Skip to main content

Hawkeye

Hello les cocos !

Ça y est, l’attente est finie. Il n’aura fallu que 364 petits jours pour qu’on puisse découvrir la suite du combat titanesque de nos super-héros favoris contre Thanos. Et oui, Avengers Endgame sort aujourd’hui dans toutes les salles de ciné françaises. J’ai tenu bon, en évitant comme la peste tous ces extraits, ces articles de presse et autres spoilers de tout type. Ce fut chaud patate (surtout ces dernières semaines), mais je suis sortie vainqueure de ce combat ! 

Il faut dire que j’avais envie de bien déguster le film quand il sortirait, de pouvoir m’émerveiller sans me dire « ah oui, ça je l’ai vu dans la bande annonce ». C’est comme cela qu’on savoure nos films tant attendus avec Loulou. Et là, faut dire aussi que nous sommes toutes les deux de grandes fans des Super-héros. Si vous nous suivez depuis le début, vous le saviez déjà puisqu’on vous avait fait découvrir notre passion à travers un gros dossier, sorti en 2015, à l’occasion de la sortie de Avengers Age of Ultron. 2015, oui, ça ne nous rajeunit pas je sais.  

Cette année, on a quand même vu moins grand pour fêter le retour des Super-héros sur grand écran. Point de dossier, mais plutôt une présentation d’un comics à la fois drôle et aventureux, avec en star, l’un des Super-héros les moins côtés de ces dernières années, j’ai nommé : Hawkeye. 

Hawkeye, de Matt Fraction et David Aja

En savoir plus

Zombillénium, tome 4, La fille de l’air

Zombillénium, La Fille de l’air, d’Arthur de Pins (éditions Dupuis)

Hello les cocos ! 

Après plusieurs semaines à vous faire découvrir des coups de cœur, il est temps pour moi de vous parler de déception. Car c’est aussi ça la vie de lecteur, un jeu de roulette russe où il n’y a finalement pas toujours de coup de cœur à la clé.
Pourtant, c’était si bien parti. Je vous avais déjà parlé de cette extraordinaire saga, née de l’imaginaire d’Arthur de Pins, un sacré artiste, il y a déjà cinq ans (à relire par ici). Loulou et moi avions dévoré les trois premiers tomes avec un appétit féroce – j’en avais même fait un dossier pour la fac, c’est pour dire. Mais voilà, après une longue attente de cinq ans également, dû au développement du film éponyme, le quatrième tome de la saga s’avère être une déception à nos yeux.

En savoir plus

Au bonheur des lapins

Au bonheur des lapins de Marie Mimier (texte) et Béatrice Rodriguez (illustrations), paru chez Albin Michel Jeunesse en 2015

Au bonheur des lapins-Mimier-Rodriguez-couv 1

L’album que je vous présente aujourd’hui fait partie de ma bibliothèque depuis quelques mois, mais je voulais attendre le printemps pour vous le faire découvrir. Je profite du temps maussade qui nous assaille depuis quelques temps, alors que nous sommes pourtant au printemps, pour vous donnez un peu de baume au cœur avec cette histoire vraiment printanière. C’est un ouvrage vraiment drôle, décalé et doux à la fois.

Au bonheur des lapins-Mimier-Rodriguez-couv 2

Sa particularité réside dans le fait qu’il possède deux premières de couverture. Donc pas de quatrième de couverture. Eh oui, car on a droit à deux histoires en une ! Si on tient le livre dans un sens, on a le point de vue d’un lapin sur le récit. Si on le tient dans l’autre sens, on a le point de vue d’un garçon ! Et quelle histoire ! Si on en croit le garçon, un infâme lapin s’est introduit dans son magnifique jardin et a décidé de tout détruire. Il prévoit donc un plan d’attaque, et truffe son jardin de pièges à lapin afin d’éradiquer cette vermine ! Mais le lapin, lui, n’a pas le même point de vue. Il est ravi de toutes les douceurs laissées à son intention dans cet endroit paradisiaque et est heureux de se faire un nouvel ami. Mais comment se finit cette histoire alors ? En une magnifique double page qui peut se lire dans les deux sens et qui clôture aussi bien le point de vue du garçon que celui du lapin.

