Les carnets de Cerise et Valentin, de Joris Chamblain (texte) et Aurélie Neyret (illustrations), paru en novembre 2018, aux éditions Soleil, collection Métamorphose

Depuis plusieurs semaines, nous sommes fébriles au Bazar Littéraire. Joris et Aurélie avaient annoncé fin 2017 vouloir faire une pause dans la confection des aventures de Cerise, après l’apothéose du tome 5 qui concluait le cycle 1. Nous nous attendions donc à devoir attendre plusieurs années avant de retrouver notre petite enquêtrice. Mais crayon et pinceaux les ont apparemment démangés car depuis quelques semaines/mois des indices sur leurs sites internet/facebook laissaient voir qu’ils travaillaient à nouveau sur cette merveilleuse saga !

Pour le plaisir des fans inconditionnels, à peine un an après la sortie du tome 5, Cerise revient donc sur le devant de la scène ! C’est toutes tremblantes que nous avons saisi ce nouveau tome dans nos mains et que nous avons délicatement tourné les pages pour découvrir une histoire encore une fois merveilleuse. Et une fois n’est pas coutume, en ce qui concerne Les carnets de Cerise, nous vous offrons une double critique.

Résumé

On estime que vous êtes déjà un fan de la série et que cela ne sera donc pas un spoil pour vous d’apprendre qu’à la fin du dernier tome, la belle surprise supplémentaire sur la vie de Cerise est que sa maman est retombée amoureuse. Se profilait alors pour notre demoiselle de 12 ans, l’apprentissage d’une vie dans une jolie famille recomposée, avec un petit frère, Valentin, un beau-papa, Stéphane et un chien, Dickens. Et pour que tout ce petit monde apprenne à vivre ensemble, quoi de mieux que de partir faire un tour du monde ensemble ?

Voilà où nous avions laissé notre héroïne aux dernières nouvelles. Comme l’annonce le titre de ce nouveau tome, nous retrouvons notre espiègle jeune fille en compagnie de son petit frère. Il s’agit d’ailleurs plus d’un hors-série (ou peut-être du début d’un autre cycle ?) que d’un tome 6. Format réduit, nombre de pages également, et une écriture à deux mains, Cerise et Valentin.

Nos deux compères ne sont pas encore partis pour le fameux voyage autour du monde en famille, on les retrouve d’ailleurs probablement à peine quelques jours après la fin du tome 5. Les parents sont en plein préparatifs matériels du voyage, tandis que dans ce tome Cerise est en plein préparatif psychologique du voyage. Notamment auprès de son nouveau petit frère. On le comprend très vite, on ne vous spoil donc rien en disant que le petit garçon est quelque peu apeuré par ce départ soudain. Il a surtout peur que les choses aient trop changées autour de lui à son retour, il ne veut pas perdre ses copains et surtout ne veut pas laisser son chien. A travers une enquête fictive sur un extraterrestre apeuré à l’idée de partir loin de sa planète, Cerise va réussir à soutenir Valentin et à endiguer toutes ses craintes.

 

L’avis de Loulou

Qui dit format réduit ne veut absolument pas dire qualité d’histoire amoindrie. Oh non, loin de là ! A chaque tome des Carnets de Cerise, je me demandais comment ils allaient pouvoir faire mieux ou au moins garder le niveau pour le suivant. Le tome 5 a été un petit bijou brut, parfait. Comment réussir à respecter un tel niveau pour une suite ? Eh bien, il va falloir demander leur secret à Joris et Aurélie, car c’est encore une fois une merveilleuse, une splendide, une remarquable, une mirobolante réussite !

On retrouve à la fois notre héroïne bien-aimée, mais on découvre également un nouveau petit héros que l’on ne peut s’empêcher d’aimer immédiatement. La recette magique mi-BD, mi-journal intime (pardon, mi-carnet-de-bord-de-mission-spatiale) fonctionne toujours aussi bien. Le scénario est encore une fois un succès et ne fonctionnerait pas aussi bien sans les formidables illustrations qui les accompagnent.

On découvre une poétique double-histoire. Cerise, par le biais d’une enquête fictive sur un extraterrestre qui a peur loin de sa planète habituelle, va réconforter son petit frère qui angoisse face au long voyage qui les attend. Le petit garçon, qui a du mal à exprimer ses émotions face à son papa, va se réfugier dans l’univers de sa nouvelle grande sœur, l’écriture et l’imagination, pour faire comprendre son message. Les métaphores à toutes les pages, les comparaisons et les superpositions entre les aventures du petit extraterrestre et la vie réelle de nos deux héros, sont menées d’une main de maître. Une belle façon de montrer la complicité grandissante dans cette nouvelle relation frère-sœur.

Comme si Cerise existait vraiment, cela m’a émue de la voir si épanouie dans sa nouvelle famille, s’intégrant si bien et prenant sous son aile son petit frère. Après avoir aidé tant d’inconnus, après s’être trouvé elle-même, notre jeune adolescente donne son énergie pour construire sa propre famille sereinement.

Je ne sais absolument pas si des suites sont prévues et si oui pour quand et de quoi cela parlera, mais je n’ai qu’une envie, c’est de me laisser séduire et voir ce qui adviendra plus tard. Même si cela doit attendre plusieurs années. Je sais que cela sera parfait, comme toujours. Et si jamais l’aventure devait s’arrêter là, quel plaisir j’aurai à tout relire encore et encore !

 

L’avis de Coco

 

Fébrile, ça oui je l’étais plutôt en découvrant que nous allions pouvoir nous régaler d’une nouvelle aventure de Cerise. Mais malgré mon amour inconditionnel pour la demoiselle et ses créateurs, j’ai eu beaucoup plus de mal que Loulou avec ce nouveau tome.

Non pas que l’histoire soit de moindre qualité, ça non. On nous embarque dans une aventure intersidérale, qui permet de mettre en avant les émotions de Valentin, le petit frère de Cerise. La peur de l’inconnu et du changement sont mis à mal par une écriture poétique des plus délicieuses.

Et ce n’est pas non plus du côté des dessins qu’il faut regarder pour trouver pourquoi j’ai moins accroché à ce tome. Parce que là, je peux vous dire que c’est un sans faute, plus que parfait. Les couleurs, les décors, les personnages, tout est absolument sublime. C’est d’ailleurs bien ce qui fait le succès des Carnets de Cerise dans mon cœur. Chaque nouveau tome épate un peu plus que le précédent, et montre l’évolution de la dessinatrice dans sa technique. Un vrai régal visuel.

Non, vraiment, si j’ai moins accroché, je pense qu’il faut juste chercher du côté de mon (grand) âge. Pour moi, cet album s’adresse à un public un peu plus jeune que Les Carnets de Cerise. Cerise n’en est d’ailleurs plus l’héroïne, elle passe la main à son petit frère, et pour moi, ses aventures se destinent à des enfants de son âge. Cela ne veut pas dire que cela est moins bien, bien entendu, mais juste que pour moi, amoureuse inconditionnelle de Cerise, je n’y ai pas trouvé mon compte.

Mais je me console en pensant au cadeau que j’ai reçu en même temps que ce nouvel album (bah oui, c’était mon anniversaire il n’y a pas longtemps) : une vraie boite collector avec des cartes de correspondance Les Carnets de Cerise. Un vrai cadeau nostalgique avec des images belles comme un cœur !

A vos lectures chers Loulous et Cocos !