Skip to main content

Fangirl

Fangirl, de Rainbow Rowell

Coucou tout le monde !

Aujourd’hui, je vous emmène du côté obscur de la littérature, droit vers la Fanfiction ! En réalité, il ne sert à rien de parler de côté obscur, puisque je considère moi-même la fanfiction comme un genre à part entière de la littérature moderne, mais il faut bien avouer que c’est encore et toujours un gros mot pour bon nombre de personnes. D’ailleurs, je ne sais pas combien parmi vous sont familiers de ce terme (si vous voulez bien vous manifester dans les commentaires, je suis curieuse 🙂 ), mais pas de panique, que vous soyez initiés ou pas, vous avez toutes les raisons de bien aimer le roman dont je vais vous parler.

De la romance, de l’amitié, de la difficulté de passer à l’âge adulte et des chambrées de fac, Fangirl a tout du bon gros roman de l’été, qui se lit d’une traite, les pieds dans l’eau !

Lire plus

Love, Simon

Love, Simon de Greg Berlanti,
adaptation du livre Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens de Becky Albertalli

Coucou les Cocos,

Je vous avais préparé une superbe introduction, remplie d’amour, de mots et de tendresse, expliquant quand comment et pourquoi je suis tombée sur Love Simon. Mais finalement, je me suis dis qu’on n’avait qu’une vie et qu’elle n’était certainement pas destinée à lire un paragraphe interminable sur le quand, le comment et le pourquoi d’un film.
Bon, en vrai, c’est surtout parce que j’entends le tonnerre gronder au loin et que j’ai bien envie de vous livrer cet article avant que ma connexion internet ne saute. Alors, c’est parti pour une course contre la montre digne de Mission Impossible !

Lire plus

Un jour

Un Jour, de David Nicholls

Bonjour à tous !

Une fois n’est pas coutume, je vais sortir du cadre strict de la littérature de jeunesse pour vous parler d’un livre qui m’est très cher : Un Jour. Une histoire d’amour, peu ordinaire et pourtant si réaliste, qui a le pouvoir de retourner le cœur des adultes et, pourquoi pas, des ados. Car même si ce livre est clairement à destination des adultes (vous le trouverez d’ailleurs dans les rayons classiques des librairies), ce n’est pas pour autant que les ados doivent s’empêcher de le lire. Après tout, ce n’est pas parce qu’on a 16 ans qu’on est obligé de lire que de la YA ou des livres fantastiques. C’est aussi en élargissant ces horizons qu’on apprend à grandir. C’est pourquoi aujourd’hui, je vous emmène en Angleterre (et oui, encore !) pour suivre les « aventures » terriblement ordinaires d’Emma et Dexter !

So british … édition n°2 !

Lire plus

Le copain de la fille du tueur

Le copain de la fille du tueur de Vincent Villeminot, paru chez Nathan en 2016

Aujourd’hui, article très court. Tout simplement parce que je ne peux pas faire autrement que de vous présenter ce livre, pour lequel j’ai eu un coup de cœur, mais sur lequel j’ai beaucoup de mal à mettre des mots.

J’ai acheté Le copain de la fille du tueur, au Salon du livre de Sainte Odile, il y a quelques mois. Ce qui m’a décidée c’est la discussion que j’ai eu avec l’auteur. Un grand barbu extrêmement sympathique, qui parle de ses romans avec une telle passion que c’est difficile de ne pas craquer. D’ailleurs son nom ne vous est sûrement pas inconnu. Vincent Villeminot est l’auteur d’un des tomes de la série U4, Stéphane. Je n’ai d’ailleurs lu que ce tome de la série, mais je ne souhaite pas en faire un article, qui se perdrait au milieu des milles qui existent déjà sur ce sujet. Je préfère vous parler d’un de ses romans moins connus et qui pourtant mérite de l’être.

