Skip to main content

L’Ecole des mauvais méchants

         L’Ecole des mauvais méchants – complot 1, de Stéphanie S. Sanders

couverture française

Imaginez un instant que vous êtes un méchant très célèbre et reconnu dans le monde entier. On parle de vous à Halloween, lors de veillées terrifiantes, dans de nombreux livres et ça fait des siècles que ça dure.
Imaginez ensuite que vous décidiez d’avoir des enfants pour, je ne sais pas, transmettre vos gênes maléfiques par exemple.
Imaginez enfin votre stupeur en découvrant que la chair de votre chair est … gentille. Du style à préférer le chocolat au sang bien frais. Du style à aider les mamies à traverser au lieu de leur voler le dentier. Ou pire du style à préférer la pâtisserie aux potions. Une horreur ! Vous vous voyez déjà la risée de tous les autres méchants, subir les huées sur votre passage, sans parler des jets de tomates. Vous n’aimez même pas ça les tomates.
Il ne vous reste donc plus qu’une solution : exiler votre progéniture, loin, très loin de vous, à l’Ecole des Mauvais Méchants.

Lire plus

L’assassin royal

Img_Assassin_royal_1

L’assassin royal de Robin Hobb, 1998 à 2006 pour la première parution française chez Pygmalion

Img_Assassin_royal_13

Autant vous annoncer la couleur, Robin Hobb est mon idole. Je suis encore moins objective sur ses romans que sur Harry Potter. Je n’ai pas encore lu toutes ses œuvres, mais plutôt que de me chagriner, ça me réjouit quand je pense aux multiples heures de bonheur que cela me réserve. Je vais vous faire un petit topo, parce que pour les fans du genre, Robin Hobb est connue, mais sinon cela risque de ne pas vous dire grand chose.

En résumé, Robin Hobb c’est au moins une trentaine de romans (dont une partie sous son autre nom, Megan Lindholm). Quasi tous dans le genre fantasy, quelques-uns plutôt tournés vers la science-fiction. Des fans dans le monde entier. En France, une adaptation de deux de ses plus gros succès en bande dessinée (L’assassin royal et Les aventuriers de la mer). Une comparaison souvent faite dans les médias avec LE grand de ce genre en ce moment (grâce à la série tirée de ses romans, A Games of Thrones), George R.R. Martin.

Le plus grand succès de Robin Hobb, et celui qui l’a propulsée, est L’assassin royal. 6 tomes en anglais, séparés en 13 à l’origine en français (même si aujourd’hui il existe des intégrales). Cycle écrit en deux temps, 10 années séparent la parution du 6ème tome de celle du 7ème tome. Et pour cause, l’auteure pensait en avoir fini avec son héros. Mais un petit coup de vague à l’âme l’a prise et elle a donc poursuivi ses aventures (qui se déroulent 15 ans plus tard dans le cycle).

Placé sur les étalages des romans de fantasy adulte, ce cycle a fait un essai dans les rayons jeunesse il y a quelques années. Echec je suppose, puisqu’il en a disparu un moment, mais désormais on le voit revenir.

Je suis d’ailleurs là pour vous convaincre, que ce cycle peut être lu par des jeunes. Certes, à ne pas mettre entre toutes les mains, il faut être bon lecteur pour se lire 13 tomes. Mais c’est tout à fait possible et même délectable. Je l’ai moi-même commencé à 13 ans et suis de suite tombée accro. La première partie du cycle était sortie, j’ai donc pu la lire d’un bloc. Et c’est avec autant de plaisir que je l’ai relue 10 ans plus tard, avant la sortie de la deuxième partie, pour me remémorer les aventures de Fitz. Et c’est TOUJOURS avec joie que je viens de les re-relire, en prévision de la sortie dans quelques mois, d’une autre suite ! Et oui, même si ce cycle devait encore une fois prendre fin, l’auteure a décidé de remettre le couvert et de continuer un bout de chemin avec son héros ; pour la plus grande joie de ses fans évidemment.

Lire plus

Divergente

 

 Divergente , de Veronica Roth.

