Skip to main content

Cauchemars

Cauchemars, de Kirsten Miller et Jason Segel

Il y a quelques semaines, les éditions Bayard Jeunesse et Babelio se sont associés pour faire gagner, via facebook, un nouveau livre au titre bien charmant : Cauchemars. Pas convaincue pour un sou par mes chances de gagner, j’ai quand même participé. Grand bien m’en a pris puisque je fus l’une des trois gagnants.

Seulement voilà, si j’étais bien ravie d’avoir gagné ce livre (pour une fois que je gagne quelque chose), je n’étais qu’à moitié convaincue par celui-ci. Non pas que le résumé ne soit pas alléchant ou que la couverture soit moche, bien au contraire, mais c’est le nom apposé en haut du livre qui me dérangeait.
Jason Segel…. Si cela vous dit quelque chose, mais que vous n’arrivez pas à vous rappeler quoi, je vous donne quelques indices : acteur, USA, Marshall, Muppets, How I Met Your Mother. Oups, je pense que je vous ai carrément donné la solution 🙂 Hé oui, Jason Segel est essentiellement connu pour son rôle de Marshall dans la sitcom HIMYM.

Peut-être pas la photo la plus vendeuse, mais définitivement la photo la plus marrante !

J’étais fan de cette série et j’adorais son personnage, mais le voir se transformer en auteur pour enfants, hum, disons que j’étais un peu sceptique. Il vaut dire à ma décharge que la mode semble être à ces livres écrits par d’autres ou l’on appose pour faire bien le nom d’une célébrité. Je m’étais déjà fait avoir une fois (voir ici), je n’avais pas envie de récidiver !

C’est donc avec des chaussures de plomb que je suis entrée dans l’univers de Cauchemars, mais je les ai bien vite laissées sur le bord de la route !

Lire plus

Les Liseurs Intrépides

Le mois dernier, j’ai eu l’opportunité de faire un stage en CDI (Centre de Documentation et d’Information des collèges et lycées, je précise, on ne sait jamais), en rapport avec ma reprise d’étude dans la documentation. Une semaine au sein du CDI de Sainte-Odile, établissement privé de Lambersart, commune de Lille. Une semaine de stage un peu spéciale, puisque la documentaliste de la partie collège du CDI est en pleine préparation d’un salon du livre.

Eh oui, les salons du livre ne sont pas réservés qu’aux grandes villes. Cette année sera la quatrième où Sainte-Odile organise un salon au sein de ses bâtiments. Mais un salon du livre ouvert à tous et gratuit ! Et pas de la gnognotte, s’il-vous-plaît, puisque ce sera ouvert toute la journée, de 10h à 18h et que pas moins de 27 auteurs/illustrateurs et 3 maisons d’éditions seront présents ! Ainsi que la librairie Au Temps Lire !

Un salon vrai de vrai donc, avec toutes les activités qui vont avec : les auteurs ne seront pas là pour décorer, mais bien pour dédicacer et animer des ateliers. Vincent Villeminot (l’un des auteurs de U4, mais aussi de Samedi 14 novembre), Winoc, Nancy Guilbert, Marie Colot, ou encore Coralie Saudo, seront présents. Un beau palmarès qui donne envie de venir les bras chargés de livres (ou le portefeuille bien rempli, puisque nombres de leurs livres seront en vente sur le salon) pour repartir avec moultes dédicaces et des étoiles plein les yeux.

Ce 4ème salon se déroulera ce samedi 13 mai, à Sainte-Odile, avenue de Dunkerque à Lambersart.

Lire plus

S

S de J.J. Abrams et Doug Dorst, paru en 2013 chez Michel Lafon

Oui, oui, vous avez bien lu J.J. Abrams, le fameux réalisateur, et oui oui, vous avez bien lu S, je n’ai rien oublié dans le titre. Chers lecteurs, accrochez-vous bien pour cet article, car c’est une sacrée expérience que je vais vous relater ici. Je ne sais même pas vraiment par quoi commencer pour vous expliquer en quoi consiste le concept de ce livre. Je vais tenter de ne pas m’embrouiller et d’être assez claire.

