Puisqu’on est dans le thème du fantastique et surtout des personnages liés au Moyen Age (avec mes deux derniers thèmes sur les dragons et les chevaliers), autant continuer sur la même lignée. Je vous prépare quatre beaux articles sur des personnages royaux et on commence tout de suite avec les rois ! Par ordre antéchronologique de parution.

 

Le petit Guili de Mario Ramos, paru en 2013 chez Pastel

Un petit lion avait fait de grandes promesses pour le jour où il serait couronné. Mais une fois devenu roi, les belles promesses se sont transformées en lois plus cruelles les unes que les autres. Comme celle qui interdit aux oiseaux de voler et oblige les parents à briser les ailes de leurs petits dès la naissance. Mais Tiffany, jeune oiselle, n’a pas le cœur de faire souffrir son oisillon, le petit Guili. Elle ne lui apprendra pas à voler et c’est tout. Seulement, le jour où Guili tombe sur le roi et sa troupe, il trouve tellement ridicule d’avoir un roi qui décide tout pour tout le monde qu’il s’envole et lui pique sa couronne ! Evidemment personne ne peut rattraper le petit Guili, surtout qu’aucun autre oiseau ne peut voler. L’oisillon s’enfuit donc en quête d’un nouveau roi et pose la couronne sur diverses têtes successives. Mais aucun roi ne propose de bonnes choses. Au final, la couronne est bien mieux au fond de l’eau.

Je suis heureuse de pouvoir commencer cet opus par le dernier ouvrage de Mario Ramos avant qu’il ne nous quitte. Un joli conte philosophique contemporain pour faire réfléchir sans en avoir l’air. Avec, comme toujours chez Mario Ramos, des images douces, pastel et rondes, pour distiller de l’amour aux quatre coins de son récit.

 

Va-t-en-guerre de Thierry Dedieu, paru en 2012 chez Seuil Jeunesse

C’est l’histoire d’un roi qui ne pense qu’à une chose : la guerre. Il possède le meilleur attirail pour se battre, a les meilleurs soldats, les meilleurs conseillers royaux et les meilleures tactiques. Seulement voilà, le roi n’a point d’ennemis. Il a beau provoqué ses voisins ou les barbares pour pouvoir rentrer en guerre, personne ne souhaite se bagarrer avec lui.

J’ai choisi celui-ci car il est écrit et illustré par Dedieu, un artiste que j’apprécie tout particulièrement. Je vous le conseillais déjà dans une de mes sélections de Noël 2015 avec A la recherche du Père Noël et je vous ai chroniqué son ooZ. Je réitère donc mon admiration pour lui avec cet album. Un album grand format, comme d’habitude ; des illustrations simples, brutes, efficaces, nettes et tricolores, comme souvent ; un texte court et drôle, comme toujours. Il plaira du plus petit au plus grand !

 

Le roi des sables de Thierry Dedieu, paru en 2010 chez Seuil jeunesse

Lorsque le roi des bois rend visite à son cousin le roi des sables, il ne tarit pas d’éloges à l’égard de ce royaume sur la plage et de la superbe vue qu’il a sur la mer du haut de ses tours de sable fin. Malheureusement, le roi des sables, tout heureux de ses compliments, est tout de même triste. Le lendemain, c’est le jour de l’équinoxe et comme chaque année, ce jour est funeste pour son royaume : la mer monte au plus haut et vient détruire son château. Cependant il s’y est résolu, depuis tant d’années. Il sait que la nature « se laisse admirer mais jamais dompter ».

J’aime tellement Dedieu que je n’ai pas pu résister à l’envie de vous mettre un autre de ses ouvrages. Surtout qu’il est totalement différent du premier cité. On a ici un superbe album cartonné, avec des illustrations qui sont peu communes à notre auteur/illustrateur. Ce sont de vrais décors façonnés avec du sable, pris ensuite en photos. De très beaux effets, qui appuient la poésie et l’émotion du texte.

 

Histoire de Pépin qui voulait être un grand roi de Jean-Pierre Kerloch (texte) et Laurent Richard (illustrations), paru chez Milan jeunesse en 2009

Un soir, tandis que le roi se meurt, il fait promettre à Pépin, son fils, de devenir un grand roi. Pépin, ému et triste accepte. Malgré le deuil, il veut faire honneur à son père et s’échine à devenir grand. Oui, grand, car Pépin a mal interprété les paroles de son père : il pense qu’il doit devenir plus haut que tous les éléments de son royaume. Grâce à des stratagèmes élaborés par le menuisier, Pépin devient plus grand que ses sujets. Puis plus grand que les animaux, que les arbres ou encore que les nuages. Mais quand il s’agit d’attraper la lune, c’est une autre affaire.