Charles vient d’intégrer un internat pour « gosses de riches », perdu au cœur des montagnes suisses. Avec Touk-E, son coloc, ils tuent le temps comme ils peuvent, allumant fausses révolutions et vrais incendies… jusqu’à l’arrivée de Selma. Elle est mystérieuse, solaire, solitaire… et fille d’un trafiquant de drogue en cavale.

Lire plus

Ginny Moon

Ginny Moon de Benjamin Ludwig, paru en mai 2017 chez Harper Collins

On a été gâtées par Babelio ces temps-ci et c’est donc le second ouvrage que nous avons reçu grâce à eux que je vous présente aujourd’hui. Ayant été Assistante de Vie Scolaire pendant un an, c’est le thème du livre et les premières critiques que j’ai pu en lire qui m’ont intriguée. En voici donc quelques lignes, pour vous donner envie à votre tour.

Pour la première fois de sa vie, Ginny Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours – un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l’entourer. Le foyer dont n’importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14 ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s’occuper d’elle ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir ?

C’est une adolescente comme les autres – elle joue de la flûte, s’entraîne pour le tournoi de basket de l’école et étudie les poèmes de Robert Frost –, à un détail près : elle est autiste. Et certaines choses sont très importantes pour elle : commencer sa journée avec précisément neuf grains de raisin, chanter sur Michael Jackson (son idole), manger de la pizza au bacon et aux oignons et, surtout, retrouver sa mère biologique pour pouvoir s’occuper de sa Poupée, qui court un grand danger.

Avec les moyens limités et pourtant redoutables d’une enfant enfermée dans son monde intérieur, Ginny va tout mettre en œuvre pour la sauver.

Lire plus

Quatre filles et un jean pour toujours

Quatre filles et un jean pour toujours de Ann Brashares, paru chez Gallimard en 2012

4 filles et 1 jean-tome 5-Ann Brashares-Gallimard-1ere couv

Cinq ans après avoir clôturé son cycle de quatre tomes sur les quatre filles à l’amitié indéfectible, Ann Brashares a décidé de reprendre leur histoire pour une ultime fois. Personnellement, à l’époque, je ne savais pas du tout que ce tome était prévu et je suis tombée dessus par hasard en librairie. Je ne suis même pas sûre que c’était prévu dans la tête de l’auteure de sortir ce cinquième tome, à la base. Quoi qu’il en soit, celui-ci va tout chambouler.

 

Attention, je pars du principe que tous les autres tomes ont déjà été lus. Je ne vais déjà pas pouvoir en dire beaucoup sur ce tome 5, donc je ne vais pas pouvoir faire trop attention aux précédents.

 

Les quatre filles, sont maintenant de jeunes femmes. Elles ont 29 ans et se rapprochent très vite des 30. Elles sont toujours amies, mais leur relation a évolué. Leurs carrières, leurs vies amoureuses ou familiales, les ont tout de même un peu éloignées. Elles essaient de se réunir autant que possible, mais cela fait déjà deux ans qu’elles n’ont pas pu se voir à quatre.

Carmen a continué sa carrière de scène. Elle a actuellement un rôle dans une série policière télévisée et commence à être connue. Elle n’est pas tout à fait une starlette qui fait des caprices, mais parfois elle n’en est pas loin. Elle a un compagnon, Jones, de 10 ans son aîné, grand producteur reconnu. Ils sont fiancés, mais ses trois amies n’aiment pas vraiment ce prétendant.

A la fin de ses études, Lena est devenue professeure dans une école d’art. Elle aime ce travail même s’il est parfois routinier et que ces quelques heures de cours ne lui rapportent pas beaucoup. Son talent est reconnu et elle est très appréciée dans son école, les élèves se battent pour l’avoir comme professeure. Elle tente également de se faire connaître autrement dans le monde de l’art et continue de peindre à côté de ses cours. Mais elle ne fait pas d’exposition et sa carrière dans ce domaine a donc du mal à décoller. Ses parents s’inquiètent pour elle car elle est très casanière, n’a pas vraiment de vie sociale ou familiale. Au contraire de sa sœur Effie, journaliste reconnue à Manhattan. Après 10 ans, Lena pense toujours à Kostos.