Le concept de S reprend celui des Cathy’s book. Cathy’s book a été un livre révolutionnaire à sa sortie car on avait entre les mains le journal intime d’une jeune fille, qui laissait des indices au lecteur pour qu’il résolve l’énigme qu’elle vivait dans sa vie en même temps qu’elle, voire même avant. Des numéros de téléphone à appeler y étaient glissés, que l’on pouvait vraiment joindre et on tombait sur des messages vocaux. Il y avait également, à l’avant du livre, une pochette remplie d’objets mystérieux (une page de journal, une page d’annuaire, une serviette en papier avec un mot griffonné dessus…) auxquels se référer quand le journal intime le demandait.

Lire plus

Sweet Sixteen

Sweet Sixteen, de Annelise Heurtier

Il y a quelques temps, je suis allée voir Les Figures de l’Ombre au cinéma (que je vous conseille fortement au passage). On y suit l’histoire de trois afro-américaines embauchées à la NASA en tant que calculatrice humaine (si, si, dans les années 60, c’était un véritable job). Bien entendu, la ségrégation qui fait rage aux Etats-Unis ne les épargne pas. Comme quoi, on a beau être la personne la plus intelligente du monde, si on est né(e) de la mauvaise couleur et du mauvais sexe, on ne sera jamais écouté(e). 

Enfin bref, tout ça pour vous dire que le film est génial et que pour rester dans ce thème, je vais dépoussiérer ma PileALire et vous présenter aujourd’hui Sweet Sixteen de Annelise Heurtier. Il faut dire que le livre date de 2013 et qu’il est depuis à peu près autant de temps dans ma PAL. Sa couverture, retraçant la séparation blanc/noir qui régnait pendant la ségrégation, et son résumé m’avaient tapé dans l’œil. Seulement, j’avais aussi peur que l’histoire ne soit triste, trop triste et c’est ainsi que le livre s’est quelque peu perdu dans ma PAL. Ne me jugez pas, l’être humain est contradictoire 🙂 

Lire plus

Quelques minutes après minuit

Quelques minutes après minuit, de Patrick Ness

Chronique avec de légers spoilers

 

Avec Loulou, on aime bien partager nos lectures. Vous avez dû vous en rendre compte depuis le temps 🙂 . Mais ce qu’on aime par dessus tout, c’est faire découvrir à l’autre de petites pépites. Le seul souci, voyez-vous, c’est qu’on ne sait jamais comment l’autre va réagir, alors on attend fébrilement le verdict, trépignant d’impatience derrière nos écrans. Et généralement, c’est réussi ! Il faut dire qu’on se connaît si bien qu’on sait instinctivement ce qui va plaire ou déplaire à notre double littéraire …

Si je vous raconte tout cela, c’est pour vous faire comprendre l’ampleur de la trahison qui s’est jouée il y a quelques jours dans nos canapés. Loulou m’avait si gentiment conseillé ce petit livre que j’ai plongé dedans sans me poser de questions. Je ne m’attendais certainement pas à en ressortir en larmes et totalement bouleversée ! Et elle qui m’avait simplement dit : « tu verras, c’est bien » ! Triste mensonge : ce livre est juste génialissime !

Moi, à la dernière page : allégorie

Lire plus

Dangerous Women

Dangerous Women, partie 1 (juin 2016) et partie 2 (janvier 2017), paru chez J’ai Lu, présenté et rassemblé par George R.R. Martin et Gardner Dozois

Au détour d’une librairie l’été dernier, je tombe sur une tête de gondole bien attrayante. Déjà, je suis sous le charme de la première de couverture, simple mais très attirante à mon goût. Le titre est plutôt racoleur également. Quand je me penche un peu plus, c’est le nom de George Martin qui m’interpelle davantage. Le résumé finit de guider ma main pour mettre cet ouvrage dans mon panier. Après avoir lu la note de l’éditeur en début d’ouvrage, je me vois ravie d’apprendre qu’il y aura un second tome et surtout de comprendre la répartition choisie. Explications.

