Skip to main content

Les chroniques de Zi – Livre I : Phelan

Les chroniques de Zi – Livre I : Phelan, de Jean-François Chabas, paru en janvier 2018 chez Nathan

L’avantage d’avoir repris des études dans le monde du livre cette année, c’est que je rencontre pas mal de personnes qui ont déjà eu une vie antérieure dans un milieu professionnel livresque. On papote, on échange, on discute donc pas mal autour du livre, notamment de jeunesse. Je suis une petite chanceuse, car une camarade de promo m’a fait découvrir le nouveau livre de Jean-François Chabas, ce que je n’aurais probablement pas fait de moi-même autrement. Non pas que je n’aime pas Chabas, mais je le connais beaucoup plus à travers ses albums et textes pour les plus jeunes, que par ses romans. J’ai toujours eu envie de me mettre à ses romans, mais ne savais pas par où commencer. Ce fut fait, il y a quelques mois avec Les filles de Cuchulainn, grâce à la box Le Ptit Colli. Et quoi de mieux finalement de poursuivre ma découverte de son univers avec sa dernière parution : le premier tome d’une nouvelle série, Les chroniques de Zi.

 

J’ai trouvé le résumé de quatrième de couverture un peu embrouillé, car il mélange les deux parties du livre sans qu’on ne les distingue vraiment, je ne vais donc pas vous le retranscrire ici, mais vous donner ma version.

Partie 1 : Une sorcière puissante règne sur le royaume des Mille Lacs depuis plusieurs siècles. Les habitants ne sont que rarement confrontés à elle, quand elle vient kidnapper des enfants pour s’en délecter. Elle ne fait d’habitude pas grand bruit sur ce pays. Mais quand elle décide de s’en prendre au bébé princier, tout le royaume se met à ses trousses. Sans succès. Le petit ange disparaît dans la forêt ensorcelée, le repère de la sorcière que nul ne peut franchir.

Partie 2 : Une quinzaine d’années plus tard, nous faisons la connaissance de Phelan et Turi, deux adolescents, meilleurs amis qui s’entendent comme chien et chat, et qui vivent dans le village de Cairnbaan, au pied du château des souverains du royaume des Mille Lacs. Il y a quelques jours, une jeune princesse venue du royaume des Trois Vagues est passée par chez eux. Phelan en est tombé sous le charme. Malheureusement, le cheval de la princesse, devenu fou, l’a emmenée dans le repaire de l’Ogre, dans les Monts Jaunes. Fou d’amour, Phelan part à sa recherche. Turi ne tardera pas à le rejoindre.

Les deux parties sont donc séparées par un bon nombre d’années, mais également par le fait que dans l’une et l’autre les personnages sont différents. On se doute qu’à un moment les protagonistes de chaque partie vont se rejoindre, mais ce n’est pas le cas pour l’instant.

Lire plus

Trolls & Légendes 2015

tl3

Ce weekend, c’était les 10 ans du festival Trolls & Légendes à Mons (Belgique), et pour marquer le coup, il y avait de nombreux et prestigieux invités. Et au Bazar, lorsqu’on a vu la liste de ces dits invités, ça s’est mis à frétiller d’excitation. Loulou ne pouvait pas être présente ce jour là, mais qu’à cela ne tienne, je vais vous faire revivre ce qui, pour moi, a été une belle découverte. Suivez le guide !

ça frétille sévère au Bazar Littéraire !

ça frétille sévère au Bazar Littéraire !

Lire plus

L’assassin royal

Img_Assassin_royal_1

L’assassin royal de Robin Hobb, 1998 à 2006 pour la première parution française chez Pygmalion

Img_Assassin_royal_13

Autant vous annoncer la couleur, Robin Hobb est mon idole. Je suis encore moins objective sur ses romans que sur Harry Potter. Je n’ai pas encore lu toutes ses œuvres, mais plutôt que de me chagriner, ça me réjouit quand je pense aux multiples heures de bonheur que cela me réserve. Je vais vous faire un petit topo, parce que pour les fans du genre, Robin Hobb est connue, mais sinon cela risque de ne pas vous dire grand chose.

En résumé, Robin Hobb c’est au moins une trentaine de romans (dont une partie sous son autre nom, Megan Lindholm). Quasi tous dans le genre fantasy, quelques-uns plutôt tournés vers la science-fiction. Des fans dans le monde entier. En France, une adaptation de deux de ses plus gros succès en bande dessinée (L’assassin royal et Les aventuriers de la mer). Une comparaison souvent faite dans les médias avec LE grand de ce genre en ce moment (grâce à la série tirée de ses romans, A Games of Thrones), George R.R. Martin.

