cover orgueil et préjugés et zombies

Orgueil et préjugés et zombies de Jane Austen et Seth Grahame-Smith

 

 

Je dois vous avouer que les classiques et moi, ça fait généralement trois. De mauvais souvenirs d’école se cachent sûrement derrière cette défiance envers ces gros pavés d’un autre temps. Mais puisqu’il existe des exceptions à chaque règle, certains classiques ont quand même su conquérir mon cœur de lectrice. Alice au pays des merveilles, Boule de suif, Les liaisons dangeureuses, Fahrenheit 451, ou encore Les Pensées de Pascal sont autant d’exemples pour moi que nos préjugés peuvent être surmontés. Et aujourd’hui, je suis fière de vous apprendre que je viens encore une fois de trouver une exception à mon aversion des classiques … enfin presque.

Orgueil et préjugés est l’un des classiques les plus connus de la littérature anglaise. Ecrit par Jane Austen en 1813, ce roman remporta un vif succès auprès des lecteurs et ce succès ne s’est pas éteint depuis. Empreint d’humour et de romanesque, Orgueil et préjugés nous dépeint la campagne anglaise avec brio et nous emporte dans des aventures romantiques pleines de rebondissements et d’imprévus.

orgueil et préjugés jane austen

Résumé amazon : En Angleterre, dans la société provinciale guindée, fière de ses privilèges et de son rang social, Mrs. Bennett, mère de cinq filles, veut à tout prix les marier… Elle n’hésite pas à faire la cour à son nouveau voisin, Mr. Bingley, jeune homme riche qu’elle aurait aimé donner comme époux à sa fille aînée Jane. S’ébauche une idylle entre Jane et Mr. Bingley, qui pourrait bien aboutir à un mariage. Elisabeth, soeur cadette de Jane, se réjouit de cet amour naissant. Mais c’est sans compter le dédain et la méfiance de l’ami intime de Bingley, Mr. Darcy qui, n’appréciant pas les manières de Mrs. Bennett et de ses filles, empêche Bingley de se prononcer. Elisabeth de tempérament fort et franc, consciente de la valeur et du mérite de son milieu, affronte Mr. Darcy…

L’histoire est connue de quasi tous, tant les adaptions cinématographiques ou télévisées ont pullulé depuis 1940. Et si vous cherchez bien, vous trouverez obligatoirement un(e) fan d’Orgueil et préjugés dans votre entourage. Moi, c’est l’une de mes cousines. Elle est fan incontestée de Jane Austen. Cependant, il fallait davantage que des louanges de sa part pour me convaincre de lire ce classique. Et ce davantage a pris la forme de … zombies !

Allier zombies et classique de la littérature, il fallait oser, et Seth Grahame-Smith l’a fait. Signant le livre en tant que co-auteur, il nous livre là un roman aussi innovant que respectueux du contenu original. Les trois-quarts du texte sont donc du pur Jane Austen, tel que vous pouvez le lire dans sa version originale, le quart restant est une pure invention de Grahame-Smith. Cependant, même si invention il y a, on retrouve bien le style narratif de Jane Austen. Je n’ai absolument pas senti les changements de plume et le tout est donc d’une fluidité impressionnante.

Parce qu’il faut l’avouer, le roman de Jane Austen ne se prêtait pas vraiment à une invasion de zombies. On nous y décrivait la tranquille campagne anglaise et les mœurs guindées des familles qui y habitaient. Rien à voir donc avec une quelconque apocalypse zombies. Pourtant, Orgueil et préjugés et zombies est très sympathique à lire, et sa trame narrative est cohérente.

Cependant, il convient de dire à tous les fans de The Walking dead qui frétillaient déjà d’impatience que, non, vous n’y retrouverez pas des scènes de gore violentes, ou autres joyeusetés auxquelles la série nous a habitués. En réalité, je dois rétablir la vérité, les zombies sont beaucoup plus présents dans le titre que dans le roman. Je m’attendais à un peu plus de combats ou de scènes zombiesques dans l’histoire, mais, les seuls moments où les héroïnes se battent contre les « innommables » sont lorsqu’elles voyagent. Seulement vous imaginez bien que les voyages se font assez rares lorsque les landes sont infestées de morts-vivants.

Faut se calmer avec les zombies les gars !

Faut se calmer avec les zombies les gars !

Si les combats sont peu nombreux, ils sont aussi fort peu impressionnants. Ils n’apportent pas énormément à l’intrigue, ils ne sont là que pour nous divertir, et ils ne durent qu’une dizaine de lignes grand maximum. Le seul combat d’ailleurs qui mérite une attention particulière n’est pas un combat entre morts et vivants mais un combat entre l’héroïne Elizabeth Bennet et une bienfaitrice (pas si bienfaitrice que cela) bien vivante. Les deux personnages ayant été formées aux arts de tuer, le combat est rondement mené et assez surprenant même. Mais là encore, il ne dure qu’une page grand maximum.

Si le côté zombies m’a donc un peu déçue, le côté scénario, lui m’a ravie. J’ai adoré les personnages et leurs traits de caractères, leurs histoires d’amour plausibles et les autres rebondissements que je ne peux pas nommer sans spoiler. Mais ça, c’est plutôt à Jane Austen qu’on le doit. Car, hormis les zombies, le scénario ne s’écarte guère de l’original, et les personnages se voient posséder des mêmes défauts et qualités que leurs ancêtres.

En bref, ce livre est parfait pour tous les lecteurs qui veulent découvrir Orgueil et préjugés d’une manière un peu plus originale. Il ne faut cependant pas s’attendre à des gerbes de sang et à du gore gratuit. Les zombies ne sont là que pour apporter un vent de fraîcheur et de modernité, ce qui n’est pas déplaisant et ce qui permet de le donner à lire à des lecteurs dès 13 ans. Vous passerez forcément un bon moment en lisant cette œuvre, et il y a même quelques moments où vous vous surprendrez à sourire (si, si, je vous l’assure). Alors, n’hésitez plus, partez à la (re)découverte de ce classique, vous ne le regretterez pas !

Pour ma part, cela m’a donné très envie de lire l’original et peut-être d’ici quelques mois verrez-vous sur notre blog un article sur ce grand classique de la littérature anglaise : Orgueil et préjugés !

En attendant, je vous souhaite une chouette lecture les cocos !


BONUS : Vous pourrez très bientôt voir Orgueil et préjugés et zombies sur grand écran (même si aucune date n’est encore communiquée pour la sortie cinéma en France). Et vu que je suis gentille, je vous mets la bande annonce ci-dessous. Et oui, c’est bien Lena Headey, alias Cersei Lannister  qui apparaît vers 2:10. 🙂

Attention : la fin de cette vidéo contient une scène assez gore à ne pas montrer aux âmes sensibles !