Skip to main content

Les Carnets de Cerise – Tome 5 : Des premières neiges aux perséides

Les carnets de Cerise – Tome 5 : Des premières neiges aux perséides, de Joris Chamblain (scénariste) et Aurélie Neyret (illustratrice), paru dans la collection Métamorphose des éditions Soleil, en novembre 2017

Ça y est, il est là ! Il est là !! IL EST LA !!! Le précieux, le merveilleux, le splendide, le tant attendu, dernier tome des Carnets de Cerise ! Et ce n’est pas parce que c’est le dernier que l’on va être triste ! Car toutes les bonnes choses ont une fin et qu’il vaut mieux s’arrêter quand le succès est à son comble, que l’histoire tient encore superbement debout, plutôt que de vouloir faire durer le plaisir, mais que la qualité ne soit plus au rendez-vous. De plus, Joris Chamblain a laissé entendre que c’était le dernier tome DU PREMIER CYCLE. Ce qui voudrait dire que notre petite Cerise pourrait revenir un de ces jours dans un second cycle. Ce qui nous met encore plus en émoi !

Pour partir du bon pied et comprendre pourquoi nous sommes si excitées de vous présenter ce fameux tome 5, rendez-vous ici et ici. Petits résumés et grosses doses d’amour vous attendent pour un récap des quatre tomes précédants des Carnets de Cerise.

Le tome 5 des aventures de notre intrépide aventurière écrivaine commence là où le tome 4 s’est arrêté (ce qui est une première, quelques mois séparant habituellement les autres tomes de Cerise). Repartons donc de la dernière page du tome 4 (on estime que vous l’avez lu, alors gare aux spoils) :

  • Maman de Cerise : Nous traversons un moment difficile et tu as toujours eu plus de facilités à l’écrit qu’à l’oral pour exprimer ce que tu ressens. Donc tout ce que tu as à dire, tu vas me l’écrire. Et moi, je tâcherai d’y répondre du mieux que je pourrai. D’accord ?
  • Cerise : Comme… une correspondance ?
  • Maman de Cerise : Exactement. Sauf que nous serons côté à côté.
  • Cerise : Merci maman.
  • Maman de Cerise : Ma chérie… Tu sais par quoi tu aimerais commencer ?
  • Cerise : Je crois que oui. J’ai envie qu’on parle de papa.

Lire plus

Georges

Georges, drôle de magazine pour les 7-12 ans

Ça y est, je suis revenue d’Irlande, toute reposée, toute fraîche, prête à vous faire partager plein de nouvelles découvertes littéraires ! A défaut de vous ramener des bouquins irlandais, je vous présente tout de même un petit bijou pour l’été qui va vous dépayser.

Je suis d’ailleurs toute excitée de vous présenter ma trouvaille aujourd’hui parce que je suis littéralement tombée sous le charme ! Malgré sa classification dans notre section documentaire, ça n’en est pas un à part entière, puisque c’est un magazine. Faute de ne pas encore avoir de section Magazine, et parce qu’après tout, Georges se rapproche pas mal du concept de documentaire ludique, je l’y place pour le moment.

Au cas où vous n’auriez pas compris, Georges est donc le nom du magazine que je vous présente. Je possède le numéro d’avril, je suis donc un peu en retard, mais des obligations de publication d’articles pour cause d’engagement auprès de partenaires, de parution très récente de roman ou encore pour cause de vacances, m’ont obligée à reculer ma présentation de ce magazine. Depuis, le numéro de juin est sorti et celui d’août ne devrait pas tarder (oui oui c’est un bimestriel). Mais celui d’avril est tout à fait exquis et apte à vous donner envie d’en avoir un entre vos mains, je vais donc m’en donner à cœur joie avec celui-ci.

D’abord, un petit topo sur la maison d’édition. Leur présentation sur le site est très bien faite (c’est qu’ils connaissent leur métier ces gens-là dites donc) je vous la restitue donc telle quelle :

Maison Georges est une maison d’édition indépendante animée par une passion pour l’illustration contemporaine et le graphisme ainsi que par l’envie d’innover et d’offrir aux enfants des créations réjouissantes et singulières qui nourrissent leur curiosité naturelle.

