Skip to main content

Conversion

ConversionConversion, de Katherine Howe, paru chez Albin Michel en 2015

 

« Aujourd’hui, tu vas dans une librairie, mais tu n’achèteras pas de livres ! ». A répéter 15 fois devant son miroir avant de se rendre dans la fameuse librairie. Mouaif, bon ben on repassera pour l’essai d’auto-persuasion… J’ai finalement craqué pour deux livres, dont celui que je vous présente aujourd’hui : Conversion de Katherine Howe. Mis bien en avant, dans les nouveautés de début d’année 2015 (même si on en est déjà presque à la moitié). Une couverture simple, avec cet oiseau jaune vif sur fond terne et un titre pas forcément plus attirant que cela. Mais le résumé m’intrigue, d’autant plus qu’il est précisé au dos du livre que l’auteure est la descendante d’une célèbre sorcière de Salem. Petit plus : j’ai tendance en ce moment à lire beaucoup de romans ou de bandes dessinées qui sont des cycles ou séries, ce qui oblige à dépenser beaucoup d’argent (ou à attendre que la personne ayant emprunté le tome suivant le lise – en médiathèque – ou à attendre que l’auteur l’écrive) ; or Conversion est un livre sans suite, ce qui fera du bien à mon portefeuille et mon cerveau, me suis-je dis. Petit compte rendu :

 

Colleen est une lycéenne tout ce qu’il y a de plus normale. Elle est en dernière année à St Joan, établissement prestigieux de Danvers. Elle a un super groupe de copines composé de Deena, Emma et Anjali. Toutes quatre en sont au dernier semestre et attendent les réponses pour les universités dans lesquelles elles souhaitent étudier l’année suivante. La dernière ligne droite commence après les vacances de Noël. Les filles font comme si de rien n’était, mais elles sont toutes sous pression avec les examens de fin d’année et l’attente des réponses sur leurs dossiers scolaires. Le jour de la rentrée, les quatre amies se retrouvent en cours de catéchisme. Tout se passe comme d’habitude, jusqu’à ce qu’une élève populaire, Clara, fasse une crise. Mais une crise de quoi ? Elle se tord dans tous les sens et convulse. Une crise d’épilepsie ? Sur le moment, on ne le sait pas. Elle est rapidement emmenée par l’infirmière. Plus tard dans la journée, dans un autre cours que seule suit Emma, une autre fille tombe malade. Une amie proche de la première victime. Ce ne sont pas les mêmes symptômes et la jeune malade est emportée par une ambulance. Ce serait donc plus grave… Colleen et ses amies se font du souci pour les filles de leur classe qui sont tombées malade, mais sans plus au début. Puis, au cours des semaines suivantes, d’autres filles se retrouvent avec des symptômes étranges. La panique s’empare de l’école et des institutions qui la dirigent, des parents, et bientôt cela fait les choux gras des médias. La petite ville de Danvers devient le centre d’attention de tout le pays. Certains parents retirent leurs enfants de l’école. Plusieurs théories sont élaborées sur la cause de ce phénomène étrange. Colleen et ses amies sont épargnées pendant un bon moment. Jusqu’à ce qu’Anjali tombe elle aussi malade…

En savoir plus

La balade de Yaya

Intégrale 1La balade de Yaya, de Jean-Marie Omont (scénario) et Golo Zhao (illustrations), paru aux éditions Fei.

Chine 1937. Les Japonais entrent dans Shanghai et poussent à l’exode des milliers de Chinois. Au cœur de ce chaos, deux enfants vont se lier d’amitié alors que tout semblait les séparer. Yaya est la fille d’un riche commerçant et rêve de devenir pianiste. Elle est accompagnée en permanence de Pipo, son oiseau (et narrateur de l’histoire), avec qui elle peut communiquer. Tuduo est un gamin des rues, orphelin et exploité par un homme horrible, Zhu. Alors que son père lui enjoint de ne pas aller à son concours de piano, car la famille doit quitter la ville, Yaya n’en fait qu’à sa tête et décide tout de même de s’y rendre. Malheureusement, c’est au même moment que les premiers bombardements commencent. Yaya se retrouve piégée dans une maison détruite. Tuduo arrive et la sauve. A cet instant, Zhu passe par là, récupère les deux enfants et compte bien exploiter cette jolie jeune fille…

Voici le résumé du tome 1 de La balade de Yaya : La fugue. Une bande dessinée au style asiatique. Une histoire pour la jeunesse, tout aussi prenante pour les adultes. Un cycle de 9 bandes dessinées, ré-éditées en trois volumes. Ce sont ces derniers que j’ai achetés et c’est donc sous ce format que je vous les présente aujourd’hui. Le dernier tome intégral (qui achève également le cycle) est paru à la fin du mois de mai 2015. C’est un véritable coup de cœur pour moi et je suis finalement ravie d’avoir découvert ce récit tardivement et d’avoir pu lire tous les tomes à la suite.



