Renversante de Florence Hinckel, illustré par Clothilde Delacroix, paru à L’école des loisirs en 2019

Tout va bien pour Léa ! À l’école, elle aime jouer au foot dans la cour avec ses amies. Elle est naturellement douée en maths, comme le sont souvent les filles. Elle sait déjà qu’elle est promise à une brillante carrière, de chirurgienne, huissière ou, pourquoi pas, ministresse ! Quel que soit son choix, elle n’aura pas à s’occuper de ses enfants, puisque c’est leur père qui s’en chargera. Les hommes sont naturellement faits pour ça, non ? « C’est comme ça ! On n’y peut rien ! » a tendance à penser Léa. Mais son père et son frère, Tom, vont la pousser à remettre en question l’ordre établi…

Non, non, vous avez bien lu, je ne me suis pas trompée et le résumé ci-dessus doit bien être au féminin. Ce petit roman ne paye pas de mine et pourtant c’est un petit bijou de réflexion et de remise en question. Il va aider adultes et enfants à se poser les bonnes questions en ce qui concerne l’égalité homme-femme. Sous couvert d’humour, on s’aperçoit rapidement de l’absurdité de certaines situations si effectivement les femmes dominaient le monde et les hommes n’étaient que des personnages secondaires. Alors pourquoi ne pas s’interroger de la même manière sur notre système actuel où ce sont les hommes qui dominent et les femmes qui sont remisées derrière ? Si la situation est absurde dans un cas, pourquoi ne le serait-elle pas dans l’autre ?

Les choses bougent en ce moment, le féminisme prend de l’ampleur et c’est bien. Mais pourquoi ne passer que par les adultes ? Ce court récit permet de parler de ce sujet avec les plus jeunes. Parce que oui, c’est principalement pour l’avenir nos enfants que l’égalité doit enfin pouvoir se faire dans tous les domaines, alors autant les y former dès le plus jeune âge.

Et pour les plus grands, je ne peux que vous conseiller le superbe Tu seras un homme féministe mon fils d’Aurélia Blanc, chez Marabout. Elle y explique pourquoi nous devons prendre le mal et le mâle à la racine : il ne suffit pas que les adultes d’aujourd’hui grognent, il faut que les enfants actuels soient élevés dans l’égalité, et il ne faut pas toujours dire aux filles « soit forte, bas toi contre les injustices face aux hommes », il faut aussi tout simplement apprendre aux garçons que l’égalité est la normalité. Sans ces deux points primordiaux (s’y prendre dès le plus jeune âge et ne pas éduquer à l’égalité que les filles), on n’arrivera pas à grand-chose.

Pour ceux qui veulent aller encore plus loin : Des hommes justes d’Ivan Jablonka.

Voilà, les grands et les petits ont leur manuel d’égalité des chances dans les mains, il n’y a plus qu’à !

Bonne lecture les loulous !