Skip to main content

La roue des vents

La roue des vents de Vincent Joubert, paru chez Ankama en 2010

Aujourd’hui, cap sur un livre qui fait partie de ma PAL depuis trois ans ! Acheté d’occaz parce que plus édité, il trônait fièrement sur une pile de livres à lire « rapidement ». Je le conçois, il faut que je revoie ma définition du « rapidement ». En tout cas, je suis très contente de l’avoir enfin lu, car je ne suis pas déçue du voyage !

 

Joachim Fendl’or est un jeune ouvrier travaillant à la construction de la célèbre Notre-Dame de Paris, sous les ordres de son oncle peu recommandable. Jusqu’au jour où il rencontre Maître Gontran, accompagné d’un dragon, Clovis. Une rencontre pas des plus agréables puisqu’elle commence par une jambe cassée. En même temps, ce malheur permet à Maître Gontran de subtiliser le jeune Joachim à son oncle bourru, sous prétexte de lui réparer la jambe. Le temps passant et le jeune apprenti se remettant de ses blessures, il s’est également pris d’amitié pour Gontran et le fabuleux dragon Clovis. Le trio s’entendant à merveille, Maître Gontran finit par proposer au jeune homme de les accompagner, lui et Clovis, dans l’ultime quête du dragon. Ce dernier n’est en réalité plus tout jeune et voit sa fin approcher. S’il ne veut pas rester coincé dans le monde humain et pouvoir profiter du monde réservé aux dragons à leur mort, il doit se dépêcher de trouver sept graines qui lui ouvriront la roue des vents, portail magique qui lui permettra d’entrer dans ce monde. Joachim accepte avec joie et empressement. S’ensuit alors un long périple semé d’embûches. Joachim va découvrir un monde parallèle à celui qu’il connaît et s’y émerveiller, où les trois compères en verront de toutes les couleurs.  Personnages incongrus, méchants machiavéliques, alliés précieux, paysages à couper le souffle… Tout autant d’éléments qui jalonnent le récit. La petite troupe se verra tantôt en possession des graines, tantôt dépouillés et devant refaire tout le chemin déjà parcouru pour les obtenir. Clovis pourra-t-il trouver la paix dans le monde des dragons ?

Lire plus

Escapade à Westeros

Petit tour de l’exposition sur l’univers de Game of Thrones, à Paris-porte de Versailles, le lundi 20 août 2018

Cela faisait des mois que l’on attendait cette expo au bazar littéraire ! Et depuis qu’elle est arrivée à Paris, on a dû attendre plusieurs semaines avant de s’y rendre ! Cependant, ce n’est pas une exposition que l’on avait prévu de faire à deux. Coco devait venir accompagnée de son papa le lundi 20 août, et personnellement je devais la faire avec des amis un peu plus tard. Malheureusement, Coco a dû décommander sa venue au dernier moment et n’a donc pas pu la voir. Tandis que mes amis ne souhaitaient finalement plus faire cette expo. Du coup, j’ai pu bénéficier d’un rachat très avantageux des billets de Coco et c’est donc moi qui m’y suis rendue ce lundi 20 août, accompagnée de mon preux chevalier.

Petite généalogie des familles

J’étais excitée comme une puce de faire cette sortie et je m’étais imaginé ça comme l’expo de l’année (qui me ferait patienter largement avant de pouvoir enfin regarder cette fameuse dernière saison).

Lire plus

Couronnes, sceptres et trônes

Puisqu’on est dans le thème du fantastique et surtout des personnages liés au Moyen Age (avec mes deux derniers thèmes sur les dragons et les chevaliers), autant continuer sur la même lignée. Je vous prépare quatre beaux articles sur des personnages royaux et on commence tout de suite avec les rois ! Par ordre antéchronologique de parution.

 

Le petit Guili de Mario Ramos, paru en 2013 chez Pastel

Un petit lion avait fait de grandes promesses pour le jour où il serait couronné. Mais une fois devenu roi, les belles promesses se sont transformées en lois plus cruelles les unes que les autres. Comme celle qui interdit aux oiseaux de voler et oblige les parents à briser les ailes de leurs petits dès la naissance. Mais Tiffany, jeune oiselle, n’a pas le cœur de faire souffrir son oisillon, le petit Guili. Elle ne lui apprendra pas à voler et c’est tout. Seulement, le jour où Guili tombe sur le roi et sa troupe, il trouve tellement ridicule d’avoir un roi qui décide tout pour tout le monde qu’il s’envole et lui pique sa couronne ! Evidemment personne ne peut rattraper le petit Guili, surtout qu’aucun autre oiseau ne peut voler. L’oisillon s’enfuit donc en quête d’un nouveau roi et pose la couronne sur diverses têtes successives. Mais aucun roi ne propose de bonnes choses. Au final, la couronne est bien mieux au fond de l’eau.