En savoir plus

L’univers de Suzy Lee

IMG_0151

En ce moment, je tombe sur beaucoup d’albums sans texte qui me font chavirer. Après celui de David Wiesner (Le monde englouti) – à zieuter par ici – et après la collection Histoires sans paroles – à consulter par là –, je vous présente un petit coup de coeur pour les albums sans texte de Suzy Lee. En réalité, elle ne fait pas que des albums sans texte et je vais d’ailleurs vous en montrer deux qui ont du texte. Mais c’est par le biais de ses albums sans texte que j’ai fait la connaissance de cette artiste, c’est donc par là que je vais commencer pour vous la présenter.

En savoir plus

Attention ! Fais marcher ton imagination. Mais ne souhaite pas n’importe quoi !

IMG_0475Attention ! Fais marcher ton imagination. Mais ne souhaite pas n’importe quoi !, de Nicola O’Byrne, paru chez Flammarion (Père Castor) en février 2015

Aujourd’hui, un article court pour une jolie ode à l’imagination qu’il faut libérer en chacun de nous !

Un jour, Lapin s’ennuyait très fort. Alors qu’il se demandait quoi faire, Loup apparaît et lui propose d’inventer une histoire pour parer à l’ennui. Lapin trouve la proposition de Loup étrange, mais accepte. Les deux compères se lancent alors dans l’aventure de l’imagination et posent les bases de leur histoire. Ils réfléchissent aux décors, aux personnages, aux costumes, à la trame de l’histoire… Mais à ce moment, cela dérape un peu. Lapin avait bien senti que Loup était un peu roublard et en effet, celui-ci se met à poursuivre Lapin dans le but de le manger. Mais Lapin est plus futé. Il décide de jouer avec son imagination et souhaite que Loup soit expédié sur la Lune via une fusée. Puisque l’imagination est reine dans ce livre, le souhait de Lapin se réalise et Pfft ! le loup s’en va vers d’autres cieux !

C’est un album bien sympathique que j’ai découvert ici. Les dessins sont simples, avec très peu de décors en arrière-plan, on va à l’essentiel. Mais le texte est drôle et parfois poétique. C’est une vraie ode à l’imagination que l’on retrouve ici. Imagination qu’il ne faut pas brider et laisser s’envoler pour s’épanouir pleinement.

IMG_0476

Vers la fin du livre, une double page se déplie en hauteur, avec le loup qui décolle vers la lune, pour évoquer l’imagination puissante du lapin, qui dépasse celle du loup.

A découvrir et partager sans attendre !

Du même illustrateur et dans un genre tout aussi loufoque : Attention ! Ouvrir doucement, ce livre a des dents !

Bonne libération de l’imagination les loulous !

Cherche Nounou

Cherche Nounou de Meritxell Marti (texte) et Xavier Salomo (illustrations), sorti début 2015 chez Sarbacane

IMG_0483

IMG_0484
Tout commence par une affiche placardée sur un arbre. Une dame recherche une nounou, sans plus de précisions que cela. Vont alors défiler dans la maison de Mme Cheshire, tout un tas de prétendants au titre de nounou. Mais très peu conviennent. Le hérisson est trop piquant (et son penchant pour les câlins n’est pas vraiment rassurant), l’éléphant est un peu trop encombrant, le vautour et l’alligator sont trop dangereux… Bref, c’est compliqué de trouver la nounou idéale. Mais finalement, le dernier candidat est le bon. Un tout petit poisson qui n’a pourtant pas l’air vraiment adapté pour garder un enfant. Mais qui a parlé d’enfant ? Car, ce qu’a omis de dire Mme Cheshire c’est qu’elle recherche une nounou pour… son chat.

IMG_0485 IMG_0486

C’est un album vraiment drôle que nous proposent les éditions Sarbacane ici. Un indice peut mettre la puce à l’oreille dès le début quant au personnage qui sera à la charge de la nounou. La propriétaire s’appelle Mme Cheshire, comme le chat dans Alice aux pays des merveilles. On a également, sur l’arbre du début avec l’affichette de la petite annonce, des traces d’anciennes affiches collées au même endroit. On peut donc se demander pourquoi la maman doit encore chercher une nounou si une annonce a été passée précédemment. C’est donc finalement un album tout en finesse, au-delà de l’humour que l’on découvre.

