Les Eveilleurs de Pauline Alphen, Tome 1 : Salicande, chez Hachette en 2009

Salicande_Les_Eveilleurs_tome_1

Il est dur, en ces temps où la littérature de jeunesse conquiert de nouveaux territoires, de trouver un récit complètement innovant et porteur en termes d’intrigue, d’éléments fantastiques ou de trame. Il est également compliqué de se démarquer quand on est un écrivain français, face à tous ces best-sellers américains et anglais qui finissent par devenir des block-busters au cinéma, et donc font concurrence sur les étals des libraires. Mais, il reste des petites perles tout à fait exquises à découvrir en ce qui concerne la littérature fantastique ET écrite par un français, ET encore mieux par UNE française. Je vous présente donc aujourd’hui l’un de ces petits bijoux à acquérir.

Bon d’accord, Pauline Alphen n’est pas 100% française. Non, elle envoie encore plus de rêve que cela puisqu’elle a une maman brésilienne et qu’elle a passé une partie de son enfance au Brésil. Grand bien lui fasse – et nous fasse – car c’est grâce au fait qu’elle soit bilingue qu’elle devient traductrice et par la suite écrivain.

Le premier tome des Eveilleurs est sorti en 2009 et les suites paraissent doucement jusqu’à aujourd’hui. Le tome 5 devait paraître en mars 2014, mais l’auteure se fait désirer, il est encore en cours d’écriture et devrait sortir au printemps 2015.

En outre le fait que ce soit écrit par une française, ce qui m’a fait craquer à la librairie, c’est tout simplement la couverture du livre. Peu banal pour un roman, puisque qu’à l’intérieur de l’ouvrage il n’y a pas d’illustrations. Mais la simplicité des couvertures de cette saga m’a particulièrement intriguée. Un fond entre le blanc crème et le beige, comme une feuille de parchemin, avec une déchirure en son milieu pour laisser apparaître un petit bout de monde inconnu. Une petite fissure qui apporte une seule touche de couleur (vert pour le 1er tome, bleu pour le 2nd, rouge pour le 3ème …). Un minimalisme qui me chuchotait « prends-moi, je suis plein de mystères ». J’ai répondu à l’appel et me suis engouffrée dans l’aventure des Eveilleurs.

Les tomes déjà parus sont si différents les uns des autres, que je ne peux pas me résoudre à faire un résumé de la saga dans son intégralité, ce qui m’obligerait à taire des détails compris dans les tomes suivants le premier, alors qu’ils sont si différents. Je vais donc vous faire un résumé et un avis tome par tome, comme ça cela permet également à chacun de piocher où il le souhaite et d’être sûr de ne pas se faire spoiler sur des suites qu’il n’aurait pas encore lu.

Par contre, je vais séparer mes articles, car sinon cela risque de vous faire un gros pavé indigeste tout d’un coup. Comme ça il y a plus de plaisir à la lecture, et cela me laisse aussi le temps de mon côté pour écrire sur les tomes suivants. Voici donc mes impressions sur le tome 1, les suites seront à venir.

 

Résumé du tome 1 : Salicande

Nous sommes au XXIIème siècle. Mais pas celui que tout fan de science fiction imagine, avec des technologies très avancées, dans un monde surpeuplé et connaissant la vie extra-terrestre. En tout cas plus maintenant. La Terre où vivent nos héros a connu des temps de conflits, des temps où les technologies étaient poussées à l’extrême, où les pouvoirs parapsychiques étaient développés chez de nombreux habitants. Mais le revers de la médaille a été la destruction progressive des végétaux et animaux de la planète bleue. Nous nous retrouvons donc dans un monde fuit par une majorité de ses habitants, s’étant réfugiés sur une autre planète plus verdoyante que ce qu’est devenue la Terre. Quelques réfractaires aux technologies sont restés sur la Terre. Et pour ne pas revivre la même catastrophe, les technologies sont bannies. Nous sommes retournés en des temps reculés. Pas d’électricité, une vie simple, de petits villages, des marchés de troc.

anigif_enhanced-buzz-8868-1385437919-7

Comment ça y a pas de réseau ?!

