Skip to main content

Le mystérieux cercle Benedict – Tome 1

Le mystérieux cercle Benedict, tome 1, de Trenton Lee Stewart, paru en 2013 chez Bayard jeunesse

Ouhlala que je suis toute excitée de vous présenter ma nouvelle trouvaille ! Certes, je suis en retard, le premier tome est sorti en version anglophone en 2007, en version française en 2013. Mais oouuuhh que je suis heureuse d’avoir découvert cette petite merveille, même à retardement ! Acheté il y a plus de 7 mois maintenant, il trônait en haut de ma PAL et j’ai enfin pris le temps de le lire. Le mystérieux cercle Benedict a fait le tour du monde et avec raison ! Petit tour d’horizon, pour tenter de happer ceux qui, comme moi, ont un train de retard.

Tu es un enfant ?

Tu possèdes des aptitudes exceptionnelles ?

Tu souhaites vivre une expérience unique ?

Quand cette annonce paraît dans les journaux, des dizaines d’enfants se présentent pour participer à une série de tests tous plus saugrenus les uns que les autres. Au final, seuls quatre jeunes seront retenus, dont notre héros Reynard Mulddon, dit Reynie. Accompagné de Kate, Sticky et Constance, il va faire la connaissance du recruteur, Mr Benedict et de ses acolytes. Depuis des années, Mr Benedict a tenté de recruter un groupe d’enfants assez forts pour l’aider dans sa mission capitale qui est d’infiltrer une pension dirigée par un savant fou. Ça y est, il tient enfin son groupe de surdoués. Après plusieurs jours d’explications et de préparations, les enfants sont prêts. Aidés de la troupe de Mr Benedict, ils vont se faire passer pour de nouveaux pensionnaires et entrer dans l’univers dérangé de Mr Curtain, directeur d’une école qui forme des jeunes pour contrôler les esprits de l’humanité entière, seul moyen, selon notre mégalomane, de venir à bout de la Crise qui sévit depuis plusieurs années. Dernier conseil de Mr Benedict : quoi qu’il advienne, se serrer les coudes.

Lire plus

L’écrivain abominable

L’écrivain abominable de Anne-Gaëlle Balpe (illustré par Ronan Badel), paru en février 2017 dans la collection Pépix des éditions Sarbacane

Je vous présente aujourd’hui un de mes achats effectués au salon du livre de Sainte Odile. Je n’avais absolument pas l’intention de l’acheter, mais quand je faisais la queue à la caisse pour payer déjà le monceau de livres que je tenais, il m’a fait de l’œil. D’abord la couverture, où je reconnaissais le trait de Ronan Badel, furieusement comique (je vous ai déjà parlé de lui dans mon article sur les loups). Puis le résumé de la quatrième de couverture :

« Manolo, les livres, c’est pas son truc. Alors, quand il apprend que la maîtresse a invité un écrivain célèbre, Roland Dale, à venir dans la classe, il s’apprête à passer LA PIRE journée de toute sa vie ! Mais il est encore loin de s’imaginer ce qui l’attend… »

J’étais toute contente parce que j’adore les bouquins où on parle soit d’enfants qui n’aiment pas les livres, soit qui les adorent. En somme, tout ce qui touche au livre. En plus, ça avait l’air d’être un genre de parodie du travail de Roald Dahl, ou bien au moins de présenter son personnage de façon comique, ou que le livre serait truffé de référence. Bref, c’est le nom de « Roland Dale » qui m’a décidée.

Lire plus

Le dernier Elfe

Le dernier Elfe de Silvana de Mari, paru en 2010 pour la version Le livre de Poche jeunesse (2005 parution française originale)

Il y a deux mois maintenant je gagnais (je crois bien pour la première fois de ma vie), un concours sur internet, et pas des moindres puisque c’’était le concours livresque de Kube ! Tous ceux qui avaient déjà commandés une Kube avaient pu y participer. A la clef, des Kubes, mais aussi des goodies. Je fus chanceuse et remportais l’un des gros lots, une Kube gratuite ! Je m’empressais d’aller chercher mon précieux et de valider ma commande.

Puisque j’ai déjà fait un article plus précis sur mon avis en ce qui concerne cette box littéraire (par ici la visite), cela ne va pas être le sujet principal du moment. Je ne vais présenter que succinctement le contenu de la box, c’est sur le livre reçu que je vais me concentrer.