Au cœur de notre aventure, il y a aussi le désir de transmettre le goût des livres et des magazines, de faire découvrir des univers illustratifs et graphiques élégants, sensibles et intemporels. Des univers qui réunissent enfants et adultes et les invitent à partager et à aimer les mêmes livres.

Georges est un magazine pour enfants original et sans publicité.

Notre ambition ? Offrir aux 7 à 12 ans un rendez-vous innovant, exigeant et créatif. Chaque numéro propose, autour d’un nouveau thème, 60 pages d’histoires, de jeux et d’ateliers pour apprendre en s’amusant.

100% illustré, Georges met à l’honneur le travail d’illustrateurs talentueux et valorise des textes et des images libérés des formatages et des stéréotypes. Georges s’adresse aux enfants sans mièvrerie en cultivant l’humour, le décalage et la liberté de ton.

Lire plus

Imagine

Imagine de Aaron Becker, paru chez Gautier Languereau en 2014

Imagine-Aaron Becker-couv

Mini focus par Loulou sur un album que Coco vous présentait dans la sélection de Noël 2015 pour les 16-20 ans !

Comme son titre l’indique si bien, cet album nous donne rendez-vous avec notre imagination. Un album à la base pour les enfants, que Coco a tout à fait eu raison de placer pour les grands ados, car il leur correspond également.

Imagine-Aaron Becker-int 1

Un album sans parole qui retrace l’évasion imaginative d’une petite fille. Cette dernière s’ennuie, dans son monde si terne, au milieu de son quotidien si classique. Elle trépigne dans sa chambre, jusqu’à ce qu’elle y déniche un crayon rouge, seule touche de gaieté dans cette pièce. Elle décide alors de tracer sur son mur, une porte, avec ce crayon. Ce dernier s’avère magique, puisque la porte s’ouvre sur une magnifique forêt. La jeune fille s’y aventure et va vivre, à partir de là, un périple fantastique. Elle découvrira de nouveaux paysages, qu’elle traversera sur l’eau ou dans les airs, grâce à ses dessins qui prennent vie. Elle rencontrera un oiseau, emprisonné, qu’elle libérera par la force de son imagination, ainsi que de son coup de crayon. A deux, ils s’enfuiront, pour revenir dans le monde de la petite fille. Où elle fera la rencontre d’un petit garçon, muni lui aussi d’un crayon magique… Grâce à leurs deux imaginations fertiles couplées, les enfants vont enfin pouvoir mettre un peu de couleur dans leur monde si terne.

Imagine-Aaron Becker-int 2

Lire plus

Louna et la chambre bleue

Louna et la chambre bleue de Magdalena Guirao Jullien (texte) et Christine Davenier (illustrations), chez Kaléidoscope, 2014

Louna et la chambre bleue-Davenier-Guirao Jullien-Kaléidoscope-couv

L’album que je vous présente aujourd’hui est un petit coup de cœur. Il vient de la médiathèque et quand je suis tombée dessus, quelque chose m’a tout de suite troublée. Le trait de crayon de l’illustratrice retenait mon attention et je ne pouvais m’empêcher de penser que je l’avais déjà vu quelque part. Je l’emprunte et tout le long du trajet de retour, ce questionnement me travaille. Je suis sûre d’avoir déjà eu entre les mains un livre illustré par elle et que j’ai aimé… Mais alors pourquoi je ne m’en souviens pas !

Questionnement vite résolu quand je me retrouve devant ma bibliothèque : elle est l’illustratrice d’un album que j’ai commenté il y a quelques mois (suivez le guide), car j’étais au début tombé sous le charme du texte : Grand Roi, Grande Reine et Petit Prince, par Emilie Soleil. Et effectivement on reconnaît bien son trait de crayon.

Je le lis donc très rapidement, avec un regard avide sur les illustrations.

Louna et la chambre bleue-Davenier-Guirao Jullien-Kaléidoscope-int 3

Louna est une petite fille très calme. Trop calme pour certains, notamment ses professeurs et ses parents qui se demandent si elle n’a pas un problème. Ce qu’ils ignorent c’est que Louna est calme parce que c’est une rêveuse. Elle déborde d’imagination. Une imagination qui n’a besoin que de sa pensée pour éclore. D’ailleurs, les moments préférés de Louna c’est quand elle rend visite à sa grand-mère. Elle la comprend et ne la tourmente pas sur le fait qu’elle soit trop calme. Si Louna aime aller chez sa grand-mère c’est pour la chambre bleue. Une chambre entièrement tapissée de toile de Jouy, avec de fabuleux dessins, qui n’appellent qu’à la contemplation et au laisser-aller de l’imagination. Un petit paradis pour Louna.