Claris et Jad, 12 ans au début de notre histoire, sont jumeaux. Ils vivent dans un petit village esseulé où leur grand-père a établi des règles très strictes. Ils ne connaissent rien des temps d’avant, de toutes les technologies qui ont existé avant leur naissance, il est interdit d’en parler. Même si leur grand-père est désormais décédé, parler de ces temps reculés reste tabou. Claris et Jad sont très différents l’un de l’autre. Depuis la disparition de leur mère lorsqu’ils avaient trois ans, Claris s’est murée, ne montre pas beaucoup ses sentiments et souhaiterait être forte comme un garçon, d’où un côté casse-cou. Tandis que Jad, atteint d’une maladie cardiaque, est plus sensible et ne s’astreint à aucune activité physique. Malgré ces différences, ils s’aiment d’un amour inconditionnel et, sans vraiment s’en rendre compte, communiquent par la pensée.

Dans ce premier tome, de grands changements vont apparaître dans leur vie, qu’ils menaient si paisiblement depuis près de 13 ans. Ils vont rencontrer de vieux amis de leur famille qui vont les aider à s’épanouir. Claris va calmer son tempérament grâce à l’écriture et la lecture ; Jad va se rendre compte qu’il n’est pas si chétif que cela et peut consommer plus d’énergie qu’il ne le croyait. Ils vont également peu à peu avoir accès à des informations sur les temps d’avant. Ils découvrent avec émerveillement ce qui existait dans ce monde, mais s’effraient aussi devant ce qu’en ont fait les humains qui les ont précédés.

Même si ces cours sur les temps d’avant réunissent les jumeaux, ils se voient également développer chacun des capacités différentes. Claris va découvrir la profession de Nomade de l’écriture et se plonger dans l’apprentissage de ce métier. Jad se voit offrir un jeu de société inconnu, dont plus personne ne se rappelle les règles, et avec lequel il va avoir un rapport particulier. Il va se rendre compte qu’il possède des compétences parapsychiques et qu’il peut déplacer les pions sans les toucher. Mais qu’également cela aura des répercussions dans le monde réel.

Les deux enfants commencent à s’épanouir d’une nouvelle façon, quand, à l’aube de leur treizième anniversaire, tout bascule.

 

L’avis de Loulou :

Je me suis complètement laissée happer par ce premier tome. Tout d’abord parce que l’objet livre en lui-même permet une aisance de lecture. Les chapitres sont découpés en sous-chapitres ce qui est très agréable quand on veut juste lire un mini passage. Mais surtout l’auteure a une force d’écriture incroyable. Tout est fluide, on se laisse totalement prendre, on vit pleinement avec les personnages. Le style nous intègre dans l’histoire et nous emmène voyager avec les héros. C’est envoûtant.

Pour les adeptes de littérature jeunesse, fantastique ou non, c’est aussi un petit bijou de référence. L’auteure cite certains de ses confrères, encore de notre temps ou déjà disparu (pour nous en tout cas, puisque dans le roman nous sommes dans le futur, ils ont donc tous disparu). On se prend au jeu du « celui-là je l’ai lu, pas celui-ci ». Certains passages d’autres romans sont cités et devoir deviner de quel livre est tiré tel extrait est un petit jeu de piste délectable pour les jeunes ayant déjà lu de grands classiques de la littérature de jeunesse. Par ce stratagème, l’auteure intègre pleinement le lecteur dans l’histoire. Il peut d’autant plus facilement se reconnaître dans ce monde qui n’est pas le sien, car finalement il y trouve des repères.

