Skip to main content

En retard, en retard, j’ai rendez-vous quelque part. Je n’ai pas le temps de dire au revoir, je suis en retard, en retard !

Pour les fans de Disney et les fans d’Alice au pays des merveilles, vous aurez reconnu dans le titre la fameuse phrase du lapin blanc. Juste un petit clin d’œil, pour aborder notre sujet du jour : voici un opus sur les lapins dans les albums jeunesse ! Tout doux, fripons, mignons, gambadant dans les champs ou prêts de finir à la casserole, tout le monde aime les lapins. Alors voici une sélection de lapins littéraires plus ou moins connus, pour ravir les amoureux des Léporidés (lapins + lièvres, vous vous coucherez moins bêtes ce soir…).

 

Le grand livre de Beatrix PotterPierre Lapin de Beatrix Potter, publié en 1902

 

Pierre Lapin est un bien intrépide petit lapereau. Sa maman n’a de cesse de le mettre en garde pour qu’il ne sorte pas du périmètre réglementaire. Mais Pierre n‘en fait qu’à sa tête. Les carottes du jardin d’à côté ont l’air bien trop appétissantes pour qu’il ne se laisse pas tenter… Pierre franchit la barrière croque dans une carotte. Hum, que c’est bon ! Mais le propriétaire du jardin, un humain, ne l’entend pas de cette oreille ! S’ensuit alors une chasse au lapin mémorable où Pierre Lapin en perd son beau gilet !

On ne pouvait pas ne pas commencer par le premier lapin anthropomorphisé le plus célèbre de la littérature de jeunesse ! Beatrix Potter a créé un grand nombre d’histoires avec de petits animaux dans leur quotidien humanisé, dont plusieurs avec des lapins. Pierre Lapin est le premier d’une longue lignée. En plus d’un texte simple, court et rythmé, les illustrations sont magnifiques. Pierre Lapin et les autres récits de Beatrix Potter ont un goût d’antan, mais sont toujours d’actualité.

Les histoires de Miss Potter existent en version séparée, mais la couverture que je vous présente est celle du Grand Livre de Beatrix Potter (paru chez Gallimard jeunesse en 2007), rassemblant l’intégrale des 23 contes classiques et 4 histoires inédites, pour le plus grand plaisir des collectionneurs !

 

Je veux des pâtes-Stephanie BlakeJe veux des pâtes ! de Stephanie Blake, paru en 2008 à L’Ecole des loisirs

 

Simon est un petit lapin un peu capricieux. Dans cet opus, il ne veut manger que des pâtes. Son papa et sa maman ont beau lui proposer plein d’autres bons repas, Simon refuse tout et crie partout qu’il ne veut que des pâtes. Jusqu’au soir où, réfugié dans sa chambre, il entend son papa dire à sa maman que son gâteau au chocolat est vraiment très bon. Simon a un petit peu envie d’y goûter lui aussi… Mais pour y avoir accès, il y a l’étape de la soupe avant tout.

En savoir plus

Emilie Soleil, douceur et luminosité

Pour passer une bonne journée, je vous présente mon petit coup de cœur pour deux albums très poétiques, écrits par Emilie Soleil.

Petit Prince

Grand Roi, Grande Reine et Petit Prince, illustré par Christine Davenier, 2012, chez Casterman

Petit Prince vient de naître. Ses parents, Grand Roi et Grande Reine, sont les plus heureux du monde. Pour honorer la venue de Petit Prince, ils décident de faire venir du monde entier des plantes plus extraordinaires les unes que les autres, des oiseaux splendides et de construire de somptueuses fontaines, pour élaborer un magnifique jardin. Les plantes grandiront en même temps que Petit Prince et feront son bonheur, pensent-ils. Quand vient le jour de montrer son cadeau à Petit Prince, ses parents sont tout excités. Mais quand ils poussent le portail du jardin, toutes les plantes sont fanées, les oiseaux malheureux et des fontaines ne coule aucune eau ! En faisant le tour du jardin et en écoutant les plaintes des végétaux et sculptures, les souverains comprennent qu’un espace vert n’est pas fait pour être enfermé derrière des grilles et n’accueillir qu’un petit bambin. C’est décidé, le jardin de Petit Prince deviendra le « jardin de tous ». En plus de s’épanouir dans la nature, Petit Prince s’y fera des amis.

Ce texte très poétique est une magnifique ode à la nature. Un texte doux et des paroles justes pour un monde idyllique. Les illustrations sont splendides. Les couleurs pâles correspondent tout à fait à l’univers de cette histoire et renforcent sa poésie. Le trait de crayon, parfois brouillon, mais toujours fin, enchante chaque page. Texte et dessins forment une harmonie parfaite.

A lire sans modération, presque comme une chanson.

En savoir plus