Bridget vit avec Eric. Ce dernier est avocat, mais ne gagne pas forcément sa vie comme il le souhaiterait, car il accepte souvent de travailler à bas frais pour sauver « la veuve et l’orphelin ». Quant à Bridget, on ne sait pas trop ce qu’elle fait comme boulot. Elle est inscrite dans ce qui correspondrait à une agence d’intérim en France. Elle ne tient pas en place et avec Eric ils déménagent souvent. Entre la vie pépère qu’il souhaiterait mener, et la fougue dont fait preuve Bridget dans tout ce qu’elle entreprend, ils se complètent, finalement.

Lire plus

L’Adoption – Qinaya

L'adoption

L’Adoption – Qinaya de Zidrou et Monin

Et voilà ! Aujourd’hui je termine mon tour d’horizon des livres lus pendant mes congés. Attention les yeux, parce que j’ai gardé le meilleur pour la fin. 

J’ai pour la première fois entendu parler de cette BD dans un magazine commercial de type ceux que vous pouvez « chipper » à la FNAC et qui reste 107 ans dans votre sac avant de le lire. Elle faisait partie des coups de cœur libraire. Intriguée par une couverture aux couleurs envoûtantes, j’ai survolé le résumé qui, d’ailleurs, ne m’attirait pas des masses, et je suis passée à autre chose. 

Quelques semaines plus tard, j’ai retrouvé cette même BD sur un étal du Furet du Nord, toujours accompagnée d’un carton coup de cœur. J’ai pris ça pour un signe et je l’ai donc ouverte. Et là, face à ces dessins adorables, je me suis dis que je n’allais pas résister longtemps. 
C’est ainsi que, lors de mon passage dans mon ancien lieu de stage, j’ai acheté ce petit bijou, que dis-je, cette pépite qui est incontestablement un coup de cœur pour moi !
Et laissez-moi vous raconter pourquoi, vous aussi, vous allez craquer pour L’Adoption

Lire plus

Quatre filles et un jean – Tomes 2, 3 et 4

Quatre filles et un jean, Tomes 2-3-4, de Ann Brashares, parus chez Gallimard jeunesse entre 2003 et 2007

4 filles et 1 jean-Ann Brashares-Gallimard-1ere couv

Après le plaisir que j’ai eu à relire le tome 1 (à zieuter par ici), je n’allais pas me priver de lire les tomes suivants. Mais il faut bien avouer qu’ils sont un peu tous sur le même plan et donc j’ai décidé de les réunir dans un seul article. Enfin, ceux qui concernent la vie adolescente de nos quatre filles, car un cinquième tome est sorti quelques années plus tard où on les retrouve jeunes femmes et là ça fera l’objet d’un article à part.

On commence par un résumé succinct par tome et on enchaîne sur un avis général. Je considère que le premier tome a été lu par ceux qui voudraient lire cet article donc, attention au possible mini spoil.

 

Le deuxième été

4 filles et 1 jean-tome 2-Ann Brashares-Gallimard-couv

Ancienne édition

Les quatre amies ont fini leur année de première et vont bientôt fêter leurs 17 ans. C’est Lena qui prend la parole pour le prologue et l’épilogue.

Carmen reste à Bethesda et s’est trouvée un petit boulot de baby-sitter. Après avoir subi une crise avec son père l’année dernière parce qu’il se remariait, c’est avec sa mère que Carmen va connaître la même chose. Christina va vivre une histoire d’amour comme une ado et sa fille ne va pas le supporter. Plutôt que d’avoir tiré des enseignements de ses erreurs de l’année précédente, Carmen ne va en faire qu’à sa tête et rendra sa mère malheureuse.

Tibby part faire un stage de cinéma en Virginie. L’ombre de la mort de Bailey lui pèse encore. Mais cela l’aidera aussi à faire les bons choix, quand elle repensera à son amie de 12 ans, et à ce qu’elle pensait des gens. Tibby ne prendra pas toujours le bon chemin mais se rattrapera comme elle peut. Elle se rapproche aussi de plus en plus de Brian, rencontré l’année précédente grâce à Bailey.

