite danse de la victoire, promis, on vous attend pour débuter.

Lire plus

Instant Nostalgie #6 : Les albums de mon enfance (Loulou)

Après un petit tour d’horizon des BD qui ont bercé mon enfance ainsi que des magazines qui ont forgé ma base de lecture, voici mon instant nostalgique sur les albums de mon enfance. C’est vrai quoi, je vous parle de nombreux albums jeunesse récents sur notre site, mais il faut bien que vous sachiez quels ont été mes premiers amours. Voici les quatre principales séries d’albums qui ont touché mon cœur dans sa jeunesse et qui y ont toujours une place.

 

Babar

Date de première parution : 1931

Papa : Jean de Brunhoff

Résumé : Le titre original est L’histoire de Babar le petit éléphant. Et la vie de ce fameux petit éléphant ne commence pas top top on va dire. La maman de l’éléphanteau se fait tuer dans la jungle. Le petit Babar, effrayé par la situation fuit à toutes pattes. Il court tellement loin, qu’il finit par arriver dans une ville. Univers qui lui est totalement inconnu, il va y faire des rencontres pourtant bien sympathiques. Notamment avec la Vieille Dame, qui prendra soin de lui et prendra en charge son éducation. Mais, nostalgique de son peuple, Babar va un jour retourner dans la jungle. Il apprendra à tous ses congénères, ce que la Vieille Dame lui a inculqué. Une ville d’éléphants va peu à peu se construire et tous vivront heureux.

Lire plus

Mille et une pages

Je viens de me rendre compte que malgré tous mes beaux articles sur tel ou tel personnage dans la littérature de jeunesse, je n’ai jamais traité de l’essentiel : un beau thème sur les livres pardi ! J’ai souvent parlé d’albums dont un livre est le thème central du récit, mais séparément. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les liens de ces articles en bas de cette page. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de rassembler en un seul endroit plusieurs albums parlant de ce magnifique thème. Cette fois je corse un peu le jeu, je me suis interdit d’aller à la médiathèque, pour voir un peu ce que je possédais sur le sujet, tout ceux que je vous présente sortent donc directement de ma bibliothèque personnelle.

 

Le livre disparu de colin Thompson, paru chez Circonflexe en 1996

Chaque nuit, alors que la bibliothèque s’endort, les milliers de livres qui la composent, s’éveillent et les personnages abrités dans chacun des ouvrages vaquent à leurs occupations. Peter, petit curieux, trouve un jour une fiche d’un livre qui ne se trouve pourtant pas dans les rayonnages de la bibliothèque : Comment ne jamais vieillir. Intrigué, plus par la disparition du livre que par son contenu, le jeune garçon va se mettre en quête pour le retrouver. Un soir, il y parvient enfin. Mais il comprend vite pourquoi ce livre était caché et pourquoi il vaut mieux qu’il le reste.

L’histoire de cet album est plutôt simple, avec une fin classique et le mystère du livre disparu n’est pas bien grandiose. En revanche, ce qui m’a subjuguée ce sont les illustrations. A chaque page on se trouve face à des rangées de livres plus merveilleux les uns que les autres. Titres farfelus ou vrais références littéraires, personnages qui en sortent en tout genre, couleurs éclatantes ou vieux bouquins gris… Un émerveillement pour tout féru de livres et de bibliothéques. Les détails sont impressionnants, l’illustrateur a dû passer beaucoup de temps à concevoir son ouvrage ! Bref, un livre à mettre entre toutes mains, rien que pour la beauté des décors, qui en deviennent des paysages.

Lire plus

Lire en VO

Lire en VO

Hello les cocos ! 

Si vous suivez un tant soit peu mes chroniques, vous avez déjà dû remarquer que je voue un amour sans faille aux couvertures et éditions anglo-saxonnes. Avec leurs mises en page soignées et travaillées ainsi que leurs formats cartonnés, qui font de votre bibliothèque une bibliothèque de compet’, ces éditions ont tout pour faire basculer n’importe quel amateur de beaux livres au paradis ! 

Oui mais voilà, il y a quand même un petit hic pour en profiter pleinement : il faut savoir lire anglais ! Quel sens de déduction n’est ce pas ?

Cela ne vous empêche pas le moins du monde de posséder un livre juste pour sa beauté, on est bien d’accord. J’ai moi-même plusieurs versions d’un même livre, achetées juste pour le plaisir des yeux, mais on s’accordera aussi pour dire que pouvoir profiter également du contenu, c’est quand même fabuleux. 

J’entends d’ici (j’ai l’ouïe fine) certains de vos soupirs : « facile à dire quand on est doué en langue », « pff, c’est bon pour les intellos », « je suis nul en langue », etc, etc. Et je vais franchement vous dire : vous ne pourriez pas avoir plus tort ! 
Lire en VO est à la portée de tous, il suffit juste de donner les bonnes armes à votre ambition.

Aujourd’hui donc, je vais essayer de vous donner ces armes. Attention, il ne s’agit pas d’une méthode révolutionnaire à suivre pas à pas pour devenir bilingue. Il s’agit plutôt de vous faire partager mon expérience personnelle pour qu’enfin vous vous sentiez confiant dans votre lecture en VO. Bien sûr, ces conseils valent pour toutes les langues, ce n’est pas parce que je suis fan incontestée des livres anglo-saxons que vous ne pouvez pas, vous, tenter de lire du russe ou de l’espagnol. Prêts ? On y va !

Lire plus