Skip to main content

Amandine Malabul (2017)

Le mois d’octobre vient enfin de débarquer dans nos vies et vous savez quoi : c’est le moment de sortir Halloween des cartons ! Oui, je sais que nous ne sommes que le 09 octobre, mais croyez-moi il n’est jamais trop tôt pour se préparer à célébrer l’étrange, le mystérieux, et la magie. Bon, il faut dire aussi que je ne suis pas vraiment objective puisque je viens de passer trois mois à préparer la déco d’Halloween de ma librairie, et si vous êtes sages, je pourrais même peut-être vous montrer ça 😉 

Mais revenons à nos moutons s’il vous plait. Qui dit octobre, dit donc Halloween et je me suis dis que cet article vous mettrez déjà dans l’ambiance. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, on va parler école de magie et sorcières pardi ! 
Je ne vous emmène cependant pas sur les terres de Poudlard mais sur celles de sa « grande-soeur », la dénommée Amandine Malabul et son Académie supérieure de sorcellerie ! Enfourchez vos balais et c’est parti pour un tour de magie sensationnel ! 

Lire plus

Love, Simon

Love, Simon de Greg Berlanti,
adaptation du livre Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens de Becky Albertalli

Coucou les Cocos,

Je vous avais préparé une superbe introduction, remplie d’amour, de mots et de tendresse, expliquant quand comment et pourquoi je suis tombée sur Love Simon. Mais finalement, je me suis dis qu’on n’avait qu’une vie et qu’elle n’était certainement pas destinée à lire un paragraphe interminable sur le quand, le comment et le pourquoi d’un film.
Bon, en vrai, c’est surtout parce que j’entends le tonnerre gronder au loin et que j’ai bien envie de vous livrer cet article avant que ma connexion internet ne saute. Alors, c’est parti pour une course contre la montre digne de Mission Impossible !

Lire plus

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (Netflix)

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (netflix, 2017)

Etant trop plongée dans ma (re)lecture de la saga Harry Potter, je n’ai malheureusement rien de littérairement neuf à vous faire découvrir cette semaine. Mais séchez vite vos larmes car à la place, j’ai trouvé de quoi occuper vos prochaines soirées ou nuits, ou journées … tout dépend de comment vous regardez vos séries.  

Car oui, aujourd’hui je vous amène du côté de la petite lucarne pour vous parler d’une adaptation toute récente : celle des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire par Netflix !

Mon paradoxe préféré : regarder en anglais un livre que j’ai lu en français 🙂

Si vous n’avez pas passé les 5 dernières années enfermé dans une cave sans moyen de communication moderne, vous avez déjà dû entendre parler de Netflix, ce service de vidéos à la demande qui vous permet de regarder n’importe quels films, séries, documentaires, n’importe où et n’importe quand. Une petite révolution qui s’accompagne d’une politique de création très bien ficelée et très bien maîtrisée. Ainsi, chaque année, Netflix nous gratifie d’une bonne petite dizaine de créations originales, tous domaines confondus. Et la quantité ne rime pas forcément avec médiocrité (enfin, techniquement si, mais pour ce propos, ça ne m’arrange pas). Bon nombre de ces programmes sont excellents à regarder, et Loulou et moi même sommes totalement conquises par certains. 

Sachant tout cela, je ne pouvais que me réjouir de l’annonce de l’adaptation par Netflix d’une de mes sagas littéraires préférées. Je vous en avais d’ailleurs déjà parlé ici. Mais je suppose qu’une petite piqûre de rappel ne fera de mal à personne :

Les enfants Baudelaire avait tout pour être heureux : une maison chaleureuse, des parents aimants et une bibliothèque à faire pâlir d’envie n’importe quel lecteur. Mais à cause d’un terrible incendie, ils perdent tout. Désormais seuls, Klaus, Violette et Prunille devront apprendre très vite à utiliser leurs savoirs respectifs pour échapper au Comte Olaf, un homme malfaisant qui ne recule devant rien pour mettre la main sur leur colossal héritage. 
Les aventures des orphelins s’étendent sur pas moins de 13 romans et j’attendais chacun avec avidité. Car si les premiers étaient répétitifs (un nouveau tuteur, le comte Olaf qui se déguise, les enfants qui sont obligés de prouver que c’est bien lui, et la mort tragique du tuteur), les derniers offrent des aventures plus passionnantes avec l’apparition d’une société secrète très mystérieuse. 

