Skip to main content

Horrifikland

Horrifikland, de Lewis Trondheim et Alexis Nesme

Hello les cocos !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous faire partager un nouveau coup de cœur ! Et quelle joie pour moi, puisque cette petite BD est l’occasion de concilier mes deux passions : Disney et la lecture.
Et oui, aujourd’hui je vais vous parler de Mickey, qui, à l’occasion de ses 90 ans (wah la vieille souris !), s’est offert de nouvelles aventures très… horrifiques.

En savoir plus

Le bonheur c’est simple comme un bento de Yuzu

Le bonheur c’est simple comme un bento de Yuzu, 2 tomes, de Umetaro Aoi, paru chez Nobi Nobi en 2018

Mini-série, mini-article !

Yuzu est une petite fille de 5 ans, dynamique, toujours souriante, qui aime faire le bonheur des autres. Depuis la mort de ses parents, elle vit avec sa grand-mère, dans une maison cachée au milieu d’une forêt qui surplombe le village de Mugi. Elle a décidé de reprendre le rêve de sa maman : ouvrir une boutique de bento. Ainsi, elle comble les gens du village, mais surtout les visiteurs occasionnels, qui seront toujours surpris par le talent culinaire de cette toute petite fille. D’un seul coup de tête, elle saura leur faire retrouver le sourire.

Cette mini-série en 2 tomes ne paye pas de mine, mais est vraiment à croquer ! Cette petite fille pleine de vie redonnerait le sourire à n’importe qui, on ne peut pas lui résister. Elle a le chic pour tomber sur des gens renfermés, boudeurs ou tristes, mais en quelques secondes la petite devine ce qui pourrait leur remonter le moral et confectionne un bento en ce sens. Ainsi, grâce aux dessins tracés par Yuzu dans le riz ou aux saveurs qu’elle a choisie, des souvenirs heureux remonteront à l’esprit de ses clients et cela réussira à leur faire retrouver le bonheur. Un vieux monsieur qui arrive enfin à dire à sa femme ce qu’il ressent, une jeune fille qui prend son envol et se détache du cocon familial, un jeune garçon qui retrouve l’amour de son chien… autant de scénarios résolus par la petite Yuzu grâce à ses bentos !

Dans le deuxième tome, la trame est un peu plus étoffée et on n’assiste pas seulement à des scènes séparées les unes des autres pour chaque bento confectionné. Yuzu va devoir s’occuper de sa cousine de 4 ans, Anzu, petite fille farouche et boudeuse. En plus de quelques bentos cuisinés, on assiste à l’épanouissement de la petite Anzu, au contact de la nature et de Yuzu.

En bref, c’est une série vraiment mignonne et sympathique, à dévorer dès l’âge de 8 ans (voir plus jeune pour les meilleurs lecteurs). Pourquoi pas une initiation aux mangas grâce à cette jolie histoire simple mais efficace.

Bonne lecture découverte les loulous !

Sauveur & Fils saison 1

Sauveur & Fils saison 1, de Marie-Aude Murail

Hello les cocos !

J’espère que les chroniques de Loulou sur la famille Murail (ici, ici et ici) vous ont plu, car je viens aujourd’hui pour en remettre une couche. Ce qui est assez ironique voyez-vous parce que je vous écris cet article, littéralement recouverte de peinture blanche, assise sur un lit de camp dans ce qui va bientôt devenir mon ancien appartement.
Hé oui, je déménage et du coup dois « encartonner » tous mes livres chéris avant de refaire un petit coup de peinture. Mais assez parlé de moi, revenons à nos moutons (ou nos cochons d’inde) !

Si vous avez déjà lu les chroniques précédentes de ma Loulou d’amour, notamment la dernière sur Marie-Aude Murail, vous savez déjà de quoi je vais vous parler aujourd’hui. Pour tous les autres, je vais vous résumer en un seul mot : coup de cœur !

En savoir plus

Moxie

Moxie de Jennifer Mathieu, à paraître en mars 2019 chez Milan jeunesse

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous présente aujourd’hui un service de presse que j’ai reçu de chez Milan, qui sera sur les étales des librairies dans quelques jours. Jennifer Mathieu a déjà publié plusieurs livres aux USA, mais c’est le premier qui est traduit en France. Eh bien c’est une belle entrée en matière pour se faire connaître chez nous !