Pauline Alphen accorde une grande importance à la force de l’imagination et de l’écriture, et cela va se ressentir tout au long de ses romans. Elle ne fait pas seulement référence à de grands classiques, elle place l’acte d’écriture quasiment au premier plan. Les romans sont divisés en plusieurs parties (en plus des chapitres et des sous-chapitres) et avant chacune d’elle, un texte tiré des annales du temps d’avant (donc fictif) évoque une vérité primaire des temps présents. Ces textes prônent toujours la force de l’imagination et de l’écriture. Les personnages qui sont des Nomades de l’écriture (les poètes de ce monde) sont également présentés de façon très positive et sont vus comme les catalyseurs et possiblement changeurs du monde.

Outre son attachement profond au lien entre lecteur et écrivain, Pauline Alphen nous fait aussi passer des messages dans ses romans. En quelque sorte, elle nous montre ce que pourrait devenir notre monde si nous n’en prenions pas assez soin. Elle montre sa révolte face au développement des nouvelles technologies qui évoluent trop vite, et nous donne un aperçu des catastrophes qui pourraient advenir si nous poussons la recherche trop loin. Bien évidemment, nous sommes encore loin, dans le monde réel, de développer des compétences parapsychiques, comme c’est le cas dans Les Eveilleurs. Mais cela porte à réfléchir sur nos actes.

tumblr_n8gdytT7Rm1swvf4uo2_400

Lorsqu’on prend conscience des dangers des nouvelles technologies …

C’est un point que j’ai aimé dans ce premier roman. Que l’on nous fasse la morale dans certains sous-entendus, mais sans que le lecteur ne le perçoive ainsi. Jamais on ne se sent accusé de quoi que ce soit. C’est juste un avertissement que chacun prend comme il le souhaite.

Ce roman est donc d’une grande cohérence dans les évènements, dans son lien avec le monde réel, mais aussi au niveau des personnages. Les liens entre chacun d’eux sont comme naturels, on croit à leur parenté, on ressent les émotions avec eux, on fait partie de leur famille. Il y a de tout, en terme de caractère de personnage, pour permettre à chaque lecteur de trouver son alter-ego et de s’immerger encore plus profondément dans l’histoire. Les personnages centraux sont Claris et Jad, mais tous les autres ont leur importance et seront une charnière de l’histoire à un moment ou à un autre, ce qui les rend tous très intéressants.

Le fait que l’on explique dans le livre qu’il n’y a en réalité pas de magie et pas d’êtres surnaturels, mais juste des prédispositions à certaines compétences peu ordinaires en chacun de nous, qu’il suffit de savoir exploiter, et des êtres tout à fait naturels mais qui ne se montrent pas à tout le monde, j’ai adoré. On y croit à fond car on se dit que dans ce cas tout peut être possible et que dans notre propre monde cela peut aussi se dérouler.

Ce fut donc un tome très prenant, même complètement envoûtant, je me suis jetée sur le tome 2. Pour la critique sur cette suite, vous devrez patienter encore quelque temps !

tumblr_me4hsloj1b1qgbzseo1_r1_500

Loulou sous le charme des Eveilleurs !

 

Le récap’ :

Points positifs :

  • La force d’écriture de Pauline Alphen est envoûtante.
  • L’immersion dans l’histoire et l’identification aux personnages sont très fortes.
  • Tous les personnages sont attachants.
  • Un renouveau bienvenu et bien tenu pour le côté fantastique.

Points négatifs :

  • On a quand même un peu de mal à comprendre, dans ce premier tome, ce qui a pu se passer aux temps d’avant, quelle est la grande catastrophe, et c’est parfois gênant. Quelques détails supplémentaires auraient été les bienvenus et n’auraient pourtant rien gâché au récit.
  • La place laissée au monde de l’écriture, qui est décrit comme le monde ultime, peut en séduire plus d’un, si on est de grands lecteurs. Mais peut aussi en rebuter plus d’un, pour les non purs littéraires.

 

Joyeuse découverte les loulous !