Skip to main content

Ikigami, préavis de mort

Ikigami, préavis de mort de Motorô Mase, 10 tomes parus entre 2009 et 2012 chez Kazé manga

Vous l’aurez compris ces derniers temps avec mes présentations du prix Mangawa et mes sélections sur les masses critiques de Babelio, désormais la fièvre manga m’a atteinte. Je ne sais pas si cela durera (j’ai parfois des lubies qui s’estompent au bout d’un moment), mais en tout cas pour l’instant j’adore et j’en profite. Je ne suis pas devenue une incollable sur les mangas, loin de là, mais je commence à en apprécier de plus en plus. Je reste assez loin de Dragon Ball, Pokemon ou GTO. Je ne suis pas fan des Shojo. Je me rends compte que le fantastique ne m’intéresse pas forcément plus que ça dans les mangas et que j’ai besoin de quelque chose de plus terre à terre, alors que dans mes lectures de romans occidentaux c’est plutôt l’inverse. En revanche, j’aime flâner dans ma médiathèque, qui possède un très beau rayon mangas, pour y dénicher de petites pépites. L’avantage c’est que ça se lit vite et que si j’aime, très souvent ce sont de grosses séries donc j’ai de quoi me faire plaisir par la suite. C’est aussi pour ça que je ne suis pas forcément l’actualité manga, mais que je me penche plus sur d’anciennes séries déjà finies ou presque.

Me voici donc aujourd’hui pour vous présenter un manga qui n’est pas issu du prix Mangawa, mais d’une découverte personnelle. Enfin, plutôt conseillé par la femme de mon cousin qui travaille dans la maison d’édition du manga que je vais vous présenter. Merci merci pour ce bon conseil !

 

« On ne peut réaliser le véritable prix de la vie tant qu’on n’a pas été confronté à la mort. Pour faire prendre conscience à sa population de la valeur de la vie, notre pays (le Japon) s’est doté depuis de longues années de la loi de sauvegarde de la prospérité nationale. A leur entrée à l’école, tous les enfants subissent la vaccination de prospérité nationale. Le vaccin contient une nanocapsule qui ôtera la vie à un jeune sur mille, à une heure programmée entre 18 et 24 ans. L’intéressé n’est averti de son sort que 24 heures avant l’instant fatidique, quand un agent du gouvernement vient livrer son préavis de mort : l’Ikigami. Que feriez-vous de vos dernières 24 heures ? »

Lire plus

La Faucheuse, Tome 1

La Faucheuse, tome 1, de Neal Shusterman,

 

Bonjour à tous ! 

Alors qu’en ce moment, on ne parle plus que beau temps et de bébé royal (yep, la famille royale britannique s’est encore agrandie), moi, j’ai décidé d’égayer votre journée avec un sujet beaucoup plus palpitant : la mort ! 
Je sens un léger coup de froid parcourir soudainement cette chronique. Mais pas de panique, le sujet a beau être, comment dire, délicat, lugubre et fatal, le roman que je vais vous présenter en revanche vaut vraiment le détour. Et je vous le garantis 0% gore !

Lire plus

Le Labyrinthe (Tome 1 de la saga L’épreuve)

Le labyrinthe, réalisé par Wes Ball (Tome 1 de la trilogie L’épreuve de James Dashner), octobre 2014.

le-labyrinthe-affiche-france-525x700

Il y a quelques jours, nous vous parlions de L’épreuve de James Dashner, trilogie au succès mondial. Loulou avait littéralement adoré, Coco était plus mitigée. Pour aller jusqu’au bout de notre critique, nous étions bien évidemment obligées d’en voir l’adaptation ! C’est chose faite et voici notre ressenti. Pour un petit rappel de la critique sur les livres, c’est par ici.

Lire plus

Hunger Games

hunger-games,-tome-1-337660-250-400Hunger Games, la trilogie de Suzanne Collins, parue chez Pocket Jeunesse entre 2009 et 2011.

La dystopie pour les jeunes …

Dystopie ? Vous ne savez peut-être pas vraiment ce que cela veut dire, mais vous êtes certain d’avoir déjà entendu ce mot avant. Et pour sûr, c’est le nouveau mot à la mode pour décrire la non-moins nouvelle tendance littéraire en jeunesse.

La dystopie, c’est le contraire de l’utopie (ça vous arrange bien, hein), c’est-à-dire un récit de fiction dépeignant une société imaginaire où la vie est difficile et dont le modèle ne doit pas être reproduit. Force est de constater qu’effectivement ce genre littéraire s’est beaucoup développé ces dernières années en jeunesse.

Tout comme lorsque Twilight a fait naître un véritable raz de marée vampirique, c’est Hunger Games qui est considéré comme le point de départ de ce genre en littérature jeunesse.

Dans un futur (espérons le) pas très proche, les Etats-Unis ont été séparés en 12 districts, nés de la répression sanglante d’une révolte du peuple. Chaque district a une fonction spécifique et fournit les matériaux nécessaires à la vie. La paix est maintenue par le Capitole, source de pouvoir omniprésent et dictatorial, qui prend son rôle très au sérieux. Si sérieusement d’ailleurs qu’il a mis au point les « Jeux de la faim », les Hunger Games, pour que tous se rappellent ce qu’il en coûte de se rebeller.

Chaque année, durant ces Hunger Games, une fille et un garçon de chaque district sont tirés au sort pour aller passer un petit séjour (pas très sympathique) dans une arène. La règle du jeu est ensuite simple : tuer ou se faire tuer. Le vainqueur, car oui, il n’en reste qu’un, gagne prospérité et célébrité à vie (et de sérieux problèmes mentaux, mais passons).

Lorsqu’elle entend le nom de sa jeune sœur être tiré au sort, Katniss ne peut le supporter et elle se porte volontaire. C’est la première fois qu’une personne se porte volontaire au district 12, et le monde n’est pas prêt de l’oublier.

De la survie d’une seule jeune fille va naître l’espoir d’un monde meilleur et va s’embraser une nouvelle révolte.

Lire plus