En savoir plus

Lulu et le Brontosaure

Lulu et le Brontosaure de Judith Viorst (texte) et Lane Smith (illustrations), paru chez Milan en 2012

Lulu et le Brontosaure-Judith Viorst-Lane Smith-Milan-01

Travaillant depuis peu dans des écoles primaire et maternelle, je découvre peu à peu comment la littérature de jeunesse est abordée dans différentes classes. Enfin, j’ai plutôt le plaisir de re-découvrir tout ce système, puisque j’y avais déjà été formée, il y a quelques années (ça ne nous rajeunit pas). Du coup, j’ai décidé de partager ce plaisir avec vous et de consacrer mes trois prochains articles à trois livres que la classe de CM2 dans laquelle je suis, a étudié.

On commence cette sélection avec Lulu et le Brontosaure.

Lulu et le Brontosaure-Judith Viorst-Lane Smith-Milan-02

Lulu est une petite fille très capricieuse, voire même une petite peste. Elle est fille unique et ses parents ont pris l’habitude de tout lui céder et de lui acheter tout ce qu’elle désire. Si elle n’obtient pas ce qu’elle veut, elle se roule par terre et hurle, jusqu’à ce que ses parents capitulent. Pour son anniversaire, elle tente le tout pour le tout et demande un Brontosaure ! Pour une fois, ses parents ne cèdent pas. Déjà un Brontosaure c’est cher, ça prend de la place et puis en fait, ça ne se trouve pas si facilement. Alors, pendant les 13 jours qui précèdent son anniversaire, une bataille s’engage entre Lulu et ses parents. A la veille de la fête, Lulu a bien compris que ses parents continueront à lui tenir tête pour une fois. Qu’à cela ne tienne, elle le veut ce Brontosaure ! Elle prépare sa petite valise et part à la recherche de son cadeau d’anniversaire dans la forêt près de chez elle. Mais elle se rend vite compte que ce n’est pas évident de trouver un dinosaure de nos jours. Lulu rencontre beaucoup de bêtes féroces (qu’elle mate à chaque fois), mais point de Brontosaure. Elle finit par s’endormir au plus profond de la forêt. Et au petit matin, son vœu s’est réalisé ! Lulu a trouvé un Brontosaure ! Mais va-t-il se laisser domestiquer ?

Lulu et le Brontosaure-Judith Viorst-Lane Smith-Milan-05

Ce roman illustré plein d’humour m’a faite craquer !

En savoir plus

Zoé Baby-sitter – Tome 1 : C’est pas moi !

Zoé baby-sitter – Tome 1 : C’est pas moi, de Audrey Alwett (scénario), Benjamin Jurdic (dessin) et Marina Duclos (couleur), paru chez Soleil fin 2015

Zoe baby sitter-Tome 1-Soleil-1ere couv

Aujourd’hui, partage d’une petite découverte au détour de ma médiathèque ! Mes yeux furent attirés par le gros « Zoé » en titre de cette bande dessinée, car c’est le prénom de ma sœur. Bon, c’est un signe, je suis obligée de le prendre. Bon signe, puisque cette BD m’a tout à fait plu !

Zoé baby-sitter est une toute nouvelle série qu’entament les éditions Soleil, avec ce premier tome : C’est pas moi !

Zoe baby sitter-Tome 1-Soleil-int 1

Comme son titre l’indique, on a affaire aux déboires d’une jeune baby-sitter qui tente de se lancer dans cette branche pour gagner un peu d’argent de poche. Zoé pense pouvoir y arriver sans souci puisque du haut de ses treize ans, elle doit régulièrement s’occuper de son petit frère Gaétan. Mais même quand il s’agit de sa famille la jeune fille a du mal. Heureusement qu’elle est souvent sauvée par son papa au dernier moment et que sa meilleure amie Yumeko met la main à la pâte de temps en temps également (même si cette dernière déteste les enfants et que cela donne donc des situations assez rocambolesques).

En savoir plus

Zoo

IMG_2522_newZoo (ou plutôt ooZ) de Dedieu et compagnie, paru chez Gallimard (Hors-série Giboulées) en 2009

 

Découverte d’une petite pépite dans ma médiathèque ! Zoo est un album paru il y a déjà quelques années et pourtant il est très novateur. Au fil des pages, mettez-vous à la place des animaux d’un Zoo, derrière les barreaux, et observez les visiteurs !

Cet album est simple, absolument exquis, sans texte et pourtant il raconte de nombreuses histoires que les enfants se feront un plaisir de décortiquer.

Dès la couverture, on est plongé dans l’ambiance. On aperçoit une girafe de dos, avec le titre du livre à l’envers. Même le nom de l’auteur est dans l’autre sens. Dommage que la mention de l’éditeur n’ait pas suivi. Mais bon, c’est compréhensible pour des raisons de visibilité. On est donc tout de suite attiré par ce livre : on se demande pourquoi c’est écrit ainsi.

