Les Lutins urbains de Renaud Marhic (éditions du Ptit Louis)

Les-lutins-urbains

Il y a quelques semaines, nous avons reçu un drôle de message sur facebook. Des lutins, tout droit sortis d’on ne sait où, nous proposaient un deal en or. Ne vous inquiétez pas, il n’était pas question de trafic de lait de licorne (quoi que ça doit avoir bon goût), mais de livres voyageurs. Le concept ? Ces charmants lutins nous proposaient de recevoir les deux premiers tomes de leurs aventures et de les renvoyer à l’expéditeur sitôt la lecture terminée pour qu’ils aillent rejoindre d’autres blogueurs. Le concept est sympathique, mais qu’en est-il des livres en eux-mêmes ?

Tout d’abord, un petit résumé :

Gustave Flicman est un bon flic sain d’esprit jusqu’à ce qu’il tombe sur une étrange série de vols … de pizzas. Gustave est très impliqué dans l’enquête (les pizzas, c’est sacré !), mais rapidement tout dégénère : il se fait attaquer à coups d’enclumes volantes et découvre ainsi l’existence des lutins urbains. Seul problème pour l’inspecteur : comment arrêter quelque chose en laquelle on ne croit pas ?

Comme vous le voyez dans ce résumé, l’humour est omniprésent dans Les Lutins urbains. Un humour qui joue la carte des jeux de mots, des rimes et de l’absurde et qui fonctionne assez bien dans l’ensemble. Les livres sont courts, ce qui implique que les personnages et le décor doivent être rapidement mis en place. Aussi, les actions s’enchaînent dans de petits chapitres, ce qui permet de ne pas s’ennuyer. Tous les personnages sont hauts en couleur et vont piocher dans un imaginaire très folklorique qui emprunte allègrement aux contes.

Les Lutins urbains sont une lecture plaisir sans prise de tête. On peut lire le tout dès 10 ans si toutefois on a déjà une idée de ce qu’est l’ironie. Si vous voulez changer des lectures conventionnelles, c’est un très bon choix.

Les-Lutins-Urbains-pub-FB

Recap’ :

 Points positifs :

  • Une histoire amusante
  • Des personnages hauts en couleur
  • Tout public

Points négatifs :

  • Quelques personnages en font un peu trop : mais c’est aussi ça qui est amusant.

Bonne lecture les Cocos !