Dangerous Women est un recueil de nouvelles paru en 2013 aux USA. Comme son titre l’indique, ainsi que l’introduction écrite par Dozois, toutes les histoires présentes dans cet ouvrage modèlent des femmes dangereuses. Mais, si aux USA elles n’ont fait l’objet que d’un seul recueil, en France il a été séparé en deux. Le premier rassemble les histoires écrites par des hommes, le second écrites par des femmes. J’ai trouvé cette séparation très intéressante, car, avant même de commencer à lire je me suis dit que ça permettrait de voir s’il y avait une différence sur la place de la femme et sa vision selon si c’est un homme ou une femme qui tient la plume.

Je suis parti avec certains aprioris, mais que je n’ai pas voulu trop forts. Je me disais que l’on risquait tout de même de trouver sous la plume des hommes des dangerous women peut-être un peu plus potiches que sous celle des femmes, ou plus vicieuses, opérant plus dans l’ombre que dans un rayonnement de force. Alors que les auteures mettraient la femme en avant d’une autre manière ; sous un angle plus positif que celui des auteurs. Je me suis cependant laissée porter par les nouvelles, sans m’accrocher à mon premier avis, pour pouvoir me forger une opinion neutre. Malheureusement, certains de mes aprioris se sont révélés vrais, mais surtout j’ai été un peu surprise de voir que même sous les plumes féminines, l’image de la femme est parfois écornée.

Ci-dessous, l’introduction de Gardner Dozois dans cet ouvrage, pour que vous voyez tout de même un peu ce qui se cache dans ce livre. Tout ce qu’il dit est vrai, cela reflète bien le fond des nouvelles présentées. Cependant, j’expliquerai plus bas pourquoi ce n’est pas exact en tout point, selon moi.

« Ne vous attendez pas à trouver ci-après des victimes expiatoires attendant en gémissant de terreur que des héros gonflés à la testostérone viennent pourfendre le monstre ou croiser le fer avec le méchant de l’histoire ; et s’il venait l’idée d’attacher ces femmes-là sur des rails, vous vous retrouveriez avec un sacré problème sur les bras. En revanche, vous allez rencontrer des bretteuses hors pair, des pilotes de chasseur ou de vaisseaux spatiaux intrépides, des tueuses en série redoutables, des super-héroïnes formidables, des femmes fatales retorses et séductrices, des magiciennes, des dures à cuire, des criminelles et des rebelles, des survivantes aguerries d’univers post-apocalyptiques, des détectives privées, des juges sévères adeptes de la potence, des reines hautaines dirigeant des nations et dont la jalousie et les ambitions ont provoqué des milliers de morts sinistres, des dragonnières impavides et bien d’autres. »

Lire plus

Timothée de Fombelle

Cela fait plusieurs années désormais que l’on entend parler de Timothée de Fombelle, et pourtant je n’avais jamais pris le temps de m’atteler à la lecture d’une de ses œuvres. Mais son passage dans l’émission La grande Librairie sur France 5 l’année dernière (un grand merci d’ailleurs à la chaîne pour ce super opus sur la littérature de jeunesse), plusieurs chroniques faites par des blogs jeunesse que je suis et une mise en évidence par ma médiathèque sur leurs rayons du Livre de Perle, ont été autant de signes pour me faire craquer. J’avoue que j’avais peur de me lancer dans l’aventure, car après tant de détails sur ses livres et de critiques positives lues, j’ai angoissé à l’idée de m’en faire une trop bonne idée et d’être finalement déçue. Un peu comme avec La Quête d’Ewilan dont on m’a tellement vanté les mérites que j’ai fini par le lire, mais qui m’a plus que déçue (ma critique à zieuter par ici), ou encore Miss Peregrine et les enfants particuliers (par ici la visite). J’ai une tendance à trop m’accrocher aux avis positifs sur les livres, à peut-être même les décupler dans ma tête et du coup à être déçue lorsque je découvre réellement l’œuvre. Un peu comme quand j’ai découvert La Joconde au Louvre dans ma jeunesse. Je ne m’étais jamais attardée sur la taille du tableau, que je n’avais donc pas retenu, mais on me l’avait tellement vantée, que je me l’imaginais automatiquement plus grande et j’ai été surprise, voire un peu déçue en la voyant pour la première fois.

