Little Monsters, de Kara Thomas, paru en 2018 chez Castelmore

A l’ordre du jour, un bon thriller psychologique !

 

Kacey, en conflit avec sa mère, habite depuis quelques mois à Broken Falls, dans le Wisconsin, avec la famille de son père, qu’elle ne connaissait pas jusque-là. Après des années bancales avec sa mère, elle trouve enfin un équilibre familial, entourée d’Ashley, la femme de son père, Andrew, le fils d’Ashley et Lauren sa demi-sœur. Elle s’est également rapidement faite de bonnes amies, Bailey et Jade.

Jusqu’au jour où, sans raison apparente, elles se montrent étrangement distantes. Elles oublient même de passer la chercher pour la plus grosse soirée de l’année. Kacey se morfond en voyant les photos de Bailey et Jade sur les réseaux sociaux, en train de s’amuser à la soirée sans elle. Mais quand vient l’heure de leur demander des comptes, on apprend la disparition de Bailey. Aucune trace ne permet de retrouver la jeune fille et de comprendre ce qui s’est passé.

Kacey est sur le point d’apprendre deux choses très importantes : les apparences peuvent se révéler trompeuses. Et quand on est une étrangère, il ne faut faire confiance à personne…

 

Je peux être une cliente très compliquée pour certains genres, mais en ce qui concerne les thrillers psychologiques, je suis une très très bonne cliente. A partir du moment où la plume est belle et l’intrigue bien tenue, je me laisse complètement porter par le récit. C’est exactement ce qui s’est passé avec Little Monsters. Je me suis laissé prendre par cette histoire haletante extrêmement bien ficelée.

Peut-être que des lecteurs assidus de ce genre ou que des esprits d’enquêteurs auraient deviné le dénouement avant la fin, mais personnellement je me suis laissé conquérir peu à peu par le récit. Evidemment, j’essayais d’élaborer des théories au fur et à mesure, mais je ne suis pas du genre à creuser toutes les pistes parce que justement j’aime garder une part de mystère pour être surprise à la fin. Je n’aime pas si j’ai pu trouver le fin mot de l’histoire avant le dénouement. J’aime me dire que l’auteur a su m’entourlouper jusqu’au bout. Et effectivement, mes théories se sont toutes trouvées vaseuses. Pourtant j’en ai eu des moments de « ah mais oui c’est lui le tueur ! », « ah ben non en fait elle est vivante et elle se cache de tout le monde ! », « oh en fait elle s’est enfuit avec untel ! », « ahah, mais bien sûr, en fait c’est elle la méchante ! ». Bref, plus on avançait dans l’histoire, plus je m’enfonçais personnellement dans des théories à deux balles.

J’ai trouvé le récit vraiment bien ficelé. A chaque chapitre on apprend un indice de plus qui nous permet d’étayer notre théorie de lecteur ou bien de revenir sur nos pas. Les personnages sont également très intéressants et le terme thriller psychologique prend vraiment tout son sens pour ce roman. La psychologie des protagonistes est primordiale, joue un rôle essentiel dans le déroulement du fil rouge de l’histoire et il faut être attentif à chaque parole de chaque personnage si on veut pouvoir démêler le fil soi-même. C’est d’ailleurs glaçant de se dire que des personnages comme ceux du livre peuvent courir dans la nature.

Je vous avoue que même s’il ne s’agit pas de monstres fantastiques dans cette histoire, le soir de ma lecture de ce roman, j’ai eu un peu de mal à éteindre la lumière avant de dormir…

 

En bref, un récit vraiment palpitant qui a de quoi vous tenir en haleine jusqu’au bout, avec quelques sueurs froides au passage !

 

Bon thriller psychologique les loulous !