Skip to main content

Zombillénium, tome 4, La fille de l’air

Zombillénium, La Fille de l’air, d’Arthur de Pins (éditions Dupuis)

Hello les cocos ! 

Après plusieurs semaines à vous faire découvrir des coups de cœur, il est temps pour moi de vous parler de déception. Car c’est aussi ça la vie de lecteur, un jeu de roulette russe où il n’y a finalement pas toujours de coup de cœur à la clé.
Pourtant, c’était si bien parti. Je vous avais déjà parlé de cette extraordinaire saga, née de l’imaginaire d’Arthur de Pins, un sacré artiste, il y a déjà cinq ans (à relire par ici). Loulou et moi avions dévoré les trois premiers tomes avec un appétit féroce – j’en avais même fait un dossier pour la fac, c’est pour dire. Mais voilà, après une longue attente de cinq ans également, dû au développement du film éponyme, le quatrième tome de la saga s’avère être une déception à nos yeux.

En savoir plus

Zombillénium

tome3 tome2tome 1Zombillénium, d’Arthur de Pins, 3 tomes, 2010 – 2013

Quel est le point commun entre un syndicaliste squelettique, des zombies en grève, une apprentie sorcière, un malheureux humain suicidaire et un patron buveur de sang ? Arthur de Pins, pardi.

Même si vous ne connaissez pas le nom de ce monsieur, vous connaissez forcément un de ses travaux. Si vous feuilletez de temps à autre, disons par exemple chez le coiffeur, des magazines populaires, vous avez pu apercevoir certaines de ses pubs ; si vous avez des enfants, vous retrouverez ses traits de crayons et d’humour dans la série Magic (diffusée sur France 3 et Canal J) ; et si vous n’êtes pas dans les deux précédents cas, ne cherchez plus vous avez déjà feuilleté ses ouvrages sur le sexe dans les rayons BD de la librairie du coin.

magic_01

« It’s a kind of magic », un générique très … « Queen »

 Mais aujourd’hui, je ne vais point vous parler de pub, de télé ou de sexe, non. Moi, je vais vous parler de Zombies (avec le Z majuscule parce que ça fait toujours plus classe). Qu’on se le dise, les zombies ça existe depuis pas mal de temps, ça existait même avant que le nom soit inventé (merci M. Romero qui a popularisé ce terme). Mais depuis peu, on en croise à toutes les sauces, que ce soit Walking dead ou encore World War Z et j’en passe, on en voit partout. Alors parler d’une énième BD de zombies est-ce vraiment intéressant ?

Oui, oui, oui et encore trois fois oui. Car, comme son nom ne l’indique pas, Zombillénium n’est pas qu’une BD de zombies. En tout et pour tout, les zombies doivent tenir la vedette sur deux planches. Mais séchez vos larmes, vous les fanas de morts-vivants, Zombillénium a bien plus à vous offrir.

En savoir plus