Cependant, j’ai profité d’un petit tour à la campagne pour prendre des photos bucoliques de ma box, je vous en fait donc profiter ! Appréciez, parce qu’avec la rosée du matin, j’ai mouillé mes affaires…

Finalement je suis bien contente d’avoir gagné cette Kube car mon avis change un peu par rapport à ce que j’en avais dit précédemment. Je trouvais la box un peu trop répétitive, avec toujours les mêmes goodies, déclinés seulement avec des couleurs différentes. Le crayon gris et le carnet d’émotions, je n’avais pas l’intention d’en faire la collection.

Et bien ces deux items ont disparu de la box que j’ai reçue, pour être remplacés par des goodies bien sympathiques. Dans cette box de fin de printemps, était mise à l’honneur la calligraphie asiatique ! Un très sympathique petit kit de découverte était fourni, avec pinceau adéquat, explications sur les tracés, une jolie carte style estampe et un cahier aux pages blanches pour s’entraîner. Evidemment, l’éternel marque-page et l’incontournable sachet de thé étaient présents aussi, mais ça on ne s’en lasse pas.

Une Kube vraiment sympathique dont je garde précieusement les accessoires.

Lire plus

Shades of Magic

Shades of Magic de V.E Schwab

 

Coucou à tous !

Oui, vous ne rêvez pas, c’est bien moi, Coco. Après plus d’un mois de jeûne, dû à quelques soucis personnels et la préparation du concours de l’été (par ici), je suis de retour pour vous délecter à nouveau de mes découvertes littéraires.
Dans le même temps, j’ai envie de vous dire : on ne se débarrasse pas aussi facilement de moi niark niark niark

GIF

Alors, l’attente va-t-elle en valoir la peine ? Que vais-je donc bien pouvoir vous présenter pour mon grand retour ?
Le choix fut rude les amis, je dois bien l’avouer, mais il s’est finalement arrêté sur un livre plein de magie, de rebondissements et d’aventures. Et je sais que vous raffolez de ça !

Shades of Magic est sorti depuis trois semaines seulement, mais il a déjà fait chavirer le cœur de nombreux lecteurs avides de fantastique ! Pour ma part, même si j’adore la couverture très travaillée et superbe, je ne me serais sûrement pas laissée tenter par ce livre. D’ailleurs ma première réaction en le recevant, fut un simple « mouais ». Mais après l’article de Loulou, à retrouver ici, sur la box littéraire « Mille et un livres », j’ai voulu tenter l’expérience moi aussi (cela fera l’objet d’un futur article). C’est ainsi que dans la box de juin, j’ai eu le plaisir de découvrir Shades of Magic.

On me promettait un autre monde peuplé de créatures exquises, et on peut dire que j’ai été comblée.

Lire plus

Ginny Moon

Ginny Moon de Benjamin Ludwig, paru en mai 2017 chez Harper Collins

On a été gâtées par Babelio ces temps-ci et c’est donc le second ouvrage que nous avons reçu grâce à eux que je vous présente aujourd’hui. Ayant été Assistante de Vie Scolaire pendant un an, c’est le thème du livre et les premières critiques que j’ai pu en lire qui m’ont intriguée. En voici donc quelques lignes, pour vous donner envie à votre tour.

Pour la première fois de sa vie, Ginny Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours – un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l’entourer. Le foyer dont n’importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14 ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s’occuper d’elle ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir ?

C’est une adolescente comme les autres – elle joue de la flûte, s’entraîne pour le tournoi de basket de l’école et étudie les poèmes de Robert Frost –, à un détail près : elle est autiste. Et certaines choses sont très importantes pour elle : commencer sa journée avec précisément neuf grains de raisin, chanter sur Michael Jackson (son idole), manger de la pizza au bacon et aux oignons et, surtout, retrouver sa mère biologique pour pouvoir s’occuper de sa Poupée, qui court un grand danger.

Avec les moyens limités et pourtant redoutables d’une enfant enfermée dans son monde intérieur, Ginny va tout mettre en œuvre pour la sauver.