Lire plus

La marmite à histoires

Marmite-à-histoires-Flammarion-couvLa marmite à histoires : contes chamboulés, écrit par Gwendoline Raisson et illustré par Amélie Dufour, Didier Balicevic et Gwen Keraval, paru chez Flammarion en 2009

 

C’est l’histoire d’une princesse, qui vit recluse dans un château, et qui doit embrasser un prince pour en sortir et ne plus subir le joug de sa belle-mère et de ses affreuses belles-sœurs. Pour se faire elle demande l’aide d’un poisson rouge, d’un ogre et de sept nains…

Bon, j’arrête là mes bêtises, vous allez finir par croire que c’est vrai. Quoi que, avec La marmite à histoires, on n’est pas loin du compte/conte. Cet album, un peu tordu il faut bien le dire, regorge d’histoires loufoques, inspirées de nos contes classiques, mais revisitées dans tous les sens. L’auteure les a elle-même retravaillés ou inventés, mais surtout, on offre ici la possibilité au lecteur de faire prendre le tournant qu’il veut à l’intrigue.

On découvre au fil des pages quatorze débuts d’histoires dont le lecteur pourra changer le milieu, la fin ou un infime détail, pour chambouler tous les rebondissements. Pour se faire, il y a des tirettes à actionner, des roues à faire tourner, des volets à soulever, des choix à faire.

Pour chacune des histoires, différentes techniques ont été élaborées pour en modifier le contenu. Voici un exemple de chaque :

 

Les histoires à rallonge :

On lit tout d’abord une petite histoire classique. Puis, un volet est à déplier vers le bas pour découvrir une autre fin qui est attribuée à l’histoire. Fin bien différente de la première ! Dans ces histoires, les illustrations changent également (grâce à l’ouverture du volet) et font comprendre que l’issue ne sera pas la même.

Le petit poisson rouge...

Le petit poisson rouge…

... devient le gros poisson rouge !

… devient le gros poisson rouge !

Lire plus

La grande histoire d’un petit trait

petit traitLa grande histoire d’un petit trait de Serge Bloch, paru en 2014 aux éditions Sarbacane

 

Un petit garçon ramasse dans la rue un bout de fil rouge, un petit trait de rien du tout. Rentré chez lui, il le range précieusement. Il y pense de temps en temps à son petit trait, mais sans vraiment jouer avec. Puis, un jour, le petit garçon le pose sur une page de son cahier. C’est alors que le petit trait rouge se met à bouger. Il se tortille et s’entortille pour dessiner sur les pages blanches différentes formes basiques : rond, escargot… Puis le petit trait prend de l’assurance et s’amuse avec le petit garçon. Le second apprend au premier à former des figures de plus en plus complexes. Ainsi le petit garçon peut jouer avec son petit trait. Il devient chapeau, pigeon, voiture… Le petit garçon grandit, le trait aussi et ils sont toujours ensemble. Le trait a pris plus de place dans la vie du nouveau jeune homme. Il est là en permanence, donne de nouvelles idées à son compagnon humain. Il est là dans les bons comme dans les mauvais moments. Il prend parfois beaucoup de place, mais est toujours utile. Puis, le jeune homme devient un homme, il construit une famille, devient plus âgé, devient grand-père… Il décide alors de se séparer d’un tout petit bout de son trait pour qu’un autre puisse en profiter. Il coupe un morceau et le laisse dans la rue, pour qu’un enfant le trouve et vive les mêmes aventures et instants que lui avec ce fabuleux petit trait.

Lire plus

Pico Bogue et Ana Ana

Pico Bogue et Ana Ana, de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessins), chez Dargaud

Ana Ana et Pico Bogue sont deux personnages de bande dessinée, Pico Bogue étant le grand frère, Ana Ana la petite sœur.