 

Vivian Carter, 16 ans, en a marre. Marre que l’équipe de foot de son lycée se croie tout permis. Marre qu’on impose des règles vestimentaires aux filles, mais jamais aux garçons. Marre du sexisme dans les couloirs du bahut et des profs qui ferment les yeux. Plus que tout, Vivian en a marre qu’on lui dise qui elle doit être. Vivian Carter dit Stop. Et si toutes les filles se rassemblaient pour qu’enfin sonne l’heure de la révolution ? Les Moxie girls contre-attaquent !

Pins en cadeau !

J’ai commencé par prendre ce roman avec des pincettes. Evidemment, je suis féministe. Pas engagée, mais féministe quand même, dans le sens où je prône l’égalité homme-femme et l’extension de la place de la femme dans la société. Il faut dire que j’ai eu la chance d’être élevée dans ces valeurs, d’avoir un papa qui cousait (et coud encore d’ailleurs) mes vêtements, fait le ménage, les courses, le repas, sans jamais se demander si c’était sa place. Et j’ai la chance aujourd’hui d’avoir le même modèle à la maison pour moi toute seule :p En revanche, j’ai beaucoup de mal avec l’image des féministes dans les médias. On ne nous montre que de jeunes femmes en colère, qui se baladent seins nus pour revendiquer on ne sait quoi. Oui, parce qu’au final, on ne retient pas du tout leur revendication et du coup elles passent juste pour des folles. Je ne dis pas qu’elles le sont, loin de là. Mais c’est l’image que la presse donne d’elles, c’est ce qui reste dans l’esprit du grand public et du coup ça dessert totalement le vrai message à faire passer derrière. Même si je suis féministe dans l’âme, j’ai donc un peu de mal avec certaines actions et avec la façade que l’on en perçoit dans la vie quotidienne.

En savoir plus

La famille Murail : Marie-Aude, la petite dernière

La famille Murail : Marie-Aude, la benjamine, avec Ma vie a changé paru à L’école des loisirs en 1997, réédité en 2018

 

Dans mon premier article sur les Murail, je vous annonçais que je souhaitais parler d’ouvrages relativement récents pour chaque membre de la famille. C’est donc tout naturellement que je me suis penché sur Ma vie a changé pour la benjamine de la famille, car il est annoncé comme son dernier opus sur le site de L’école des loisirs. Cependant, en allant joyeusement à la médiathèque pour l’emprunter, et après discussion avec la bibliothécaire, il s’avère que ce n’est en réalité pas du tout une nouveauté, mais une réédition d’un roman qui date déjà de 1997. J’ai donc hésité à me rabattre sur Zapland ou la saga Sauveur et fils, pour rester dans le fil d’œuvres parues récemment. Cependant, Zapland ne m’a pas plu tant que ça en plus d’être un roman vraiment très court. Et Coco vous concocte déjà un super article sur Sauveur et fils. Du coup, j’ai décidé de rester tout de même sur Ma vie a changé. Après tout, s’il y a eu décision de le rééditer, c’est pour une bonne raison. C’est donc parti pour ce roman.

Version 1997

Madeleine Bouquet est professeure documentaliste. Plus précisément dans le collège de son fils, Constantin, élève en 5ème. Très attachée aux grands classiques, elle se démène pourtant pour proposer aux enfants des lectures qui les attirent plus, dans le genre fantastique. Ce n’est pas pour ça qu’elle croit à toutes ses balivernes. Cependant, son monde et ses convictions vont bientôt être bousculés. Des choses mystérieuses vont survenir dans son appartement. Une odeur de muguet va et vient sans savoir d’où cela provient. Des objets changent de place et viennent se loger dans des endroits incongrus. Ses appareils ménagers se mettent à rendre l’âme peu à peu. Cerise sur le gâteau, son voisin du dessous, un vieil homme peut-être un peu sénile, vient lui annoncer qu’il a perdu son elfe. Madeleine pense dans un premier temps que la raison la quitte. Tout comme son mari trois mois plus tôt. Peut-être que ses nerfs sont en train de lâcher ? Ou peut-être qu’elle va devoir revoir sa copie sur l’existence d’un monde surnaturel ?

En savoir plus