Aliénor Mandragore de Séverine Gauthier (auteure) et Thomas Labourot (dessinateur), paru chez Rue de Sèvres en septembre 2015

Aliénor Mandragore-couv

Retour aux sources et aux légendes primaires avec des personnages mythiques et toujours prisés aujourd’hui : passons un peu de temps en compagnie de Merlin, la fée Morgane et Viviane.

J’ai déniché à la médiathèque un petit trésor, dans le rayon BD, dont je suis tombée sous le charme. Dans Aliénor Mandragore, on suit nos personnages bretons à travers les aventures et le point de vue d’Aliénor, la fille de Merlin. Prise de position très originale puisqu’habituellement on a affaire directement à l’un de nos trois autres protagonistes.

Aliénor Mandragore-planche 1

Dans la forêt de Brocéliande, Merlin est le druide le plus célèbre, même s’il est un peu passé de mode. Mais il croit à ses secrets ancestraux et tient à les transmettre à sa fille Aliénor. Le lundi, c’est sortie champignons ; le père montre à sa fille tout ce qu’elle doit savoir en la matière. Mais Aliénor n’est pas des plus intéressées. Un lundi, alors que Merlin déblatère son discours de mycologue, Aliénor s’éloigne. Elle se retrouve dans une clairière, face à une plante étrange. Alors qu’elle s’apprête à l’arracher, son père arrive et lui interdit de déterrer la Mandragore, plante dont le cri peut tuer (comme dans Harry Potter, ça vous rappelle des souvenirs ?). Finalement, se pensant insensible au pouvoir de la plante et se vantant d’avoir du sang de démon, Merlin tente l’expérience et demande à sa fille de déterrer la racine. Il meurt sur le coup… Aliénor se retrouve affublée du fantôme de son père, qui la harcèle pour trouver un remède et le ressusciter. Dans sa quête, la jeune fille va se découvrir un plus grand pouvoir qu’elle ne le soupçonne.

Aliénor Mandragore-planche 2

Ce qui m’a séduite en premier lieu c’est, comme la plupart du temps avec moi, la couverture. Un jaune pep’s, tirant sur le vert, avec un résumé rigolo, une mise en page dynamique et les têtes des personnages irrésistibles. L’intérieur reste fidèle à cette ambiance et m’a emportée.

Le personnage principal est donc Aliénor, la fille de Merlin. Ce dernier est également bien présent, puisqu’il harcèle sa fille après sa mort. On retrouve aussi la fée Morgane à qui Aliénor fera appel pour trouver un remède à l’état de son père. Viviane sera peu présente, mais ses apparitions sont exquises. On apercevra également Lancelot du Lac, jeune enfant, apprenant tant bien que mal à devenir chevalier.

Chaque personnage est attachant. Aliénor, qui se découvre, essaie de se détacher de l’emprise de son père et est un peu naïve. Merlin, emmerdeur de première (désolé, je ne peux pas le dire autrement), au fort caractère, qui refuse de se laisser prendre par l’Ankou. Morgane, hautaine, mais fidèle à elle-même. Viviane, complètement décalée, avec un air bien idiot. Enfin, Lancelot, qu’on prend plaisir à découvrir enfant ; maladroit, pas si vaillant que cela au départ, il est craquant.

Chacun apporte sa touche d’humour et fait avancer le texte. On découvre les traits de caractère de chacun sous un autre jour et c’est un renouveau agréable. Les figures légendaires sont dépoussiérées tout en restant dans le folklore traditionnel. C’est très bien réalisé.

Les illustrations sont sympas, même si ce n’est pas ma tasse de thé à la base. J’ai un peu de mal avec les visages, très anguleux et sévères dans l’ensemble. Par contre, les paysages et maisons sont vraiment géniaux, on entre facilement dans l’histoire grâce à ça.

A la fin de la bande dessinée, quelques pages du journal L’écho de Brocéliande nous sont offertes. On y découvre une interview de Morgane qui fait des révélations après la mort de Merlin, des explications sur le Val sans retour, une recette de potion magique, des petites annonces… Quelques anecdotes qui sont les bienvenues et finalisent en beauté cet ouvrage. J’aime bien quand les genres se mélangent dans un même livre ou qu’on a des bonus.

Aliénor Mandragore-planche 4

En bref, une bonne lecture détente, qui, inconsciemment, vous fera un rappel de vos grands classiques des légendes du folklore breton.

Aliénor Mandragore-planche 3

Le récap’ :

Points positifs :

  • Un point de vue original sur des figures mythiques.
  • De l’humour parsemé tout au long du récit.
  • Illustrations mitigées, mais un gros point pour les paysages !

Point négatif :

  • Pas cette fois.

Bonne lecture les loulous !