Bref, tout ça pour dire que lire trop de critiques d’un livre avant de le lire réellement, c’est finalement mauvais pour moi. Eh bien, chaque règle a son exception et j’ai trouvé la mienne : Timothée de Fombelle. Je suis tombée sous le charme de ses textes, de sa poésie qui n’en a pas l’apparence, de ses aventures dans l’inconscient, de son côté fleur bleu à juste dose, bref de sa plume toute entière.

Alors, je ne vais pas vous refaire un article sur chacun de ses livres, ceux-ci inondent la toile. Mais je me dis qu’un petit article présentant brièvement chacune de ses œuvres, pour montrer la diversité dont il fait preuve, donner envie à ceux qui n’auraient pas encore goûter à ses paroles, ça ne peut pas faire de mal.

Je ne vais d’ailleurs pas présenter ses livres dans l’ordre chronologique de parution, mais dans l’ordre dans lequel je les ai découvert, pour pouvoir en faire une comparaison suivie par rapport à mon ressenti. Résumés et impressions succincts, juste ce qu’il faut pour donner envie.

Et puis, pour une veille de Saint Valentin, le thème « De Fombelle » avec toute la poésie qu’il comporte est parfait !

 

On commence même par la fin, puisque j’ai débuté mes lectures par Le Livre de Perle, l’un de ses derniers ouvrages, sorti en 2014 chez Gallimard jeunesse.

Je n’ai pas envie de changer le résumé de Gallimard, c’est lui qui m’a donné envie, voyons s’il vous convainc également :

« Il vient d’un monde lointain auquel le nôtre ne croit plus. Son grand amour l’attend là-bas, il en est sûr. Pris au piège de notre Histoire, Joshua Perle aura-t-il assez de toute une vie pour trouver le chemin du retour ? » – Un grand roman d’aventures entre réel et féérie, une éblouissante ode à l’amour et aux pouvoirs de l’imaginaire.

Lire plus

Le cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde

Le cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde, écrit par Robert Louis Stevenson et illustré par Simon Moreau, paru fin 2016 aux éditions Marmaille & compagnie

dr-jekyll-et-mr-hyde-stevenson-moreau-marmaille-1

En cette fin d’année, Babelio a organisé plusieurs masses critiques, comme ils savent si bien les faire. Nous nous sommes évidemment empressées d’y participer et nous sommes ravies car nous avons été tirées au sort pour un livre dans deux masses critiques ! Cette semaine, je vous présente le premier que nous avons reçu, la semaine prochaine, je vous présenterai le second.

dr-jekyll-et-mr-hyde-stevenson-moreau-marmaille-2

On commence donc par un très grand classique : Le cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Une nouvelle écrite en 1886 par le très célèbre Robert Louis Stevenson, connu également pour L’île au trésor, entre autres. Sans se vouloir expressément réservé à la jeunesse, Stevenson écrit pour tous, mais est considéré très vite comme un auteur de romans d’aventure et de récits fantastiques pour adolescents. Il est néanmoins reconnu par ses paires grâce à son écriture très travaillée et soignée qui fait voyager le lecteur au cœur du livre, quel que soit le récit.

Cependant, de nos jours, il n’est plus forcément connu de tous, surtout des jeunes. L’île au trésor peut encore être étudié à l’école par exemple, mais point Le cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Ce qui est fort dommage vu la puissance de cette histoire à faire frémir les plus aguerris. Cela a donc été un plaisir pour moi de redécouvrir ce texte que je n’avais pas lu depuis longtemps, illustré magistralement par Simon Moreau.

