Georges, drôle de magazine pour les 7-12 ans

Ça y est, je suis revenue d’Irlande, toute reposée, toute fraîche, prête à vous faire partager plein de nouvelles découvertes littéraires ! A défaut de vous ramener des bouquins irlandais, je vous présente tout de même un petit bijou pour l’été qui va vous dépayser.

Je suis d’ailleurs toute excitée de vous présenter ma trouvaille aujourd’hui parce que je suis littéralement tombée sous le charme ! Malgré sa classification dans notre section documentaire, ça n’en est pas un à part entière, puisque c’est un magazine. Faute de ne pas encore avoir de section Magazine, et parce qu’après tout, Georges se rapproche pas mal du concept de documentaire ludique, je l’y place pour le moment.

Au cas où vous n’auriez pas compris, Georges est donc le nom du magazine que je vous présente. Je possède le numéro d’avril, je suis donc un peu en retard, mais des obligations de publication d’articles pour cause d’engagement auprès de partenaires, de parution très récente de roman ou encore pour cause de vacances, m’ont obligée à reculer ma présentation de ce magazine. Depuis, le numéro de juin est sorti et celui d’août ne devrait pas tarder (oui oui c’est un bimestriel). Mais celui d’avril est tout à fait exquis et apte à vous donner envie d’en avoir un entre vos mains, je vais donc m’en donner à cœur joie avec celui-ci.

D’abord, un petit topo sur la maison d’édition. Leur présentation sur le site est très bien faite (c’est qu’ils connaissent leur métier ces gens-là dites donc) je vous la restitue donc telle quelle :

Maison Georges est une maison d’édition indépendante animée par une passion pour l’illustration contemporaine et le graphisme ainsi que par l’envie d’innover et d’offrir aux enfants des créations réjouissantes et singulières qui nourrissent leur curiosité naturelle.

Au cœur de notre aventure, il y a aussi le désir de transmettre le goût des livres et des magazines, de faire découvrir des univers illustratifs et graphiques élégants, sensibles et intemporels. Des univers qui réunissent enfants et adultes et les invitent à partager et à aimer les mêmes livres.

Georges est un magazine pour enfants original et sans publicité.

Notre ambition ? Offrir aux 7 à 12 ans un rendez-vous innovant, exigeant et créatif. Chaque numéro propose, autour d’un nouveau thème, 60 pages d’histoires, de jeux et d’ateliers pour apprendre en s’amusant.

100% illustré, Georges met à l’honneur le travail d’illustrateurs talentueux et valorise des textes et des images libérés des formatages et des stéréotypes. Georges s’adresse aux enfants sans mièvrerie en cultivant l’humour, le décalage et la liberté de ton.

Le numéro Palme, celui de juin

Oui oui, sans publicité, vous avez bien lu et franchement c’est plus qu’appréciable.

Ça explique aussi son coût (9.90€ à l’unité) plus élevé qu’un magazine classique. Mais il les vaut largement et récompense le travail des artistes qui collaborent à chaque numéro.

D’ailleurs, ne me demandez pas quel numéro je possède, il n’y en a pas, en tout cas pas au sens habituel. Tout ce que je peux vous dire, si vous voulez juger de la longévité de ce concept, c’est qu’il existe depuis 2011. Et personnellement, je possède le « n° abeille ». Chaque numéro correspond à un nom d’objet, d’animal ou de concept. Et tout le magazine est donc sur le thème de cet élément. Celui d’avril 2017 tourne donc autour… des abeilles ! C’est bien, vous suivez.

Le magazine est à chaque fois divisé en trois parties :

  • Les histoires, courtes et longues, suivies d’interviews des protagonistes.
  • Les jeux : toujours ludiques et drôles, mais aussi éducatifs.
  • Les Rubriques-à-Brac pour découvrir des métiers, langues étrangères, scènes de films ou expériences scientifiques, mais de façon toujours farfelue.

Dans mon numéro abeille, je me suis retrouvée face à une histoire longue génialissime (cf les images ci-dessus), avec un fond de féminisme et d’une drôlerie exquise. Alors que les abeilles d’une ruche ne peuvent travailler car il pleut à torrent à l’extérieur de leur maisonnée, elles demandent aux mâles de leur apprendre à paresser, comme ils savent si bien le faire. Sous couvert du vrai fonctionnement d’une société d’abeilles, on calque ce récit sur notre réalité et ça en devient à mourir de rire. Et je suis persuadée que même les plus jeunes comprendront les subtilités.

Par la suite, on a l’interview de la reine de cette fameuse ruche, Christine (personnellement je ne peux m’empêcher de penser à Christine and The Queens, mais pour le coup je ne sais absolument pas si ça a un rapport :p ), qui est tout autant tordante.

On enchaîne avec une petite BD, évidemment sur le thème des abeilles. Courte, mais avec des illustrations efficaces, elle est très plaisante.

Pour finir la partie « histoire », on nous parle de la Ruche créée par Alfred Boucher à Paris, repère incontournable d’artistes encore aujourd’hui. Un brin de culture et d’art ne fait pas de mal.

Dans la partie des jeux on trouve de tout. Des mots à remettre dans le bon sens, un jeu des 7 erreurs, un jeu d’ombre, des coloriages, des placements de définitions avec les bons mots… Tout tournant autour du thème… des abeilles (c’est bien, vous suivez toujours). Et la plupart des jeux sont éducatifs sous couvert de ludique. On apprend des mots de vocabulaire liés aux insectes, on découvre le métier d’apiculteur, on éduque les enfants aux dangers, mais aussi aux bienfaits qu’apportent les abeilles. J’ai trouvé plusieurs de ces jeux extrêmement intelligents. Par exemple, sous une image, on donne aux enfants différentes phrases. Toutes parlent d’un élément qui se trouve sur l’image, mais certaines indiquent ce que l’on voit réellement sur l’image, tandis que d’autres ne sont que spéculations sur la raison pour laquelle tel personnage fait ceci ou cela. L’enfant doit faire la différence entre ces deux types de phrase. Un exercice digne d’une leçon d’école, mais qui n’y paraîtra pas du tout !

Le must : une petite ruche en carton à découper et à fabriquer ! Le must du must ? Si vous ne voulez pas découper votre magazine, rendez-vous sur le site de la maison (par ici mon kiki) pour imprimer votre ruche !

Enfin, on termine avec les Rubriques-à-Brac : une interview d’un apiculteur, les onomatopées des animaux dans différentes langues (c’est toujours hilarant), un jeu de société à tester en famille ou encore une super recette de gaufres au miel !

Les dernières pages font un zoom sur divers ouvrages sélectionnés par Georges et sur un auteur/illustrateur bien sympathique.

En bref, un vrai petit bijou qui regorge de culture, d’idées novatrices et de bouillonnement d’imagination pour stimuler tous les bambins et pré-ados de 7 à 12 ans !

Pas de panique, si vos enfants sont plus jeunes, la version cycle 1 arrive ! Dès le mois d’août, le petit frère de Georges, Graou, fait son entrée. Destiné aux 3 à 6 ans, les 36 pages annoncées risquent de faire des heureux !

Et ils pensent décidément à tout puisque que l’on peut s’abonner que l’on réside en France, en Europe ou même hors Europe !

Joyeuses découvertes estivales les loulous !