Un joli texte, rigolo mais aussi plein de sagesse. Sur le quiproquo que vit Pépin, on aperçoit des scènes drôles, mais aussi une remise en question du petit prince devenu roi, qui essaie tant bien que mal de tenir parole. Puis, quand vient l’heure de la rectification des propos de son père, Pépin devient effectivement un grand roi, parce que bon. Une charmante histoire à lire le soir comme un conte.

 

Le Roi et la mer de Heinz Janisch (texte) et Wolf Erlbruch (illustration), paru chez La Joie de Lire en 2009

Un roi parcourt son royaume et interroge les éléments qu’il y rencontre, principalement sur leur existence ou sur leur différence avec lui-même. Oiseau, écureuil, mer, soleil, étoile, neige, ombre, sel, nuit, autant de choses diverses à propos desquelles se questionne notre petit roi.

Un très joli recueil de 21 minuscules histoires poétiques et philosophiques. Textes très courts sur l’existence de toute chose et la saveur des bons moments, ils sont tous doux et enchanteurs. Les illustrations, simples mais très efficaces, les accompagnent à merveille.

 

La chute du roi d’Etienne Delessert, paru chez Gallimard jeunesse en 2006

Le roi Humpty est bien imbu de lui-même. Il a construit une très grande muraille tout autour de son royaume pour que les petites gens ne puissent venir l’embêter. Humpty passe ses journées à se combler dans le luxe et la vanité. Jusqu’au jour où l’un de ses sujets passe tout de même le bout de son nez par-dessus la muraille. Fou de rage, le roi renvoie tout le monde, même ses valets. Il est alors bien obligé de se débrouiller seul, notamment dans la construction de sa nouvelle muraille. Malheureusement, peu habitué à ces travaux laborieux, il tombe de l’autre côté. Et personne n’est là pour le ramasser…

Ce petit conte moralisateur, n’est autre qu’une revisite de la célèbre comptine anglaise Humpty Dumpty. Mais si, vous savez bien :

« Humpty Dumpty assis sur un mur,

Humpty Dumpty se cassa la figure,

Tous les chevaux et soldats du roi

Ne purent le remettre à l’endroit ! »

Ce n’est autre que la comptine d’où est tiré le personnage de l’œuf dans Alice de l’autre côté du miroir. En tout cas, malgré les illustrations qui ne sont pas à mon goût, cette adaptation est bien sympathique.

 

Un petit roi ne pleure pas de Béatrice Deru-Renard (texte) et Edith, paru en 2000 chez Pastel

Dans le palais, les cloches sonnent. Le roi est mort. C’est au tour du petit prince de monter sur le trône. Mais celui-ci est si triste d’avoir perdu son papa, qu’il pleure toutes les larmes de son corps. Dès la fin de son couronnement, le petit roi est accablé par les tâches que lui demandent de faire ses conseillers. Partir en guerre, mettre en prison les malfrats, faire encore et encore les comptes du château. Il est jeune et faire tout ça ne l’intéresse pas. Jusqu’au jour où il rencontre le bouffon Triboulet, qui lui remonte le moral et lui fait prendre conscience qu’en tant que roi, il peut changer les règles comme il le souhaite.

Une histoire pleine de tendresse, même si teintée de quelques larmes. On se prend de compassion pour le petit roi et toutes les responsabilités qui lui tombent dessus alors qu’il est si jeune et porte le deuil de son papa. C’est aussi un joli conte qui montre que l’on peut reprendre les choses et main malgré la tristesse et aller de l’avant, sans pour autant oublier ceux qu’on aime.

 

Pas assez de couronnes, de sceptres ou de trônes ? Pas de panique, voici de quoi assouvir vos envies :

  • Le jour des rois de Pierre-Olivier Leclercq chez Autrement jeunesse (Histoire sans paroles)
  • Le roi qui valait 4 euros 50 d’André Bouchard chez Circonflexe (par ici la visite)
  • Le roi qui rêvait d’être grand de Jean-François Dumont chez Flammarion, collection Père Castor (une sorte de variante d’Histoire de Pépin qui voulait être un grand roi)
  • Le roi est occupé de Mario Ramos chez Pastel

 

Bonne lectures royales les loulous !