Skip to main content

Dix

Dix, de Marine Carteron, paru en mars 2019 aux éditions du Rouergue

Cela faisait un moment que le livre que je vais vous présenter aujourd’hui me faisait de l’œil. Je ne connaissais absolument pas Marine Carteron, qui est pourtant renommée en littérature de jeunesse grâce à Génération K et Les autodafeurs, ce qui m’a donc attiré c’est la couverture et surtout le résumé. A la fin de celui-ci est précisé que le roman est un « clin d’œil sanglant à la reine du roman policier : Agatha Christie ». Une petite recherche internet plus tard, je découvre que c’est carrément une adaptation libre des Dix petits nègres. Ouh, ça me met en joie !!! Ça fait des années que je n’ai pas lu un Agatha Christie, alors que j’en étais fan dans mon adolescence, c’est donc l’occasion de m’y remettre. Ni une ni deux, je décide de relire les Dix petits nègres, avant d’entamer Dix.

J’avais au début un peu peur de lire les deux à la suite, que ce ne soit qu’un copié-collé, que je devine rapidement qui est le tueur dans l’adaptation de Marine Carteron, et de regretter ma lecture. Mais pas du tout ! Cette adaptation libre pour la jeunesse, greffée dans notre monde actuel est superbe ! Pour bien commencer, en voici le résumé :

Ils sont dix. Sept adolescents et trois adultes, sélectionnés pour participer à un escape game littéraire et passer à la télévision en prime time. Direction : un manoir sur une île coupée du reste du monde. Un endroit si isolé que personne ne vous entendra crier, gémir ou appeler à l’aide. Et quand la mort décide de frapper les candidats un par un, une seule question : qui est le coupable ? un seul but : survivre !

En savoir plus

Défi à Sherlock Holmes

Défi à Sherlock Holmes de Béatrice Nicodème paru chez Hachette en 2012


Je n’ai jamais été une grande fan des romans policiers, même si les classiques m’attirent et que je me suis toujours dis que je devrais tout de même m’y mettre, rien que pour la culture. Plus jeune, j’ai principalement lu des Agatha Christie et quelques Arthur Conan Doyle (dont Le chien des Baskerville, qui m’a marquée). Mais je ne suis pas une grande connaisseuse. J’ai pourtant envie de m’y atteler plus sérieusement, mais le nombre impressionnant d’œuvres fait que je ne sais par où commencer. Et si ça me plaît, ma PAL va trop grossir à mon goût, alors je ne m’y risque pas. Pourtant je me suis laissée tenter par un roman policier, reprenant le classique Sherlock Holmes, histoire de changer un peu de style. De plus, ce n’est pas une pure histoire d’Arthur Conan Doyle, mais une reprise du personnage du célèbre détective par une auteure française ! C’est aussi ça qui m’a séduite dans le concept. Le nom de Béatrice Nicodème ne m’était pas non plus inconnu, il titillait mon oreille, sans que je sache pourquoi. Après vérification, j’ai lu plusieurs romans d’elle dans ma jeunesse, comme Y a-t-il un assassin dans l’immeuble ? Je me suis donc lancée dans l’aventure de ce Sherlock Holmes un peu particulier.

Pauline de Chalin, femme de conseiller de l’ambassade française est retrouvée assassinée, étranglée puis égorgée, dans une église, loin de chez elle. Pas de quoi émoustiller le grand détective, qui ne s’intéresse qu’aux affaires les plus étranges. Cependant, quand une lettre lui est directement adressée où un certain Cancrelat se vante d’avoir commis ce crime et défie personnellement Holmes de le trouver avant qu’il ne commette un autre crime, il ne peut évidemment pas reculer. Cette affaire va l’intriguer au plus haut point. Avec son précieux acolyte, le docteur Watson, qui est près d’emménager avec son épouse et a donc parfois la tête un peu ailleurs, ils vont vivre l’une des enquêtes les plus mystérieuses de leur carrière. Cette affaire va remettre en cause la misogynie de Sherlock Holmes et chambouler une partie de sa vie.

En savoir plus