Bien, maintenant que le contexte est posé, je vous laisse allumer vos télés. 

Lire plus

Miss Peregrine et les enfants particuliers, le film

Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton, sorti en octobre 2016

miss-peregrine-film-2

Après un travail de longue haleine, avec notre article sur le tome 1, puis sur la BD et sur notre concours, voici venir l’article final de notre thème « Miss Peregrine » : l’adaptation cinématographique !

Pas besoin de vous en faire un résumé, si vous voulez plus de détails, rendez-vous ici ou ici. Par contre, je ne prends pas de pincettes et c’est garanti avec spoil. Rentrons donc directement dans le vif du sujet.

Je suis allée au cinéma ni enjouée, ni à reculons, mais avec un esprit mitigé.

J’étais dans un sens enthousiaste car :

  • La bande annonce fait quand même sacrément envie en tant que film.
  • J’adore Evra Green.
  • La musique avait l’air sympa.
  • J’étais contente de voir un Tim Burton sans Johnny Depp et sans chant.

Par contre, j’avais déjà le poil hérissé parce que :

  • Finalement je n’ai pas tant aimé que ça le livre, donc je ne savais pas à quoi m’attendre avec le film.
  • J’ai du mal avec Tim Burton ces derniers temps. Je n’ai pas du tout aimé ses adaptations d’Alice au pays des merveilles et Alice de l’autre côté du miroir.
  • La bande annonce fait envie si on n’a pas lu le livre, mais quand on l’a lu on voit déjà que plein de détails ne sont pas respectés, ça fait donc peur pour la suite.

Je suis ressortie de la séance avec l’esprit tout aussi mitigé. Je n’arrive franchement pas à savoir si j’ai aimé ou non ce film, tout comme pour ma lecture. D’habitude j’ai un avis assez tranché sur les films adaptés de livre, ou même les films fantastiques en général, mais là je reste dubitative tout en étant contente. Peut-être que mon cerveau malade depuis 15 jours a un peu de mal… Du coup je vais être obligé de vous séparer mon avis en deux parties : un avis sur le film en lui-même et un autre sur l’adaptation tirée du livre. Mais on complique un peu le tout parce que pour chaque point positif, un négatif apparaît, alors je les mets en relation. Oui oui, ça a l’air compliqué mais ne vous en faites pas, je vous ai tout bien rangé dans un tableau !

Lire plus

Quatre filles et un jean – Le film

Quatre filles et un jean, réalisé par Ken Kwapis, novembre 2005

4 filles et un jean-affiche film

Ouhla, ça fait bien plus d’un an maintenant que nous n’avons pas sorti d’article sur une adaptation ! Mais que nous sommes vilaines ! Bon, par contre, en attendant que je sois allée voir Le BGG au cinéma, on va partir sur un film plus ancien, d’il y a dix ans en réalité.

J’ai sorti un article la semaine dernière sur Quatre filles et un jean d’Ann Brashares (par ici la visite), que j’avais adoré pendant mon adolescence. Malgré mon amour pour ce livre, je n’ai pourtant jamais vu le film quand il est sorti. Il n’est jamais trop tard pour se rattraper donc je l’ai enfin regardé !

J’aurais dû m’abstenir… D’ailleurs, je vais vite me débarrasser de mon ressenti, comme ça après je peux oublier cette mauvaise expérience…

N.B. : je pars du principe que ceux qui liront cet article auront lu le livre, donc je spoile pas mal.