 

divergent-book-veronica-roth

Il y a six mois déjà apparaissait sur grand écran le phénomène Divergente. Attirée par une bande annonce qui nous promettait du spectacle à la Hunger Games, j’ai décidé de faire la lecture du livre éponyme.

Je dois avouer que j’ai (vraiment) mis du temps à commencer la lecture des 444 pages du premier tome. Etait-ce à cause des nombreux changements d’éditions en France (le livre a été réédité trois fois, dont deux fois avec un nom différent) ? Probablement. Etait-ce à cause de ma méfiance naturelle envers les appellations du style « le nouveau xxx » (remplacez ici les xxx par Hunger Games) ? Assurément.

Mais face aux superbes ventes et aux mines conquises des jeunes filles qui venaient me commander la suite, j’ai sauté le pas et je l’ai emprunté pendant mon stage.

 Lire plus

La Quête d’Ewilan

Couverture EwilanLa Quête d’Ewilan de Pierre Bottero, 2003, chez Rageot

« C’est un grand classique, dans la lignée du Seigneur des anneaux, la relève de J.R. Tolkien commence là », ai-je entendu à l’université à propos de La Quête d’Ewilan. ——- « Wouah, cette trilogie doit vraiment être splendide, il faut que j’aille l’acheter tout de suite pour enrichir mon petit cerveau », me suis-je dis illico. ——- Achat de l’intégrale, installation confortable dans le lit, une petite tasse de thé et c’est parti pour une nouvelle expérience-plaisir, pensais-je.

Quelques jours plus tard, dernières pages lues, laborieusement, avec beaucoup de séances d’arrachage de cheveux et une vérification à faire dans mes notes de cours : est-ce que mon professeur a réellement parlé de cette œuvre en termes si élogieux ? Malheureusement pour moi oui. Et les premiers retours des étudiants, qui se sont jetés sur ce livre comme moi, sont également très positifs.

D’accord. C’est que ça doit être moi qui cloche. Je n’ai pas compris le sens profond et le génie de cette œuvre. Ou alors, c’est parce que j’ai le droit d’avoir mon propre avis, détaché des cours que je suis, et de ne pas être en accord avec tout ce que m’enseigne la faculté ? Ah ben oui, finalement ça doit être ça. Mais quand même, je suis le seul écho négatif de tout mon entourage pour le moment.

En cherchant bien, j’en ai trouvé des réfractaires à La Quête d’Ewilan. Seulement ils étaient un peu moins kamikazes que moi : ils ont lu les premières pages, n’ont pas accroché du tout et ont abandonné. Et bien si j’avais su, j’aurais fait pareil. Mais j’avais acheté l’intégrale, alors il fallait rentabiliser. Je souhaite tout de même travailler dans l’univers du livre jeunesse, alors il faut que j’enrichisse ma culture personnelle. Et puis après tout, les professeurs ont dit que c’était bien, alors je lui laisse une chance à Monsieur Bottero et je me dis que cela ne peut aller qu’en s’améliorant.

Lire plus

Les Chroniques de Spiderwick

 Les Chroniques de Spiderwickde Holly Black et Tony DiTerlizzi. (5 tomes).

9782266138451

Préparez votre âme d’enfant, réveillez votre côté aventurier, je vous emmène dans le Monde Invisible.

Tout commence par un abandon. Celui du père Grace qui fuit ses responsabilités, loin de ses enfants et de sa femme. Cette dernière doit alors faire face à quelques problèmes financiers, et n’a d’autre choix que d’emménager dans une vieille bicoque familiale.
La maison, aussi âgée que délabrée, appartient à une tante éloignée, Lucinda Spiderwick, enfermée depuis peu dans un asile psychiatrique. On la dit folle, et dangereuse. Pourtant, la maman Grace est ravie de renouer avec l’héritage familial, et elle tente tant bien que mal de composer avec cette étrange maison qui menace de s’écrouler sous chacun de leur pas. Mallory, l’ainée, ainsi que Jared et Simon, les jumeaux, ne sont, en revanche, pas vraiment enchantés par leur nouvelle situation. D’autant plus qu’il semble se passer de drôles de choses dans la maison. Des disparitions d’objets, des bruits suspects, et autres bizarreries rythment désormais leur quotidien.
Qui peut donc bien leur en vouloir ? Jared tente de percer le mystère, et tombe par hasard sur un vieux grimoire poussiéreux. Ecrit par son arrière-grand oncle, Arthur Spiderwick, le grimoire renferme en fait de précieuses informations concernant un Monde Invisible. Un monde qui se cacherait tout autour de nous, et qui serait peuplé, entre autres, par des farfadets, des trolls et autres joyeuseries fantastiques.
En bon petit garçon moderne, Jared n’y croit pas une seconde, mais lorsqu’il se fait attaquer avec sa sœur par une bande de gobelins énervés, il doit bien se rendre à l’évidence : le Monde Invisible existe, et les créatures qui le peuplent ne sont pas toutes bienveillantes.