4 filles et 1 jean-tome 2-Ann Brashares-Gallimard-poche

Nouvelle édition

Bridget ne se l’avoue pas vraiment, pourtant sa rupture avec Eric l’a bouleversée tout au long de l’année et elle a encore du mal à s’en remettre. Elle a pris quelques kilos (rentrera-t-elle encore dans le jean ?), s’est teint les cheveux en noir et a arrêté le foot. Elle comptait rester à Bethesda cet été, mais elle trouve des lettres que sa grand-mère tente de lui faire parvenir depuis 5 ans, que son père lui cache. Furieuse, elle quitte sur le champ la maison et part à la rencontre de sa grand-mère. Un lien qui lui permettra de se reconstruire.

Enfin, Lena, qui reste à Bethesda mais travail dans un magasin de vêtements qu’elle déteste. Elle a fini par rompre avec Kostos en mars, car la distance lui faisait mal. Mais l’absence de réponse à ses lettres envoyées en Grèce, et l’absence de Kostos tout court, lui font finalement plus de mal. Elle ne sait plus où son cœur en est et ce qu’elle doit faire. Deux évènements vont bouleverser son été : une révélation de la part de sa mère sur son passé amoureux et une tragédie familiale.

Lire plus

Quatre filles et un jean – Le film

Quatre filles et un jean, réalisé par Ken Kwapis, novembre 2005

4 filles et un jean-affiche film

Ouhla, ça fait bien plus d’un an maintenant que nous n’avons pas sorti d’article sur une adaptation ! Mais que nous sommes vilaines ! Bon, par contre, en attendant que je sois allée voir Le BGG au cinéma, on va partir sur un film plus ancien, d’il y a dix ans en réalité.

J’ai sorti un article la semaine dernière sur Quatre filles et un jean d’Ann Brashares (par ici la visite), que j’avais adoré pendant mon adolescence. Malgré mon amour pour ce livre, je n’ai pourtant jamais vu le film quand il est sorti. Il n’est jamais trop tard pour se rattraper donc je l’ai enfin regardé !

J’aurais dû m’abstenir… D’ailleurs, je vais vite me débarrasser de mon ressenti, comme ça après je peux oublier cette mauvaise expérience…

N.B. : je pars du principe que ceux qui liront cet article auront lu le livre, donc je spoile pas mal.

4 filles et un jean-actrices 2

Je suis assez pointilleuse sur les adaptations, ça s’est déjà ressenti dans mes articles précédents. Je laisse peu de place à l’invention de la part du réalisateur et aux libertés qu’il peut prendre. En fait, je ne suis pas contre des changements, à condition qu’ils soient justifiés et que l’atmosphère du livre se retrouve dans le film. Il faut que le spectateur prenne plaisir à regarder le film, autant qu’il a eu de plaisir à lire le livre. Il faut qu’il se dise « oh cool, c’est comme ça que j’imaginais ça ! ». Bon, on est d’accord, tout le monde ne peut pas imaginer tel perso ou tel évènement de la même façon. Mais il y a un socle, une base à respecter. Ce qui me hérisse le poil au plus au point c’est quand on modifie le caractère d’un personnage, ou une action dans le film, mais sans aucune raison. S’il faut raccourcir un événement ou le modifier légèrement pour qu’il tienne dans le 1h30-2h standard, c’est normal. Mais quand ça n’a pas de raison d’être et que le livre aurait pu être mieux respecté sans souci, je suis indignée. Mais qu’est-ce qui se passe dans la tête des réalisateurs pour qu’ils se disent « tiens, on va changer ça, on s’en fout des lecteurs » ? Parce que c’est forcément ce qu’ils se disent quand on voit les catastrophes auxquelles on assiste parfois…

Bref, pour être plus précise, je vais y aller fille par fille pour une fois. Pas la peine de faire un pour et contre, je n’ai trouvé que des contres…

Lire plus