Lire plus

L’Epouvanteur

L’épouvanteur de Joseph Delaney

epouvanteur-tome1

Une fois n’est pas coutume : aujourd’hui je ne vais pas me concentrer sur un, deux ou trois livres, non, je vais vous parler de toute une saga fantastique plus que géniale : L’épouvanteur.
Cela faisait longtemps que je devais vous en parler : depuis 2014 en fait et cette sélection de noël ci. Mais je dois avouer que, au plus j’aime quelque chose, au plus il m’est difficile d’en parler en des termes concis et clairs : en bref, je pars dans tous les sens et j’ai horreur de ça. Alors oui, cet article a mis du temps à se construire, mais le voilà ! Il vaut mieux tard que jamais, n’est-ce pas ?

Vous l’aurez donc déjà compris à ce stade de l’article, j’aime L’épouvanteur. Ça fait peur, c’est fantastique, c’est bourré de sorcières et de créatures mythiques et, cerise sur le gâteau, les livres français sont très beaux à collectionner.

epouvanteur-tome-5

Avec un effet vieilli des plus réussi

Vous voulez en savoir davantage ? Ça tombe bien, j’en ai encore plus dans mon chapeau (de sorcière) !

Lire plus

Harry Potter et l’enfant maudit // Harry Potter and the cursed child

Harry Potter et l’enfant maudit // Harry Potter and the cursed child, de Jack Thorne, John Tiffany et J.K Rowling

harry_potter_and_the_cursed_child_special_rehearsal_edition_book_cover

N.B : Attention, fans oblige, cet article sera particulièrement long. Mais c’est du haut niveau, promis 🙂

 

On ne va pas se mentir, c’est l’évènement de l’année en littérature de jeunesse (voire en littérature tout court). La sortie de la suite des aventures d’Harry Potter, couplée avec la sortie un mois plus tard des Créatures Fantastiques au cinéma, promet un avenir radieux à Gallimard qui assure la publication française. Rappelons-le, la saga littéraire du sorcier le plus célèbre au monde a engendré pas moins de 420 millions de ventes dans le monde et convertit toute une génération à la lecture. D’aucuns diront que cette suite n’est donc qu’un pur coup commercial et marketing, d’autres défendront au contraire l’auteur qui a toujours su faire plaisir à ses fans.
Ces fans justement (dont on fait bien entendu partie, Loulou & moi) mourraient d’envie de retourner à Poudlard et, à défaut de recevoir cette foutue lettre d’acceptation qui n’arrivait jamais, tous relisaient sagement en boucle les 7 tomes de la saga. Alors forcément, au bazar comme ailleurs dans le monde, l’info de la parution du 8ème tome a fait l’effet d’une bombe.

29690-super-happy-dude-gif-veii

super-exicted

 

Même si, au fil des mois, beaucoup d’informations ont filtré sur la pièce de théâtre et donc aussi sur le livre, nous avons pris le pari de ne pas nous spoiler pour garder intacte la magie du texte.
Ce fut dur et laborieux, et j’ai (Coco) même fini par échouer. Loulou, elle, a tenu bon malgré les mille et unes tentations qui ont jalonné son parcours. J’avoue que j’étais l’une de ces tentations (mea culpa). En même temps, je n’ai pas pu résister bien longtemps et j’ai lu le livre plus d’un mois avant Loulou, profitant d’une relative maîtrise de la langue anglaise pour le lire en VO. Alors vous en conviendrez, ce n’était pas de la tarte de tout garder pour moi.

Mais l’heure de la délivrance a enfin sonné ! 2 lectures, 2 critiques, 2 avis différents et une tonne de thé plus tard, on est donc prêtes à vous emmener avec nous à Poudlard. Préparez vos baguettes, n’oubliez pas votre balai et foncez tête baissée sur la voie 9 3/4 !

Lire plus