Lire plus

Percy Jackson

Percy Jackson, de Rick Riordan. Tomes 1 à 5

(ou le garçon qui, sans faire exprès, a énervé les dieux)

Percy Jackson Fr tome 1

Avouez que les meilleurs moments des cours de latin au collège étaient ceux où l’on étudiait la mythologie. Je sais pas vous, mais moi je trouvais les amours de Zeus terriblement plus attrayantes que les rosa, rosas et autre rosarum (soit dit en passant, malgré cinq ans de pratique, je n’ai jamais pu réciter correctement mes déclinaisons. Alors bon, je suis peut être pas une référence …).
Pour ceux qui auraient eu le bon flair de ne pas cocher la maudite case latin sur la feuille de choix qu’on vous présente en 6ème, n’ayez crainte je ne parlerai pas langue morte ici. Non, mais je parlerai mythologie, ce qui est, oh combien, plus intéressant.

Nul besoin d’avoir fait latin pour connaître Zeus, dieu principal du mont Olympe. Et si vous ne le connaissez pas, hé bien il n’est jamais trop tard pour apprendre et je connais le livre idéal pour cela.

Pour être complètement honnête c’est une saga, écrite par Rick Riordan : Percy Jakson. Elle se décline en quatre univers, mais ici, je ne parlerai que de la série de départ qui compte déjà cinq tomes. Non pas que j’ai la flemme mais je préfère ne pas parler de ce que je n’ai pas lu. Lire plus

Les deux gredins

deuxGredinsLes deux gredins, Roald Dahl (illustré par Quentin Blake), 1980

Compère Gredin a une affreuse barbe dégoûtante remplie des restes de ses repas. Commère Gredin a un œil de verre et l’air le plus méchant qu’on puisse imaginer. A eux deux, ils forment le couple le plus redoutable de tous les environs. Ils passent leurs journées à se faire des blagues plus odieuses les unes que les autres. Ils adorent la tarte aux oiseaux et gardent prisonnière une famille de singes.

Lire plus

Les sorcières du beffroi

9782092551295FSLes sorcières du beffroi, de Kate Saunders, chez Nathan

Avouez que quand on dit « sorcière », il y a tout un tas de stéréotypes qui nous viennent en tête. Parfaitement madame, des clichés injustes et malheureux ! Qui a dit qu’une sorcière devait être moche, avec un nez pointu, des chaudrons à gogo, un balai volant et un chat noir ?! Kate Saunders sûrement. Ses sorcières du beffroi sont des stars outre manche, elles ont même une série télévisée, excusez du peu. De quoi faire rougir Harry Potter, je vous le dis. Mais qui sont donc ces sorcières ?

Lire plus

Harry Potter

couverture_esHarry Potter de J.K. Rowling. Tomes 1 à 7.

Pouah. Vous allez nous dire que franchement pour un nouveau blog sur la littérature jeunesse, parler de Harry Potter c’est comme rouler en scooter avec un casque de solex[1]. Oui mais voilà, parler de littérature jeunesse sans parler de Harry Potter, c’est comme des épinards sans crème, c’est moche et c’est pas bon. Allez promis après celle-là on arrête les comparaisons foireuses.

Harry Potter, kézako ?

« Je vous parle d’une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaîîîître » …. Ça y est, on y est. Vous ne sentez pas ce fébrile sentiment qui vous court sur l’échine ? Celui d’être témoin d’un événement extraordinaire ? Vous devriez, car voici venir le temps de la fin.

Lire plus