Skip to main content

Tolkien, Voyage en Terre du Milieu

Habitant près de Paris pour peut-être plus très longtemps, j’essaie cette année de profiter à fond des avantages que la capitale offre. Parce que oui, je n’apprécie pas Paris, j’avoue même volontiers que je ne suis pas objective quand je m’y promène et que je fais tout pour trouver des défauts là où je vais, mais je dois quand même bien reconnaître qu’une chose va me manquer quand je vais la quitter : son accessibilité à une culture et un art multiple, diversifié, hétéroclite et envoutant (bon et puis un petit peu les copines aussi :p ). J’ai fait plusieurs expos cet été, je compte bien aller admirer un spectacle lyrique dans chacun des opéras de la capitale d’ici la fin de l’année et je vais enfin retourner au salon de la littérature et de la presse jeunesse dans quelques semaines ! Je ne peux évidemment pas tout vous faire partager, mais un coup de projecteur sur ce qui concerne la littérature de jeunesse est essentiel !

Je vais donc vous présenter mes deux dernières visites culturelles autour de la littérature. Effectuées toutes deux le même jour et au même endroit (la BNF), elles méritent tout de même chacune leur article. On commence aujourd’hui avec la tant attendue exposition Tolkien, voyage en Terre du Milieu.

En savoir plus

Sélection cinématographique Halloweenesque 2019 – Loulou

Les années précédentes, pour Halloween, nous vous avons parlé de nos peurs les plus profondes, de nos sorties spéciales horreur, de nos livres coups de cœur pour frissonner, et des monstres classiques pour vous déguiser et aller demander des bonbons. Pour changer un peu du côté littéraire, cette année nous vous proposons plutôt une sélection filmique à regarder seul·e, entre ami·es ou en famille. On vous propose une sélection très hétéroclite puisque chacune y met ses goûts personnels, comme ça il y en aura pour toutes les âmes, sensibles ou non ! Et pour plus deux fois plus de bonheur, deux articles ! Loulou vous présente les siens ce matin, Coco reviendra cet après-midi.

La sélection de Loulou

Personnellement, comme je vous le disais à Halloween dernier, je ne suis pas friande de films d’horreur purs et simples. C’est un coup à ce que je ne dorme plus pendant une semaine, que je me méfie de toutes les ombres et que je crie au moindre courant d’air. Du coup, je vous ai sélectionné des films plutôt softs, souvent humoristiques, histoire de dédramatiser cette période de l’année traumatisante pour moi.

The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch (2019)

En savoir plus

Quoi de neuf dans nos PAL ? #2

Cela fait maintenant plus d’un an que Coco a lancé la nouvelle rubrique « Quoi de neuf dans nos PAL » et à part son premier article, plus rien n’était venu agrémenter cette section. Pour ma part, il faut dire que ma PAL baisse habituellement relativement vite et le temps d’écrire un article elle aurait donc risqué d’être déjà totalement différente de ce que je vous aurais décrit. Donc pour moi, point d’article PAL jusque-là. Sauf que… les jours ont décidé de passer de plus en plus vite, d’être de plus en plus remplis de trucs à faire, de se parsemer de familles et d’amis en tout genre. Au final, pour la première fois de ma vie je me retrouve avec une PAL à ne plus savoir par quel bout la prendre. Un petit topo s’impose donc, pour me remettre de l’ordre dans les idées et pourquoi pas prendre vos conseils afin de l’écrémer un peu. Je vais profiter des vacances pour tout remettre dans l’ordre et essayé d’en lire un maximum.

Ma PAL commence avec trois ouvrages qui viennent d’arriver au CDI et que je souhaite lire avant de mettre en rayon pour les élèves. Trois documentaires, 2 très récents et 1 qui date d’il y a deux ans, mais qui a un succès fou dans les CDI apparemment. Bon, ce petit tas devrait vite disparaitre de ma PAL et d’ailleurs faire l’objet d’articles très vite.

Les règles… quelle aventure ! d’Elise Thiebaut et Mirion Malle, paru en 2017 chez La ville brûle

Je suis qui ? Je suis quoi ? paru en octobre 2019 chez Casterman

Ne change jamais ! de Marie Desplechin, paru en octobre 2019 à L’école des loisirs

En savoir plus

Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?

Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ? de Monique et Michel Pinçon-Charlot (texte) et Etienne Lécroart (illustrations), paru chez La ville brûle en 2018

C’est avec beaucoup de rage en moi que j’écris l’article du jour. J’ai longtemps hésité avant de le faire d’ailleurs. Je suis tellement remontée que j’ai un peu peur d’y aller trop fort. J’ai même attendu un certain temps avant de l’écrire, pour laisser les émotions retomber. Rien n’y fait, ce livre me hérisse toujours autant le poil, et c’est aussi pour ça que je dois vous en parler. Et après tout je suis maintenant professeure documentaliste, c’est donc aussi normal que je ne veuille pas que certains livres tombent entre les mains des élèves qui me font confiance pour leurs lectures, d’autant qu’une de nos missions est d’éveiller leur esprit critique.

Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ? est à la base un livre qui paraît tout à fait sympathique, qui révèle une promesse de vouloir faire comprendre pourquoi il y a tant d’inégalités sociales et comment on pourrait y remédier. En voici la quatrième de couverture : « Pour tout savoir sur les riches et l’origine de leur fortune, pour comprendre que la richesse et la pauvreté n’ont rien de naturel, pour voir le monde tel qu’il est et avoir envie de le changer… Un premier manuel de pensée critique clair et engagé à mettre entre toutes les mains, de 9 à 99 ans ! »

Un résumé enthousiasmant avec lequel on se dit « chouette, moi qui n’y connais rien en politique, je vais m’éclairer un peu l’esprit ». Sauf que c’est un résumé quelque peu mensonger. ABSOLUMENT EN RIEN ce n’est un manuel de pensée critique. Les auteurs ne sont ABSOLUMENT PAS objectifs et déversent leur bile et leur mépris vis-à-vis de la classe de ceux qu’ils appellent « les supers-riches » (millionnaires et milliardaires). Entendons-nous bien, sur le fond de ce qu’ils disent, je suis d’accord. Certaines pages sont d’ailleurs tout à fait bien construites et nous permettent de comprendre comme il faut et à juste dose ce qu’est l’évasion fiscale, comment se construisent les classes sociales ou encore de voir la vraie différence des richesses entre les pauvres et les riches.

En savoir plus

Dix

Dix, de Marine Carteron, paru en mars 2019 aux éditions du Rouergue

Cela faisait un moment que le livre que je vais vous présenter aujourd’hui me faisait de l’œil. Je ne connaissais absolument pas Marine Carteron, qui est pourtant renommée en littérature de jeunesse grâce à Génération K et Les autodafeurs, ce qui m’a donc attiré c’est la couverture et surtout le résumé. A la fin de celui-ci est précisé que le roman est un « clin d’œil sanglant à la reine du roman policier : Agatha Christie ». Une petite recherche internet plus tard, je découvre que c’est carrément une adaptation libre des Dix petits nègres. Ouh, ça me met en joie !!! Ça fait des années que je n’ai pas lu un Agatha Christie, alors que j’en étais fan dans mon adolescence, c’est donc l’occasion de m’y remettre. Ni une ni deux, je décide de relire les Dix petits nègres, avant d’entamer Dix.

J’avais au début un peu peur de lire les deux à la suite, que ce ne soit qu’un copié-collé, que je devine rapidement qui est le tueur dans l’adaptation de Marine Carteron, et de regretter ma lecture. Mais pas du tout ! Cette adaptation libre pour la jeunesse, greffée dans notre monde actuel est superbe ! Pour bien commencer, en voici le résumé :

Ils sont dix. Sept adolescents et trois adultes, sélectionnés pour participer à un escape game littéraire et passer à la télévision en prime time. Direction : un manoir sur une île coupée du reste du monde. Un endroit si isolé que personne ne vous entendra crier, gémir ou appeler à l’aide. Et quand la mort décide de frapper les candidats un par un, une seule question : qui est le coupable ? un seul but : survivre !

En savoir plus

Nos vies en mille morceaux

Nos vies en mille morceaux, de Hayley Long, paru chez Gallimard jeunesse en 2018

Le monde de Griff et Dylan, 13 et 15 ans, s’écroule à la fin de l’été, quand un accident de voiture les laisse orphelins. Installés à New York depuis peu, les deux frères sont d’abord recueillis par Blessing, collègue haute en couleur de leurs parents. Puis à l’autre bout du monde, chez un oncle et une tante qu’ils ne connaissent pas, dans une petite ville du Pays de Galles, où ils trouvent bienveillance et nouvelles amitiés. Dylan n’a qu’une idée en tête : aider Griff à revivre, protéger son petit frère. Mais il a lui-même son propre chemin à faire, et une dernière vérité à affronter.

En savoir plus

La gazette des contes de fées

La gazette des contes de fées de Colin et Jacqui Hawkins, paru chez Gründ en 2004

En ce moment, je suis en train de chercher des adaptations de contes façon contemporain pour pouvoir vous en présenter plusieurs dans un bel article. Dans mes recherches, je suis tombé sur La gazette des contes de fées, que je pourrais mettre dans l’article que je prévois, mais j’ai préféré lui consacrer un article à lui tout seul tellement il est particulier. Vous aurez donc aujourd’hui un aperçu d’un prochain article que je vous prévois sur les contes de fées remaniés.