Je suis heureuse de pouvoir commencer cet opus par le dernier ouvrage de Mario Ramos avant qu’il ne nous quitte. Un joli conte philosophique contemporain pour faire réfléchir sans en avoir l’air. Avec, comme toujours chez Mario Ramos, des images douces, pastel et rondes, pour distiller de l’amour aux quatre coins de son récit.

Lire plus

Ikigami, préavis de mort

Ikigami, préavis de mort de Motorô Mase, 10 tomes parus entre 2009 et 2012 chez Kazé manga

Vous l’aurez compris ces derniers temps avec mes présentations du prix Mangawa et mes sélections sur les masses critiques de Babelio, désormais la fièvre manga m’a atteinte. Je ne sais pas si cela durera (j’ai parfois des lubies qui s’estompent au bout d’un moment), mais en tout cas pour l’instant j’adore et j’en profite. Je ne suis pas devenue une incollable sur les mangas, loin de là, mais je commence à en apprécier de plus en plus. Je reste assez loin de Dragon Ball, Pokemon ou GTO. Je ne suis pas fan des Shojo. Je me rends compte que le fantastique ne m’intéresse pas forcément plus que ça dans les mangas et que j’ai besoin de quelque chose de plus terre à terre, alors que dans mes lectures de romans occidentaux c’est plutôt l’inverse. En revanche, j’aime flâner dans ma médiathèque, qui possède un très beau rayon mangas, pour y dénicher de petites pépites. L’avantage c’est que ça se lit vite et que si j’aime, très souvent ce sont de grosses séries donc j’ai de quoi me faire plaisir par la suite. C’est aussi pour ça que je ne suis pas forcément l’actualité manga, mais que je me penche plus sur d’anciennes séries déjà finies ou presque.

Me voici donc aujourd’hui pour vous présenter un manga qui n’est pas issu du prix Mangawa, mais d’une découverte personnelle. Enfin, plutôt conseillé par la femme de mon cousin qui travaille dans la maison d’édition du manga que je vais vous présenter. Merci merci pour ce bon conseil !

 

« On ne peut réaliser le véritable prix de la vie tant qu’on n’a pas été confronté à la mort. Pour faire prendre conscience à sa population de la valeur de la vie, notre pays (le Japon) s’est doté depuis de longues années de la loi de sauvegarde de la prospérité nationale. A leur entrée à l’école, tous les enfants subissent la vaccination de prospérité nationale. Le vaccin contient une nanocapsule qui ôtera la vie à un jeune sur mille, à une heure programmée entre 18 et 24 ans. L’intéressé n’est averti de son sort que 24 heures avant l’instant fatidique, quand un agent du gouvernement vient livrer son préavis de mort : l’Ikigami. Que feriez-vous de vos dernières 24 heures ? »

Lire plus

Les nouvelles aventures de Yaya et Tuduo – Tome 1

Les nouvelles aventures de Yaya et Tuduo – Tome 1 : Le fantôme de l’orphelinat, par Patrick Marty (texte) et Golo Zhao (illustrations), paru aux éditions Fei en juin 2018

Aujourd’hui, je vous présente, avec un immense plaisir, la suite d’une série BD qui m’avait transportée quand je l’avais découverte. Souvenez-vous, La balade de Yaya (9 tomes) avait pour moi été un enchantement à découvrir, une bande dessinée douce et émouvante, sur fond de faits réels durs, avec des personnages extrêmement attachants. Eh bien, fort de son succès, avec 200 000 lecteurs pour cette saga, la maison d’édition Fei a décidé de continuer l’aventure. Après une campagne Ulule qui a superbement bien marché (145% de succès), la suite des aventures de Yaya et Tuduo a pu naître. Dans un format nouveau, le roman, on peut donc découvrir ce que sont devenus nos deux compères. C’est avec joie que j’ai découvert ce joli petit livre, reçu directement en service de presse par les éditions Fei !

