Quatre filles et un jean, réalisé par Ken Kwapis, novembre 2005

4 filles et un jean-affiche film

Ouhla, ça fait bien plus d’un an maintenant que nous n’avons pas sorti d’article sur une adaptation ! Mais que nous sommes vilaines ! Bon, par contre, en attendant que je sois allée voir Le BGG au cinéma, on va partir sur un film plus ancien, d’il y a dix ans en réalité.

J’ai sorti un article la semaine dernière sur Quatre filles et un jean d’Ann Brashares (par ici la visite), que j’avais adoré pendant mon adolescence. Malgré mon amour pour ce livre, je n’ai pourtant jamais vu le film quand il est sorti. Il n’est jamais trop tard pour se rattraper donc je l’ai enfin regardé !

J’aurais dû m’abstenir… D’ailleurs, je vais vite me débarrasser de mon ressenti, comme ça après je peux oublier cette mauvaise expérience…

N.B. : je pars du principe que ceux qui liront cet article auront lu le livre, donc je spoile pas mal.

4 filles et un jean-actrices 2

Je suis assez pointilleuse sur les adaptations, ça s’est déjà ressenti dans mes articles précédents. Je laisse peu de place à l’invention de la part du réalisateur et aux libertés qu’il peut prendre. En fait, je ne suis pas contre des changements, à condition qu’ils soient justifiés et que l’atmosphère du livre se retrouve dans le film. Il faut que le spectateur prenne plaisir à regarder le film, autant qu’il a eu de plaisir à lire le livre. Il faut qu’il se dise « oh cool, c’est comme ça que j’imaginais ça ! ». Bon, on est d’accord, tout le monde ne peut pas imaginer tel perso ou tel évènement de la même façon. Mais il y a un socle, une base à respecter. Ce qui me hérisse le poil au plus au point c’est quand on modifie le caractère d’un personnage, ou une action dans le film, mais sans aucune raison. S’il faut raccourcir un événement ou le modifier légèrement pour qu’il tienne dans le 1h30-2h standard, c’est normal. Mais quand ça n’a pas de raison d’être et que le livre aurait pu être mieux respecté sans souci, je suis indignée. Mais qu’est-ce qui se passe dans la tête des réalisateurs pour qu’ils se disent « tiens, on va changer ça, on s’en fout des lecteurs » ? Parce que c’est forcément ce qu’ils se disent quand on voit les catastrophes auxquelles on assiste parfois…

Bref, pour être plus précise, je vais y aller fille par fille pour une fois. Pas la peine de faire un pour et contre, je n’ai trouvé que des contres…

Lire plus