4 filles et un jean-actrices 2

Je suis assez pointilleuse sur les adaptations, ça s’est déjà ressenti dans mes articles précédents. Je laisse peu de place à l’invention de la part du réalisateur et aux libertés qu’il peut prendre. En fait, je ne suis pas contre des changements, à condition qu’ils soient justifiés et que l’atmosphère du livre se retrouve dans le film. Il faut que le spectateur prenne plaisir à regarder le film, autant qu’il a eu de plaisir à lire le livre. Il faut qu’il se dise « oh cool, c’est comme ça que j’imaginais ça ! ». Bon, on est d’accord, tout le monde ne peut pas imaginer tel perso ou tel évènement de la même façon. Mais il y a un socle, une base à respecter. Ce qui me hérisse le poil au plus au point c’est quand on modifie le caractère d’un personnage, ou une action dans le film, mais sans aucune raison. S’il faut raccourcir un événement ou le modifier légèrement pour qu’il tienne dans le 1h30-2h standard, c’est normal. Mais quand ça n’a pas de raison d’être et que le livre aurait pu être mieux respecté sans souci, je suis indignée. Mais qu’est-ce qui se passe dans la tête des réalisateurs pour qu’ils se disent « tiens, on va changer ça, on s’en fout des lecteurs » ? Parce que c’est forcément ce qu’ils se disent quand on voit les catastrophes auxquelles on assiste parfois…

Bref, pour être plus précise, je vais y aller fille par fille pour une fois. Pas la peine de faire un pour et contre, je n’ai trouvé que des contres…

Lire plus

Le Labyrinthe (Tome 1 de la saga L’épreuve)

Le labyrinthe, réalisé par Wes Ball (Tome 1 de la trilogie L’épreuve de James Dashner), octobre 2014.

le-labyrinthe-affiche-france-525x700

Il y a quelques jours, nous vous parlions de L’épreuve de James Dashner, trilogie au succès mondial. Loulou avait littéralement adoré, Coco était plus mitigée. Pour aller jusqu’au bout de notre critique, nous étions bien évidemment obligées d’en voir l’adaptation ! C’est chose faite et voici notre ressenti. Pour un petit rappel de la critique sur les livres, c’est par ici.

Lire plus

Rouge Rubis (Tome 1 de la saga Les Gemmes)

ROUGE-RUBIS-2D-300x422Il y a quelques jours, j’ai publié mon article sur la saga Les Gemmes de Kerstin Gier. J’en ai visionné le film, ce qui me permet aujourd’hui d’inaugurer notre nouvelle section Adaptation avec mon ressenti sur le film qui en découle ! Le but de notre nouvelle section, n’est pas de faire un résumé du film ou de donner notre impression sur celui-ci uniquement. Nous voulons ici faire une critique (amateur, à notre humble niveau) de l’adaptation en elle-même. Ce qui selon nous a bien été repris, ce qui ne l’a pas été ou mal. Dire si le film colle bien à l’esprit du livre, si trop de choses ont été modifiées. En somme, si c’est, toujours selon nous, une bonne adaptation ou non.

Pour ce faire, nous serons obligées dans cette section de parler parfois de détails dont nous ne parlions pas dans nos résumés, pour ne pas spoiler les lecteurs. En essayant de ne pas trop en divulguer pour autant, nous préférons tout de même prévenir que cette section serait plus adaptée à des personnes ayant déjà lu le roman attenant.

D’ailleurs, voici le lien vers l’article sur le livre, pour les curieux.

 

Je vous annonce la couleur de suite en ce qui concerne Les Gemmes, Rouge Rubis : on a fait mieux, mais on a aussi fait bien pire. Pour ne pas m’emmêler les pinceaux, je vais mettre en avant les plus et les moins de cette adaptation :

Lire plus