Le plus grand succès de Robin Hobb, et celui qui l’a propulsée, est L’assassin royal. 6 tomes en anglais, séparés en 13 à l’origine en français (même si aujourd’hui il existe des intégrales). Cycle écrit en deux temps, 10 années séparent la parution du 6ème tome de celle du 7ème tome. Et pour cause, l’auteure pensait en avoir fini avec son héros. Mais un petit coup de vague à l’âme l’a prise et elle a donc poursuivi ses aventures (qui se déroulent 15 ans plus tard dans le cycle).

Placé sur les étalages des romans de fantasy adulte, ce cycle a fait un essai dans les rayons jeunesse il y a quelques années. Echec je suppose, puisqu’il en a disparu un moment, mais désormais on le voit revenir.

Je suis d’ailleurs là pour vous convaincre, que ce cycle peut être lu par des jeunes. Certes, à ne pas mettre entre toutes les mains, il faut être bon lecteur pour se lire 13 tomes. Mais c’est tout à fait possible et même délectable. Je l’ai moi-même commencé à 13 ans et suis de suite tombée accro. La première partie du cycle était sortie, j’ai donc pu la lire d’un bloc. Et c’est avec autant de plaisir que je l’ai relue 10 ans plus tard, avant la sortie de la deuxième partie, pour me remémorer les aventures de Fitz. Et c’est TOUJOURS avec joie que je viens de les re-relire, en prévision de la sortie dans quelques mois, d’une autre suite ! Et oui, même si ce cycle devait encore une fois prendre fin, l’auteure a décidé de remettre le couvert et de continuer un bout de chemin avec son héros ; pour la plus grande joie de ses fans évidemment.

Lire plus

Jargon littéraire n°1 : Fantastique vs Fantasy

Parce que le jargon littéraire est parfois compliqué et que l’on se demande souvent pourquoi il y a tant de mots de vocabulaire différents pour définir des objets si proches, un petit récap’ s’impose pour se mettre les idées au clair et que vous compreniez parfois mieux nos articles.

 

Différence entre le fantastique et la fantasy :

 

Le merveilleux :

Le merveilleux est à la base de notre littérature fantastique et de fantasy actuelle, c’est pourquoi nous commençons par sa définition.

Une histoire merveilleuse se caractérise par son appartenance au surnaturel et à la magie. Le merveilleux existe depuis la nuit des temps à travers les premiers récits religieux par exemple (ou la mythologie). L’intervention d’un dieu ou d’un démon était de l’ordre du merveilleux et était acceptée par la société comme allant de soi.

Sa forme littéraire principale est le conte de fée qui suit cette croyance en quelque chose de surnaturel : le monde magique, peuplé d’êtres féeriques, est considéré comme un monde « normal » ou rien n’étonne le lecteur. Le surnaturel est ici accepté d’emblée.

Exemples :

  • Les contes de fées (Perrault, Grimm, Andersen…)
  • Les fables (Esope, Phèdre, Jean de la Fontaine..)
  • Les mythes
  • Les épopées (L’Iliade, L’Odyssée, épopée arthurienne…)

 

Le fantastique :

Le fantastique suit la veine du merveilleux. On y retrouve des créatures féeriques et des événements et éléments magiques. Mais cet aspect surnaturel n’est pas considéré comme normal et fait intrusion dans le cadre réaliste de l’histoire. Les personnages de l’histoire peuvent même rejeter ce surnaturel et celui-ci provoque une incompréhension et une angoisse (en tout cas dans un premier temps) chez le héros.

Le surnaturel n’est donc pas accepté d’emblée et peut n’être qu’une petite partie du récit. On peut le retrouver dans un livre policier ou romantique par exemple.

Exemples :

  • Dracula de Bram Stocker
  • Twilight de Stephenie Meyer
  • Frankenstein de Mary Shelley
  • L’étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde de Robert Louis Stevenson

 

La fantasy :

Dans la fantasy (ou fantasie, mais surtout pas fantaisie), le surnaturel est accepté par les personnages et le lecteur, et régit le monde imaginaire. Mais il n’est pas forcément là d’emblée, comme dans le merveilleux, et peut surgir dans un monde normal, sans forcément susciter d’angoisse. On a régulièrement affaire à deux mondes qui cohabitent, un réel, un surnaturel.

Exemples :

  • Harry Potter de J.K. Rowling
  • La Quête d’Ewilan de Pierre Bottero
  • Le seigneur des anneaux de Tolkien
  • Eragon de Christopher Paolini

 

Ces essais de définitions sont donnés à titre personnel. Les avis divergent entre les spécialistes, les amoureux et les amateurs. Chacun de ces genres peut également être encore divisé en sous-genres, mais ce n’est pas notre propos ici.

Un peu de culture ne fait pas de mal mes loulous !