En savoir plus

Princesses d’hier et d’aujourd’hui

On termine notre sélection royale aujourd’hui avec les princesses. Mais point de princesse au petit pois, de Belle au bois dormant ou autre classique bien connu. Cap sur des histoires de princesses bien plus farfelues ou méconnues.

L’ombre de la princesse de P. Thiès et C. Merlin, paru chez Syros jeunesse en 1998

Cassiopée est une princesse tyrannique qui terrorise tout son entourage. Sénégal, son jeune esclave noir, lui est pourtant dévoué. Un jour, alors que tous les princes du pays s’apprêtent à venir tenter de conquérir la jeune fille pour l’épouser, cette dernière perd son ombre. Chacun sait qu’une personne sans ombre est une sorcière. Tous les prétendants fuient, et même les parents de la princesse ne veulent plus lui parler. Seul Sénégal reste.

Souvent, les contes recèlent de princesses qu’il faut sauver du dragon et de princes ou rois tyranniques. Voici donc une histoire qui renverse les codes et nous offre le récit bien triste de la vie d’une princesse au cœur froid.

En savoir plus

T’as vu ma collec ? #2

Après Coco qui vous présentait sa collection des Grands classiques Disney, pour commencer notre nouvelle rubrique T’as vu ma collec’, c’est à mon tour de vous montrer l’une des miennes.

Je pars sur quelque chose de totalement différent, puisqu’il ne s’agit pas du tout de livres sur Disney, mais de ma collection d’albums de poche, sur des thèmes divers et variés.

Anthony Browne

J’ai commencé cette collection il y a environ huit ans (ça ne me rajeunit pas dites donc…). La raison de base est que je commençais à m’intéresser de plus près à la littérature de jeunesse, que j’allais commencer mes études dans ce domaine et que je n’avais pas un énorme budget pour pouvoir m’acheter divers albums de grands auteurs en format classique. Mes premières acquisitions furent donc les formats poche de L’école des Loisirs, pour me forger une culture des grands classiques en albums jeunesse, tels que Claude Ponti, Anthony Browne, Geoffroy de Pennart, Yvan Pommaux, etc.

Geoffroy de Pennart

En savoir plus

Un putain de salopard – Tome 1 : Isabel

Un putain de salopard, Tome 1 : Isabel, de Loisel (scénario) et Pont (illustrations), paru chez Rue de Sèvres en avril 2019

Je sais, je sais, j’ai un peu de retard pour chroniquer cette superbe BD qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais que voulez-vous, mon portefeuille n’a pu me l’offrir que maintenant ! Et l’attente insoutenable n’a fait que renforcer l’effet de « waouh-c’est-pas-possible-comme-c’est-trop-bien » à la lecture de la dite BD !

Evidemment, on ne présente plus Régis Loisel, un maître incontesté en matière de bande dessinée française, qui a démarré avec la sublime série La quête de l’oiseau du temps, a poursuivi avec brio sur une réinterprétation de Peter Pan, s’est lié à Tripp pour le fameux Magasin Général et a doucement lâché le dessin à la faveur des crayons de Vincent Mallié tandis qu’il scénarisait Le Grand Mort. Après tout ça, je me suis dit, « ouf, il ne devrait pas remettre le couvert de suite, mon portefeuille peut se reposer un peu, après l’achat en intégralité des séries Magasin général et Le Grand Mort ». Mais que nenni ! M. Loisel est toujours bien en forme et voilà qu’il commence une nouvelle saga ! Il ne pense pas au portefeuille de ses pauvres lecteurs ! Et en plus, une exposition/vente de ses œuvres va voir le jour au mois de septembre à la galerie du 9ème art à Paris ! Non mais vraiment, rien ne va plus !

Et s’il n’y avait que ça, mes pauvres amis ! Pour cette nouvelle série, Loisel s’allie à Olivier Pont pour les illustrations ! Je le connais moins bien, mais j’apprécie tout autant son travail. J’ai débuté par Où le regard ne porte pas, scénarisé par Georges Abolin, et j’ai suivi par ses deux bandes dessinées qu’il a scénarisées et illustrées lui-même : Des Seins et Bouts d’ficelles. C’est donc un plaisir de retrouver son coup de crayon dans cette nouvelle saga.

Cette dernière m’annonce des heures de plaisir à la lecture, des mois de suspens en attendant le tome suivant, mais aussi des petits accrocs à mon portefeuille, car il est hors de question de les emprunter à la médiathèque, il me les faut !!!

En savoir plus