 

De retour à Shangaï, la jeune fille, avec l’aide de sa mère et de son oncle Chen, a décidé d’ouvrir sa belle demeure aux enfants des rues. C’est son ami Tuduo qui les conduit dans ce refuge où on leur offre un toit, à manger et un nouveau départ dans la vie. Or, une nuit, une ombre se glisse dans le dortoir des enfants et leur dérobe leurs maigres économies. Tout accuse Tuduo qui s’en défend, mais doit quitter la maison de Yaya chassé par l’oncle Chen. Cependant, après son départ, les vols continuent…

Lire plus

Instant Nostalgie #6 : Les albums de mon enfance (Loulou)

Après un petit tour d’horizon des BD qui ont bercé mon enfance ainsi que des magazines qui ont forgé ma base de lecture, voici mon instant nostalgique sur les albums de mon enfance. C’est vrai quoi, je vous parle de nombreux albums jeunesse récents sur notre site, mais il faut bien que vous sachiez quels ont été mes premiers amours. Voici les quatre principales séries d’albums qui ont touché mon cœur dans sa jeunesse et qui y ont toujours une place.

 

Babar

Date de première parution : 1931

Papa : Jean de Brunhoff

Résumé : Le titre original est L’histoire de Babar le petit éléphant. Et la vie de ce fameux petit éléphant ne commence pas top top on va dire. La maman de l’éléphanteau se fait tuer dans la jungle. Le petit Babar, effrayé par la situation fuit à toutes pattes. Il court tellement loin, qu’il finit par arriver dans une ville. Univers qui lui est totalement inconnu, il va y faire des rencontres pourtant bien sympathiques. Notamment avec la Vieille Dame, qui prendra soin de lui et prendra en charge son éducation. Mais, nostalgique de son peuple, Babar va un jour retourner dans la jungle. Il apprendra à tous ses congénères, ce que la Vieille Dame lui a inculqué. Une ville d’éléphants va peu à peu se construire et tous vivront heureux.

Lire plus

Mille et une pages

Je viens de me rendre compte que malgré tous mes beaux articles sur tel ou tel personnage dans la littérature de jeunesse, je n’ai jamais traité de l’essentiel : un beau thème sur les livres pardi ! J’ai souvent parlé d’albums dont un livre est le thème central du récit, mais séparément. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les liens de ces articles en bas de cette page. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de rassembler en un seul endroit plusieurs albums parlant de ce magnifique thème. Cette fois je corse un peu le jeu, je me suis interdit d’aller à la médiathèque, pour voir un peu ce que je possédais sur le sujet, tout ceux que je vous présente sortent donc directement de ma bibliothèque personnelle.

 

Le livre disparu de colin Thompson, paru chez Circonflexe en 1996

Chaque nuit, alors que la bibliothèque s’endort, les milliers de livres qui la composent, s’éveillent et les personnages abrités dans chacun des ouvrages vaquent à leurs occupations. Peter, petit curieux, trouve un jour une fiche d’un livre qui ne se trouve pourtant pas dans les rayonnages de la bibliothèque : Comment ne jamais vieillir. Intrigué, plus par la disparition du livre que par son contenu, le jeune garçon va se mettre en quête pour le retrouver. Un soir, il y parvient enfin. Mais il comprend vite pourquoi ce livre était caché et pourquoi il vaut mieux qu’il le reste.

L’histoire de cet album est plutôt simple, avec une fin classique et le mystère du livre disparu n’est pas bien grandiose. En revanche, ce qui m’a subjuguée ce sont les illustrations. A chaque page on se trouve face à des rangées de livres plus merveilleux les uns que les autres. Titres farfelus ou vrais références littéraires, personnages qui en sortent en tout genre, couleurs éclatantes ou vieux bouquins gris… Un émerveillement pour tout féru de livres et de bibliothéques. Les détails sont impressionnants, l’illustrateur a dû passer beaucoup de temps à concevoir son ouvrage ! Bref, un livre à mettre entre toutes mains, rien que pour la beauté des décors, qui en deviennent des paysages.

Lire plus

La cauchemar Edgar Poe

Le cauchemar Edgar Poe de Polly Shulman, paru chez Bayard en 2016

Susannah, dit Sukie, n’a pas la vie facile depuis quelques temps. Une malédiction familiale tue à petit feu certains membres de sa famille depuis des années, et, dans sa génération, c’est sa sœur, Kitty, qui en a été victime. Depuis son décès, le fantôme de Kitty reste présent et protège Sukie. Mais cette aura mystérieuse qui plane autour de la jeune fille n’arrange pas ses relations sociales. Sukie est seule. D’autant plus depuis que ses parents ont perdu leur travail et se sont retrouvés dans l’obligation d’aller vivre au manoir Thorne chez la grand-tante Hepzibah. Pour aider ses parents, Sukie les suit dans les marchés aux puces où ils tentent de vendre quelques objets. C’est dans l’un de ces marchés qu’elle fait la connaissance d’Elisabeth et Andreas, employés au Dépôt d’Objets Empruntables de la Ville de New York. Ils ont l’air très intéressé par un balai quelconque que tient Sukie ainsi que par la capacité de cette dernière à détecter certaines « anomalies » dans des pièces rares. Sukie va se voir embarquer dans un monde fantastique, chapeautée par Elisabeth et Andreas, qu’elle ne soupçonnait pas : le manoir où elle vit est hanté, son balai vole et sa grand-tante Hepzibah n’a pas l’air étonné de tous ces éléments…