Lire plus

Défi à Sherlock Holmes

Défi à Sherlock Holmes de Béatrice Nicodème paru chez Hachette en 2012


Je n’ai jamais été une grande fan des romans policiers, même si les classiques m’attirent et que je me suis toujours dis que je devrais tout de même m’y mettre, rien que pour la culture. Plus jeune, j’ai principalement lu des Agatha Christie et quelques Arthur Conan Doyle (dont Le chien des Baskerville, qui m’a marquée). Mais je ne suis pas une grande connaisseuse. J’ai pourtant envie de m’y atteler plus sérieusement, mais le nombre impressionnant d’œuvres fait que je ne sais par où commencer. Et si ça me plaît, ma PAL va trop grossir à mon goût, alors je ne m’y risque pas. Pourtant je me suis laissée tenter par un roman policier, reprenant le classique Sherlock Holmes, histoire de changer un peu de style. De plus, ce n’est pas une pure histoire d’Arthur Conan Doyle, mais une reprise du personnage du célèbre détective par une auteure française ! C’est aussi ça qui m’a séduite dans le concept. Le nom de Béatrice Nicodème ne m’était pas non plus inconnu, il titillait mon oreille, sans que je sache pourquoi. Après vérification, j’ai lu plusieurs romans d’elle dans ma jeunesse, comme Y a-t-il un assassin dans l’immeuble ? Je me suis donc lancée dans l’aventure de ce Sherlock Holmes un peu particulier.

Pauline de Chalin, femme de conseiller de l’ambassade française est retrouvée assassinée, étranglée puis égorgée, dans une église, loin de chez elle. Pas de quoi émoustiller le grand détective, qui ne s’intéresse qu’aux affaires les plus étranges. Cependant, quand une lettre lui est directement adressée où un certain Cancrelat se vante d’avoir commis ce crime et défie personnellement Holmes de le trouver avant qu’il ne commette un autre crime, il ne peut évidemment pas reculer. Cette affaire va l’intriguer au plus haut point. Avec son précieux acolyte, le docteur Watson, qui est près d’emménager avec son épouse et a donc parfois la tête un peu ailleurs, ils vont vivre l’une des enquêtes les plus mystérieuses de leur carrière. Cette affaire va remettre en cause la misogynie de Sherlock Holmes et chambouler une partie de sa vie.

Lire plus

Fac-similé

Fac-similé de Alejandro Zambra, paru en 2016 chez Zinnia éditions

C’est par le biais de Babelio et l’une de ses masses critiques que j’ai découvert l’ouvrage que je vous présente aujourd’hui. Un ouvrage qui ne paye pas de mine, mais qui est sacrément efficace et qui vous fera vous poser des questions, les bonnes questions. C’est son résumé dans la liste de la masse critique de Babelio qui m’a donné envie de le cocher, je vous le présente donc tel quel :

« Reprenant la structure de l’épreuve du questionnaire à choix multiples en 90 items, proposé au Chili entre 1967 et 2002 aux jeunes gens désireux d’entrer à l’Université, Alejandro Zambra construit un roman tout à la fois étrange, novateur et fascinant.

On y retrouve les thèmes chers à l’auteur : la difficulté des relations humaines, qu’elles soient filiales ou amoureuses, qui laissent une large place au mensonge, à la défiance et à l’infamie ; l’enfance sous la dictature et l’héritage de secrets porté à l’âge adulte ; la place de la mémoire et des formes d’éducation qui s’assimilent davantage à du formatage qu’à l’apprentissage de la réflexion dans la société contemporaine, chilienne et peut-être d’ailleurs.

Mais en s’éloignant délibérément de la forme traditionnelle du récit, en proposant des exercices qui s’apparentent à des questions éthiques, et en faisant du lecteur le co-auteur nécessaire du texte qu’il est en train de lire et de (re)constituer Alejandro Zambra signe un livre audacieux, délicat et bigrement efficace. »

C’est principalement la structure en QCM qui m’a intriguée. Je me suis demandé comment on pouvait construire un roman avec de telles données. Je ne connaissais ni l’auteur, ni la maison d’édition. Cette dernière est toute nouvelle, ouverte à Lyon depuis 2013, et promeut exclusivement les littératures latino-américaines. Autant dire que je ne m’y serais pas penchée de moi-même, c’est donc de belles rencontres que permettent les équipes de Babelio.

Lire plus

Cauchemars

Cauchemars, de Kirsten Miller et Jason Segel

Il y a quelques semaines, les éditions Bayard Jeunesse et Babelio se sont associés pour faire gagner, via facebook, un nouveau livre au titre bien charmant : Cauchemars. Pas convaincue pour un sou par mes chances de gagner, j’ai quand même participé. Grand bien m’en a pris puisque je fus l’une des trois gagnants.