En savoir plus

André Bouchard

Le premier livre que j’ai découvert d’André Bouchard est Le roi qui valait 4 euros 50. Cela fait quelques années déjà, mais je me souviens que rien que le titre et la couverture m’avaient fait craquer. Je ne trouvais pas le style des illustrations particulièrement attrayant, mais sur la première de couverture on voit un moustachu en costume avec une couronne, entouré de pigeons pas très ragoûtants. Et en quatrième, le même homme à l’air impérial et suffisant, sur un cheval de manège comme s’il partait à la bataille. Un petit coup de foudre pour ces scènes débiles et prometteuses. À ce moment-là, je ne me suis pas plus intéressée que ça à cet auteur-illustrateur. Puis, il y a quelques semaines, au détour d’un des bacs de ma médiathèque, quelques albums d’André Bouchard dépassaient et je me les suis accaparés. Les titres loufoques, que j’avais déjà aperçu en librairie, m’ont fait sourire et je me suis décidée à en savoir un peu plus sur ce monsieur. Depuis, je les ai presque tous achetés !

Il a de nombreux albums à son actif, la plupart du temps écrit et illustré par lui-même, mais parfois en collaboration avec d’autres écrivains. Et voici un petit aperçu, pour vous faire une idée plus précise du personnage (ils sont classés par date de parution, ce qui permet également de voir une évolution à travers son style d’illustrations)

 

Un beau matin le coq aboya, édité chez Circonflexe en 2002

Le coq aboya - 1Le coq aboya - 2Le coq aboya - 3 Le coq aboya - 4

Une nuit, à la ferme, une tempête se déchaîne. Le lendemain matin, quand tout est fini, le petit garçon de la ferme descend prendre son petit-déjeuner. Mais la tempête a fait des dégâts… et pas seulement matériel… Tous les animaux ont été mélangés ! Le coq a la tête du chien, le mouton la tête du coq, la pintade la queue de la vache et ainsi de suite. Miséricorde, les parents du petit garçon aussi se sont mélangés ! La maman a une moustache et le papa des nénés ! Comment faire pour que tout redevienne normal ?

Un album complètement loufoque, qui signe les débuts prometteurs et totalement rocambolesques des différentes œuvres d’André Bouchard. Personnellement, je n’apprécie pas plus que cela le trait de crayon très brouillon, mais en même temps, dans ce cas-ci, cela correspond très bien à l’histoire et au fait que tout soit mélangé. L’histoire est idiote (dans le sens positif), les dessins aussi, le tout pour un moment de lecture plein d’imagination.

En savoir plus

Ernest et Rebecca

Ernest et Rebecca, de Guillaume Bianco et Antonello Dalena, éditions Le Lombard.

91D6iB6JebL

Les températures commençant à chuter, je ne saurais que trop vous conseiller de vous couvrir. Il ne s’agirait pas d’attraper un vilain virus qui vous cloue au lit devant la 1155ème rediffusion de « La Petite maison dans la prairie » (spoiler : ça se finit toujours pareil).
On me souffle néanmoins à l’oreille que tous les virus ne sont pas vilains et qu’il existe de bons virus qui aident le corps à se défendre. Demandez donc à Rebecca, elle se fera une joie de vous expliquer tout ça. Comment une petite fille de 6 ans (et demi !) peut en savoir tant sur le sujet ? Parce que son meilleur ami est un virus pardi !

Rebecca et Ernest

             Rebecca et Ernest : la puce et le microbe.

En savoir plus

Pico Bogue et Ana Ana

Pico Bogue et Ana Ana, de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessins), chez Dargaud

Ana Ana et Pico Bogue sont deux personnages de bande dessinée, Pico Bogue étant le grand frère, Ana Ana la petite sœur.

IMG_0489 IMG_0488 IMG_0487

J’ai d’abord fait la connaissance d’Ana Ana, petite fille maligne, drôle, qui joue constamment avec ses peluches jusqu’à imaginer de vraies petites aventures. Ce sont des histoires courtes pour les jeunes lecteurs. Un format d’ailleurs adapté à ce lectorat autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Le livre est petit, en longueur, et le format bande dessinée de l’intérieur n’est pas lourd et permet même de se familiariser avec ce genre tout doucement. On a maximum quatre cases par page, mais parfois c’est même une seule case en pleine page.

En savoir plus