Après La malédiction Grimm et L’expédition H.G Wells, je ne pouvais pas faire autrement que de vous présenter le troisième tome de la saga : Le cauchemar Edgar Poe. Et je suis très agréablement surprise par ce tome, qui m’a moins rebutée sur sa fin comme l’ont fait les deux premiers.

Lire plus

Les chroniques de Zi – Livre I : Phelan

Les chroniques de Zi – Livre I : Phelan, de Jean-François Chabas, paru en janvier 2018 chez Nathan

L’avantage d’avoir repris des études dans le monde du livre cette année, c’est que je rencontre pas mal de personnes qui ont déjà eu une vie antérieure dans un milieu professionnel livresque. On papote, on échange, on discute donc pas mal autour du livre, notamment de jeunesse. Je suis une petite chanceuse, car une camarade de promo m’a fait découvrir le nouveau livre de Jean-François Chabas, ce que je n’aurais probablement pas fait de moi-même autrement. Non pas que je n’aime pas Chabas, mais je le connais beaucoup plus à travers ses albums et textes pour les plus jeunes, que par ses romans. J’ai toujours eu envie de me mettre à ses romans, mais ne savais pas par où commencer. Ce fut fait, il y a quelques mois avec Les filles de Cuchulainn, grâce à la box Le Ptit Colli. Et quoi de mieux finalement de poursuivre ma découverte de son univers avec sa dernière parution : le premier tome d’une nouvelle série, Les chroniques de Zi.

 

J’ai trouvé le résumé de quatrième de couverture un peu embrouillé, car il mélange les deux parties du livre sans qu’on ne les distingue vraiment, je ne vais donc pas vous le retranscrire ici, mais vous donner ma version.

Partie 1 : Une sorcière puissante règne sur le royaume des Mille Lacs depuis plusieurs siècles. Les habitants ne sont que rarement confrontés à elle, quand elle vient kidnapper des enfants pour s’en délecter. Elle ne fait d’habitude pas grand bruit sur ce pays. Mais quand elle décide de s’en prendre au bébé princier, tout le royaume se met à ses trousses. Sans succès. Le petit ange disparaît dans la forêt ensorcelée, le repère de la sorcière que nul ne peut franchir.

Partie 2 : Une quinzaine d’années plus tard, nous faisons la connaissance de Phelan et Turi, deux adolescents, meilleurs amis qui s’entendent comme chien et chat, et qui vivent dans le village de Cairnbaan, au pied du château des souverains du royaume des Mille Lacs. Il y a quelques jours, une jeune princesse venue du royaume des Trois Vagues est passée par chez eux. Phelan en est tombé sous le charme. Malheureusement, le cheval de la princesse, devenu fou, l’a emmenée dans le repaire de l’Ogre, dans les Monts Jaunes. Fou d’amour, Phelan part à sa recherche. Turi ne tardera pas à le rejoindre.

Les deux parties sont donc séparées par un bon nombre d’années, mais également par le fait que dans l’une et l’autre les personnages sont différents. On se doute qu’à un moment les protagonistes de chaque partie vont se rejoindre, mais ce n’est pas le cas pour l’instant.

Lire plus

Ken’en, comme chien et singe

Ken’en, comme chien et singe, tome 1, de Fuetsudo (texte) et Ichimura Hitoshi (illustrations), paru en avril 2018 chez Doki Doki

Vous commencez à nous connaître, le Bazar Littéraire ne rate jamais une masse critique sur Babelio. Mais ces évènements ont de plus en plus de succès, comptent donc de plus en plus d’inscrits et la compétition est donc de plus en plus rude. Cela faisait deux masses critiques que nous n’arrivions pas à avoir un livre, mais ça y est, le vent a tourné ! Le graal est arrivé chez moi, j’ai réussi à obtenir un manga de la dernière masse critique de Babelio ! J’étais toute excitée puisque depuis le début de l’année je découvre avec délice ce genre qui m’était jusqu’alors inconnu. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je l’ai lu et beaucoup de bonheur que je vous le présente.

Lire plus