Histoires de Dickens illustrées, adapté par Mary Sebag-Montefiore et illustré par Barry Ablett, paru aux éditions Usborne en 2014 (pour la version française)

Charles-Dickens-Usborne-couv

Aujourd’hui cap sur un grand auteur classique, revisité pour plaire aux plus jeunes.

Tout le monde connaît Dickens, mais il est vrai que peu de gens le lisent encore aujourd’hui. En tout cas, peu de jeunes à qui l’on n’a pas expressément demandé de le lire (pour les études par exemple). C’est un peu comme ça pour beaucoup d’auteurs classiques qui sont désormais un peu poussiéreux. Après ma découverte bienheureuse des Voyages fantastiques de Jules Verne aux éditions Auzou (par ici pour l’article), nouvelle trouvaille toute aussi joyeuse avec Histoires de Dickens illustrées, paru cette fois chez Usborne.

Cinq texte de Dickens sont adaptés dans ce livre :

  • Oliver Twist
  • Bleak House
  • De grandes espérances
  • Un conte de deux cités
  • David Copperfield

 

Je garde trop peu de souvenirs de mes lectures des œuvres originales pour pouvoir faire une comparaison et dire si ce sont de bonnes adaptations. Mais les histoires en elles-mêmes sont tout à fait bien écrites. Les textes sont fluides, bien compréhensibles pour les plus jeunes et on n’a pas l’impression d’un gros manque de certains passages. C’est donc une bonne façon de découvrir Dickens de manière épurée dans un premier temps.

Ces versions courtes permettent même une lecture par le parent. Ou une lecture par un lecteur jeune, débutant (pas avant le CE1 quand même je pense). La typographie choisie et l’encombrement des pages très bien ajusté permet de rendre les textes accessibles à tous.

Il y a aussi les illustrations qui sont simples, mais efficaces. Il y a des dessins sur absolument toutes les pages, que ce soit des scènes ou de simples représentations de personnages et cela rend la lecture aérée et agréable.

Charles-Dickens-Usborne-intérieur

A la fin de l’ouvrage, on trouve quelques pages sur la vie de Dickens qui sont très intéressantes. Ni trop peu, ni pas assez, juste de quoi s’instruire un peu plus sans faire passer l’envie à l’enfant de lire ces pages.

Un petit bonus qui m’a beaucoup plu et qui selon moi devrait être intégré à absolument TOUS les livres : la ficelle attachée à l’objet livre lui-même, en guise de marque-page ! Non pas que je n’aime pas les marque-pages en papier ou autre – que certains collectionnent et qui peuvent être vraiment jolis – mais on en n’a pas toujours sous la main ! Et parfois ça glisse même du livre. Les miens en tout cas ont la fâcheuse tendance à se perdre au fond de mon sac et à abandonner les livres dans lesquels je les avais glissés. Un marque-page intégré est donc une valeur sûre !

Deux petits points négatifs cependant :

Il y a un bel effort sur la couverture : effet dorure sur le titre, jolies ombres des personnages tout autour, une petite illustration reprise de l’intérieur… Mais le choix de la couleur de fond gâche tout ! Je me souviens qu’à la librairie j’ai même pris le livre dans mes mains pour savoir quel était cet ouvrage à la couverture si douteuse (une sorte de gris… boueux). Heureusement que je ne me suis pas arrêtée à cet à priori pour l’acheter, mais tout de même, la couleur est assez repoussante je trouve.

Enfin, même si les illustrations à l’intérieur sont efficaces, elles ne sont parfois pas assez travaillées. Dans le sens où tous les personnages se ressemblent. Par exemple, les héros de chaque histoire sont des petits garçons. Mais des petits garçons différents à chaque fois. Si on ne s’en tenait qu’aux illustrations on aurait l’impression qu’il s’agit du même petit garçon à chaque fois, les traits du visage étant identiques. C’est un peu dommage et peu perdre les plus jeunes lecteurs.

Charles-Dickens-Usborne-page-de-garde

Le récap’ :

Points positifs :

  • Des textes et des illustrations adaptés aux plus jeunes qui permettent une lecture fluide.
  • Au-delà des adaptations, une découverte de la vie de Dickens qui est la bienvenue.

Point négatif :

  • Un léger problème de présentation autant extérieur qu’intérieur (mais qui est un avis très personnel).

 

Bonne lecture les loulous !