Seulement voilà, si j’étais bien ravie d’avoir gagné ce livre (pour une fois que je gagne quelque chose), je n’étais qu’à moitié convaincue par celui-ci. Non pas que le résumé ne soit pas alléchant ou que la couverture soit moche, bien au contraire, mais c’est le nom apposé en haut du livre qui me dérangeait.
Jason Segel…. Si cela vous dit quelque chose, mais que vous n’arrivez pas à vous rappeler quoi, je vous donne quelques indices : acteur, USA, Marshall, Muppets, How I Met Your Mother. Oups, je pense que je vous ai carrément donné la solution 🙂 Hé oui, Jason Segel est essentiellement connu pour son rôle de Marshall dans la sitcom HIMYM.

Peut-être pas la photo la plus vendeuse, mais définitivement la photo la plus marrante !

J’étais fan de cette série et j’adorais son personnage, mais le voir se transformer en auteur pour enfants, hum, disons que j’étais un peu sceptique. Il vaut dire à ma décharge que la mode semble être à ces livres écrits par d’autres ou l’on appose pour faire bien le nom d’une célébrité. Je m’étais déjà fait avoir une fois (voir ici), je n’avais pas envie de récidiver !

C’est donc avec des chaussures de plomb que je suis entrée dans l’univers de Cauchemars, mais je les ai bien vite laissées sur le bord de la route !

Lire plus

Les Liseurs Intrépides

Le mois dernier, j’ai eu l’opportunité de faire un stage en CDI (Centre de Documentation et d’Information des collèges et lycées, je précise, on ne sait jamais), en rapport avec ma reprise d’étude dans la documentation. Une semaine au sein du CDI de Sainte-Odile, établissement privé de Lambersart, commune de Lille. Une semaine de stage un peu spéciale, puisque la documentaliste de la partie collège du CDI est en pleine préparation d’un salon du livre.

Eh oui, les salons du livre ne sont pas réservés qu’aux grandes villes. Cette année sera la quatrième où Sainte-Odile organise un salon au sein de ses bâtiments. Mais un salon du livre ouvert à tous et gratuit ! Et pas de la gnognotte, s’il-vous-plaît, puisque ce sera ouvert toute la journée, de 10h à 18h et que pas moins de 27 auteurs/illustrateurs et 3 maisons d’éditions seront présents ! Ainsi que la librairie Au Temps Lire !

Un salon vrai de vrai donc, avec toutes les activités qui vont avec : les auteurs ne seront pas là pour décorer, mais bien pour dédicacer et animer des ateliers. Vincent Villeminot (l’un des auteurs de U4, mais aussi de Samedi 14 novembre), Winoc, Nancy Guilbert, Marie Colot, ou encore Coralie Saudo, seront présents. Un beau palmarès qui donne envie de venir les bras chargés de livres (ou le portefeuille bien rempli, puisque nombres de leurs livres seront en vente sur le salon) pour repartir avec moultes dédicaces et des étoiles plein les yeux.

Ce 4ème salon se déroulera ce samedi 13 mai, à Sainte-Odile, avenue de Dunkerque à Lambersart.

Lire plus

S

S de J.J. Abrams et Doug Dorst, paru en 2013 chez Michel Lafon

Oui, oui, vous avez bien lu J.J. Abrams, le fameux réalisateur, et oui oui, vous avez bien lu S, je n’ai rien oublié dans le titre. Chers lecteurs, accrochez-vous bien pour cet article, car c’est une sacrée expérience que je vais vous relater ici. Je ne sais même pas vraiment par quoi commencer pour vous expliquer en quoi consiste le concept de ce livre. Je vais tenter de ne pas m’embrouiller et d’être assez claire.

Le concept de S reprend celui des Cathy’s book. Cathy’s book a été un livre révolutionnaire à sa sortie car on avait entre les mains le journal intime d’une jeune fille, qui laissait des indices au lecteur pour qu’il résolve l’énigme qu’elle vivait dans sa vie en même temps qu’elle, voire même avant. Des numéros de téléphone à appeler y étaient glissés, que l’on pouvait vraiment joindre et on tombait sur des messages vocaux. Il y avait également, à l’avant du livre, une pochette remplie d’objets mystérieux (une page de journal, une page d’annuaire, une serviette en papier avec un mot griffonné dessus…) auxquels se référer quand le journal intime le demandait.

Lire plus