La vie (et autres trucs de moindre importance tels que les gommages exfoliants, les rênes en tissu et les relations à distance) selon Pippa de Barbara Tammes, paru en 2018 chez Syros

Le livre dont je vais vous parler aujourd’hui fait partie de ceux que j’ai empruntés à la médiathèque en me disant que ça me ferait une bonne lecture détente dont je ne ferai pas d’article ensuite. Un livre que je pensais peut-être un peu niais. Et puis finalement, c’est un petit coup de cœur pour moi, je m’en vais donc vous le présenter gaiement !

 

Comment savoir qui on est quand on habite la semaine chez sa mère dans une vieille ferme isolée, et les week-ends chez son père, dans un appartement hyper chic de la grande ville ? Pour ne pas perdre le nord, Pippa tient son journal, dans lequel elle décortique (et dessine) tout ce qui lui arrive, et se pose de grandes questions. Sur ses humeurs (qui peuvent changer du tout au tout en une journée), sur la nourriture (peut-on être à la fois baies de goji et œufs au lard ?), sur l’amour (est-il préférable que la personne soit mieux en vrai que dans votre imagination, ou l’inverse ?)… Sans compter que Pippa se trouve face à un choix pour lequel même son journal ne peut l’aider.

La vie selon Pippa est donc le journal intime d’une jeune fille de 14 ans, qui se révèle avoir deux moi intérieurs, assez distincts et pourtant très complémentaires, qui font d’elle une adolescente unique et en même temps avec les interrogations classiques de son âge. Au-delà du dilemme qui va la tirailler tout au long de ses écrits (son père vient de lui demander de venir vivre définitivement chez lui), on découvre une Pippa vive, philosophique, proche de la nature, aimant tout de même le confort de la ville, très mature pour son âge et ayant réussi à prendre du recul sur le divorce de ses parents.

Je ne suis pas une experte en roman style « journal intime », mais j’ai trouvé celui-ci particulièrement bien construit. Pas de jour défini, pas de « cher journal » à chaque page, juste les pensées quotidiennes d’une jeune fille sur tout et n’importe quoi. Au final, c’est tellement bien écrit que même ses pensées les plus futiles ne le sont pas et traitent parfaitement bien des interrogations des ados de cet âge sans tomber dans le niais ou le ridicule. Le tout est abordé avec finesse et justesse.

Au moment où notre Pippa tombe amoureuse (pour la première fois de sa vie), j’ai eu très peur que le récit tourne au mielleux-dégoulinant. Encore une bonne surprise, puisque le tout est parfaitement orchestré ; cela ne prend pas le dessus sur la vie de Pippa mais vient s’intégrer naturellement dans son quotidien comme une petite brique Tetris supplémentaire, s’imbriquant dans ses journées au même titre que faire du cheval avec sa meilleure amie de la campagne (Dorris) ou faire du shopping avec celle de la ville (Phine).

On a affaire ici à une adolescente, qui malgré son tiraillement entre la vie à la campagne avec sa mère en semaine et la vie à la ville avec son père le week-end, est tout à fait « normale ». Pas de crise d’adolescence avec claquement de porte dû au divorce de ses parents, pas de haïssage de petite sœur ou de demi-frère, pas de cœur tiraillé entre deux garçons sans pouvoir s’en sortir, pas de crise de jalousie entre copines, pas de passion des chevaux gnangnan à souhait… La réaction de la jeune fille à la demande de son père de venir vivre chez elle est même très mature et fait plaisir à voir. Pour certains lecteurs, ce journal risque pourtant d’être un peu plat, parce que Pippa est une héroïne qui ne fait absolument pas de vague, ni avec ses parents, ni avec ses amies, ni à l’école. Elle contente tout le monde. Eh bien si certains trouvent l’adolescente un peu trop parfaite, moi je dis que ça fait du bien d’avoir une figure comme elle qui nous montre que cette période de jeunesse peut aussi se vivre dans la joie et la bonne humeur.

De plus, on ne peut absolument pas dire que le roman est plat. La façon dont Pippa décrit les évènements, les rend parfois extraordinaires, souvent très drôles. Son journal est d’ailleurs agrémenté de nombreux dessins qui expliquent certaines situations, toujours avec humour, simplicité, cocasseries et surtout bon sens. Mes pages préférées sont celles sur « ce que j’ai compris jusqu’à présent sur… ». On en retrouve sur « les sentiments », « le temps qui passe », « le féminisme », « la méditation »… Pippa se pose également d’autres réflexions comme « est-ce qu’on prend soin d’une personne ou d’un objet parce qu’on l’aime ou est-ce qu’on l’aime parce qu’on en prend soin ? » Elle dessine également tous les membres de sa famille en décrivant leurs traits de caractères principaux… Autant de pages diverses qui viennent compléter avec efficacité les pensées de notre héroïne.

Un premier tome vraiment réussi, avec un tome 2 impatiemment attendu pour 2019 !

Le récap’ :

Points positifs :

  • La vie d’une adolescente pétillante, pleine d’humour et très mature.
  • Une force d’écriture qui nous emporte dans le courant de la vie de Pippa.
  • Des illustrations douces et sucrées qui mettent pourtant du piquant dans le récit.

Point négatif :

  • Juste histoire d’en trouver un : à un moment Pippa nous dit qu’elle en est à son 6ème journal. Sauf que si c’était vraiment le cas, elle ne nous présenterait pas sa famille et toute sa vie comme elle le fait ici. C’est donc un petit couac dans la cohérence. Mais rien de bien grave !

 

Joyeuse lecture les loulous !