eleanor-and-park-couv

Eleanor & Park de Rainbow Rowell

Avec le soleil et la chaleur qui ont pointé le bout de leur nez, j’avais vraiment envie d’une lecture sans prise de tête et pourquoi pas dans un style différent de ce que je lis habituellement. Aussi, j’ai jeté mon dévolu sur Eleanor & Park, un roman sentimental dont la couverture minimaliste me faisait de l’œil depuis un certain temps et dont on m’avait dit le plus grand bien. 

Ce fut une lecture des plus agréables, aux pieds de la piscine, ou les pieds dans la piscine comme vous voulez, même si je dois vous avouer que la fin, très surprenante, m’a quelque peu laissée sur ma faim. Mais trêve de bavardages, je vous emmène plonger dans l’univers de Rainbow Powell et ses attachants personnages Eleanor et Park ! 

Ou comment donner envie en une photo :p

Ou comment donner envie en une photo :p

1986. Lorsque la nouvelle du lycée, Eleanor, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, lycéen sans problème, l’ignore royalement. Il ne veut rien avoir à faire avec cette fille trop ronde, trop rousse et décidément trop bizarre. Pourtant, au fil des semaines et des trajets quotidiens en bus, les deux adolescents se rapprochent, liés par leur amour des comics et de la musique. 

Le résumé peut paraître convenu c’est sûr, mais croyez moi, l’histoire est loin de l’être. Car Eleanor & Park fait partie de ces romans qui ne payent pas de mine mais qui sont en réalité de vraies pépites de littérature. 

Avec une écriture aussi sobre que percutante, Rainbow Powell réussit l’exploit de nous conter l’histoire peu ordinaire de deux héros très ordinaires. Un tour de force qui permet une identification immédiate aux personnages. Que ce soit Eleanor ou Park, dont on alterne les points de vue dans la narration, ils sont décrits avec un réalisme impeccable. Chacun a son lot de défauts et de qualités que l’on peut retrouver dans notre propre cœur. Et je peux vous dire que c’est très rafraîchissant pour une fois de ne pas voir le vilain petit canard du lycée se transformer en magnifique bombe atomique ! Les clichés que l’on trouve habituellement dans les romances (littéraires ou cinématographiques) sont ici introuvables. 

En même temps, les clichés commencent très jeunes ...

En même temps, les clichés commencent très jeunes …

Ne vous attendez donc pas à assister à un coup de foudre, mais plutôt à vivre la naissance d’un amour fort. C’est une des choses que j’ai préféré d’ailleurs. La romance est tellement bien construite que l’on a comme l’impression de (re)vivre ses premiers émois lycéens. L’histoire d’amour entre Park et Eleanor pourrait parfaitement être la vôtre ou la mienne. 

Et ce n’est pas tout ! Contrairement à ce qu’on pourrait croire à première vue, la romance n’est pas le seul moteur du livre, c’est aussi un « prétexte » à une fable sociale qui prend aux tripes.
Car en suivant la vie d’Eleanor, on fait un grand plongeon dans la misère sociale des années 90. Au début de l’histoire, la jeune fille revient en effet dans la petite maison de sa mère et de son beau-père, un an après que ce dernier l’ait foutue à la porte dans un accès de rage. Elle retrouve ainsi ses frères et sœurs avec lesquels elle doit désormais partager sa chambre. Et ce ne pas la seule promiscuité qu’elle devra affronter puisque la salle de bain n’est en fait qu’une bassine séparée de l’arrière cuisine par un rideau.
L’endroit n’est donc pas vraiment idéal pour élever des enfants épanouis (ou des enfants tout court) mais le beau-père est trop bourré pour s’en soucier. Et comme vous devez vous en douter, il n’est pas rare qu’il s’en prenne violemment à Eleanor ou sa mère. 

La misère sociale dans laquelle la jeune fille évolue sera un véritable fil rouge tout du long du roman et deviendra malheureusement un obstacle à l’histoire d’amour que vivent les deux héros. 

Une très belle illustration d'une fan du livre.

Une très belle illustration d’une fan du livre à voir par ici .

D’un coup, vous vous dites peut-être que ça n’a pas l’air joyeux tout ça. Mais n’ayez pas peur, la narration oscille très bien entre ces moments de détresse sociale et les moments de joie avec, entre autres, des touches d’humour et des moments « mignons ». 

Autre petit détail mais qui m’a enchantée. En plaçant son histoire dans les années 90, l’auteure nous fait revivre les belles années des walkmans et autres joyeusetés de cette époque. Un vrai retour dans le passé qui ne manquera pas de rendre nostalgique les plus âgés 🙂

Mais, car oui, il y a presque toujours un mais, sa fin m’a laissée pantoise. Je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas malheureusement. Sur les 50 dernières pages, les actions paraissent moins crédibles, et s’enchaînent à une vitesse trop grande. Pour moi, c’est comme si tout le roman vous entraîne dans une balade tranquille sur une rivière pour vous faire franchir une cascade ! 
Ceci dit, même si ça a été quelque peu décevant, ça n’a pas gâché le plaisir de ma lecture. 

En bref, Eleanor & Park est un roman coup de poing qui, par une écriture simple et soignée, des personnages aux traits réalistes et une histoire prenante, arrive à nous narrer une histoire d’amour forte. Une pépite à ne pas manquer ! 

Bonne lecture les cocos !