IMG_0489 IMG_0488 IMG_0487

J’ai d’abord fait la connaissance d’Ana Ana, petite fille maligne, drôle, qui joue constamment avec ses peluches jusqu’à imaginer de vraies petites aventures. Ce sont des histoires courtes pour les jeunes lecteurs. Un format d’ailleurs adapté à ce lectorat autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Le livre est petit, en longueur, et le format bande dessinée de l’intérieur n’est pas lourd et permet même de se familiariser avec ce genre tout doucement. On a maximum quatre cases par page, mais parfois c’est même une seule case en pleine page.

Lire plus

L’univers de Suzy Lee

IMG_0151

En ce moment, je tombe sur beaucoup d’albums sans texte qui me font chavirer. Après celui de David Wiesner (Le monde englouti) – à zieuter par ici – et après la collection Histoires sans paroles – à consulter par là –, je vous présente un petit coup de coeur pour les albums sans texte de Suzy Lee. En réalité, elle ne fait pas que des albums sans texte et je vais d’ailleurs vous en montrer deux qui ont du texte. Mais c’est par le biais de ses albums sans texte que j’ai fait la connaissance de cette artiste, c’est donc par là que je vais commencer pour vous la présenter.

Lire plus

Attention ! Fais marcher ton imagination. Mais ne souhaite pas n’importe quoi !

IMG_0475Attention ! Fais marcher ton imagination. Mais ne souhaite pas n’importe quoi !, de Nicola O’Byrne, paru chez Flammarion (Père Castor) en février 2015

Aujourd’hui, un article court pour une jolie ode à l’imagination qu’il faut libérer en chacun de nous !

Un jour, Lapin s’ennuyait très fort. Alors qu’il se demandait quoi faire, Loup apparaît et lui propose d’inventer une histoire pour parer à l’ennui. Lapin trouve la proposition de Loup étrange, mais accepte. Les deux compères se lancent alors dans l’aventure de l’imagination et posent les bases de leur histoire. Ils réfléchissent aux décors, aux personnages, aux costumes, à la trame de l’histoire… Mais à ce moment, cela dérape un peu. Lapin avait bien senti que Loup était un peu roublard et en effet, celui-ci se met à poursuivre Lapin dans le but de le manger. Mais Lapin est plus futé. Il décide de jouer avec son imagination et souhaite que Loup soit expédié sur la Lune via une fusée. Puisque l’imagination est reine dans ce livre, le souhait de Lapin se réalise et Pfft ! le loup s’en va vers d’autres cieux !

C’est un album bien sympathique que j’ai découvert ici. Les dessins sont simples, avec très peu de décors en arrière-plan, on va à l’essentiel. Mais le texte est drôle et parfois poétique. C’est une vraie ode à l’imagination que l’on retrouve ici. Imagination qu’il ne faut pas brider et laisser s’envoler pour s’épanouir pleinement.

IMG_0476

Vers la fin du livre, une double page se déplie en hauteur, avec le loup qui décolle vers la lune, pour évoquer l’imagination puissante du lapin, qui dépasse celle du loup.

A découvrir et partager sans attendre !

Du même illustrateur et dans un genre tout aussi loufoque : Attention ! Ouvrir doucement, ce livre a des dents !

Bonne libération de l’imagination les loulous !

Le trou

Le trou de Oyvind Torseter, publié aux éditions La Joie de Lire en 2012

IMG_0181

C’est l’histoire d’un p’tit bonhomme (visiblement un animal, mais non-identifé…) qui emménage dans un nouvel appartement. Il commence à défaire ses cartons tranquillement, mais ne remarque pas qu’un de ses murs est affublé d’un trou. Quand il s’en aperçoit enfin, il fait le tour du mur pour mieux l’observer. Mais le trou a disparu !! Quand il revient dans sa cuisine, le trou est tombé à terre et fait trébucher le p’tit bonhomme. Décontenancé, il appelle on ne sait quel organisme pour demander à ce que cette anomalie soit analysée. Mais personne ne peut se déplacer, il faut qu’il amène lui-même son trou au laboratoire. Avez-vous déjà essayé d’attraper un trou pour le mettre dans un carton ? Essayez donc, vous m’en direz des nouvelles. Notre petit bonhomme y arrive lui. Il emmène donc sa bizarrerie au laboratoire. Et je ne vous dis pas ce qui se passe ensuite !

Lire plus