Les papas de Violette de Emilie Chazerand (auteur) et Gaëlle Souppart (illustratrice), paru chez Gautier Languereau en mars 2017

Est-ce que c’est une maladie d’avoir deux papas ? En tout cas, Violette ça ne l’embête pas. Elle ne voit pas du tout où est le problème. Mais à l’école, ses camarades ne sont pas tendres et elle n’a pas d’ami. Pourtant, son papa et son papou, Violette les aime plus que tout. Autant que eux l’aime et prennent soin d’elle. Heureuse, chagrine ou malade, ils sont toujours là pour elle. Comme tous les parents le sont pour leur enfant.

Une histoire dure au départ, dans le regard des enfants, qui peuvent être cruels, sans s’en rendre compte, et répète bien souvent ce qu’ils ont entendu à la maison. La petite Violette, rejetée à cause de l’incompréhension des autres, souffre de la situation. Mais elle n’en laisse jamais rien paraître à ses deux parents, pour ne pas les blesser. On s’aperçoit que ce n’est pas que le regard des enfants qui pose problème. Les papas de Violette ne font jamais de sortie avec elle tous les deux en même temps, à cause du regard des adultes également.

Ce n’est pas toujours facile pour Violette de comprendre pourquoi elle ne peut pas avoir une famille comme les autres. Non pas, un papa et une maman, mais deux parents qui peuvent se montrer au grand jour sans subir la bêtise du reste de l’humanité. D’autant plus qu’avoir deux parents qui vous aiment très fort, c’est mieux que deux parents qui se déchirent, quel que soit leur sexe.

Cet album est également plein de douceur et nous montre la joie de vivre d’une famille. Les histoires du soir, les devoirs, les promenades, les photos de famille… Eh oui, une famille homoparentale est tout simplement une famille.

Le texte, poétique et tout en rime, est accompagné d’illustrations simples, douces, colorées qui correspondent très bien à l’ensemble. Cet album est conçu autant pour les enfants qui pourraient se poser des questions sur un rejet qu’ils subissent à l’école à cause de leur famille homoparentale, que pour les parents qui veulent simplement ouvrir l’esprit de leur enfant.

La maison d’édition Gautier Languereau est particulièrement chère à mon cœur car elle publie toujours de très beaux ouvrages, et ce dernier est dans la même lignée. Merci à eux et à Babelio pour la découverte de cet album qui traite d’un sujet rude et pourtant très important de nos jours si l’on veut former de bons citoyens.

Bonne lecture les loulous !