Voici la suite de mes aventures au pays des box littéraires !

M’étant inscrite à deux box en même temps pour marquer le coup du début de mes expériences, j’ai donc reçu la seconde box très rapidement après la première. Par la suite mes articles seront plus espacés (je ne pense pas tester de nouvelle box avant 2017), mais un petit grain de folie au départ ne fait pas de mal. J’ai choisi de tester en second : Livre-moi(s), que j’ai reçu le 07 octobre.

Malheureusement, quelques jours avant je venais d’apprendre que ce concept allait cesser. Les libraires gérants ce projet n’arrivant pas à en vivre depuis deux ans que cela est mis en place, ils ont décidé d’arrêter les frais. J’ai tout de même tenu à écrire mon article, pour montrer ce qu’était ce concept et comment était leur dernier envoi de box. Mais c’est aussi pour ça que je me suis permise de publier cet article un mois après la réception ; comme l’entreprise ferme, pas de pub à faire.

Commençons par le commencement.

NB : par simplicité pour l’écriture de l’article, je m’exprime au présent, même si les propos ne sont plus effectifs aujourd’hui.

livre-moi-5

L’inscription

Elle se fait au choix : rapidement ou plus en détail. On doit évidemment renseigner des onglets comme le genre que l’on souhaite lire ou si on est un gros lecteur ou pas. Mais ensuite, pour les plus voraces et ceux dont les doigts les démangent, vous pouvez vous lâcher. Vous pouvez écrire de grands paragraphes sur ce que vous aimez ou non, ce que vous ne voulez surtout pas recevoir comme genre, quel est le dernier livre que vous avez lu et qui vous a plu… Sans condition et sans limite de signes. Autant vous dire que je me suis lâchée. Un peu trop peut-être et j’ai fait peur à la libraire, Aurélie. Quelques jours après ma validation d’inscription, j’ai reçu un mail de cette dernière me disant qu’elle espérait que je ne serai pas déçue, car j’avais l’air axée très jeunesse alors qu’ils ne proposent que de la bit-lit, pour les jeunes. Cette attention m’a beaucoup touchée et montre qu’ils prennent soin de leurs lecteurs. J’ai répondu en disant que je m’étais inscrite en connaissance de cause et que je savais que ce ne serait pas forcément de la pure jeunesse.

Lire plus