Un album qui fera rire de 7 à 77 ans !

Bonne lecture les loulous !

Des éléphants hauts en couleur

Je n’ai pas pu résister à un troisième opus des animaux dans la littérature de jeunesse. Les éléphants m’ont fait craquer, je l’avoue. Des classiques, des récents, des colorés, des gris, des félins… Tout tout tout, vous saurez tout sur l’éléphant !

Pas de peluche d’éléphant sous la main, en revanche mon dessinateur personnel à domicile (eh oui, j’ai de tout dans mes tiroirs !) m’a concocté de petits éléphants adorables pour agrémenter chacun des albums que je vous présente.

Elephant 02

Siam de Daniel Conrod (biographe de pachydermes) et François Place (croqueur de pachydermes), chez Rue du monde.

Siam est un éléphant qui a vraiment existé. Né en 1946, mort en 1997, Siam a traversé de nombreux pays, de multiples épreuves, il a exercé divers métiers et rencontré beaucoup d’hommes. Ces derniers ont été parfois mauvais avec lui, mais parfois bons. Notamment André Boitard, son soigneur au Zoo de Vincennes, où Siam a terminé sa vie. Siam a été vedette de cinéma, mais avant cela il a porté de lourdes charges de bois sur son dos ou a fait partie d’un cirque. Bref, cet éléphant a vécu plus de choses que beaucoup d’humains n’en vivront jamais. Il repose aujourd’hui dans la grande galerie de l’évolution au Muséum d’histoire naturelle de Paris et cet album retrace son histoire.

C’est un album émouvant, raconté avec finesse et délicatesse, et illustré avec douceur et réalisme. Un petit brin de vie sur des animaux trop peu connus des enfants dans leur habitat naturel. Un album plaisir pour petits et grands.

En savoir plus

Les promeneurs sous la Lune

Les promeneurs sous la Lune de Zidrou (texte) et Mai Egurza (illustrations), paru chez Rue de Sèvres en mars 2015

IMG_0502

Une petite folie à la librairie du coin (genre j’achète deux livres, je sors, puis finalement je reviens pour acheter celui-là…). Une petite folie pour un GRAND coup de cœur !

Nap’ (Napoléon Carvallo) fait des crises de somnambulisme et se retrouve régulièrement dans le lit d’une parfaite inconnue, Linh. Elle a beau fermer à double tour sa porte d’entrée et celle de sa chambre, rien n’y fait, elle le retrouve dans son lit de temps en temps. Elle finit par comprendre qu’il passe par les toits et donc par sa fenêtre. La situation n’est plus tenable, Nap’ se rend chez un spécialiste pour se guérir. Spécialiste qui lui annonce qu’il est atteint d’une forme de somnambulisme encore inconnue, et qui, surtout, est contagieuse… Tout le quartier finit d’ailleurs par attraper cette maladie, Linh comprise.

En savoir plus

Les Eveilleurs – Tome 2 : Ailleurs

Les Eveilleurs de Pauline Alphen, Tome 2 : Ailleurs, chez Hachette en 2010

Ailleurs

Chose promise, chose due ! Voici la critique du tome 2 de la saga Les Eveilleurs de Pauline Alphen. Je vous préviens de suite, j’ai été très surprise de la tournure des évènements, et après quelques recherches sur les forums, je ne suis pas la seule ! Je vous laisse découvrir mon ressenti par rapport à tous ces changements.

 

Mais attention, je n’y vais pas par quatre chemins : GROS RISQUE DE SPOILS !


En savoir plus

Le trou

Le trou de Oyvind Torseter, publié aux éditions La Joie de Lire en 2012

IMG_0181

C’est l’histoire d’un p’tit bonhomme (visiblement un animal, mais non-identifé…) qui emménage dans un nouvel appartement. Il commence à défaire ses cartons tranquillement, mais ne remarque pas qu’un de ses murs est affublé d’un trou. Quand il s’en aperçoit enfin, il fait le tour du mur pour mieux l’observer. Mais le trou a disparu !! Quand il revient dans sa cuisine, le trou est tombé à terre et fait trébucher le p’tit bonhomme. Décontenancé, il appelle on ne sait quel organisme pour demander à ce que cette anomalie soit analysée. Mais personne ne peut se déplacer, il faut qu’il amène lui-même son trou au laboratoire. Avez-vous déjà essayé d’attraper un trou pour le mettre dans un carton ? Essayez donc, vous m’en direz des nouvelles. Notre petit bonhomme y arrive lui. Il emmène donc sa bizarrerie au laboratoire. Et je ne vous dis pas ce qui se passe ensuite !

En savoir plus