Rusés, futés, malins, autant de qualificatifs pour un animal bien connu : le renard. Mais est-ce toujours le cas ? Ne se laisse-t-il pas prendre à son propre piège parfois, dans les albums de littérature de jeunesse ? Bien sûr que si ! Et toujours pour le plus grand bonheur des petits lecteurs. Voici une sélection hétéroclite, pour satisfaire tout le monde.

 

Le renard et la cigogne de Jean de La Fontaine et Isabelle Carrier, chez Bilboquet en 2005

« Compère le renard se mit un jour en frais, et retint à dîner commère la cigogne. Le régal fut petit et sans beaucoup d’apprêts : le galant, pour toute besogne, avait un brouet clair ; il vivait chichement. Ce brouet fut par lui servi sur une assiette : la cigogne au long bec n’en put attraper miette ; et le drôle eu lapé le tout en un moment. »

Comme vous l’aurez remarqué, on commence avec un grand classique. Le renard est régulièrement employé dans les fables de La Fontaine, avec toujours un rôle de rusé chenapan. Très tôt, les bambins vont étudier ces fables à l’école. En littérature de jeunesse, les reprises fleurissent donc. J’ai choisi Le renard et la cigogne parce que je ne voulais pas partir dans l’incontournable Le corbeau et le renard. Et cette adaptation, car elle convient dès le plus jeune âge. Le texte est revu pour aller à l’essentiel et simplifier le langage ; les illustrations sont aussi très adaptées aux petits : des collages de divers matériaux pour représenter les scènes. La fable originale est tout de même reprise en fin d’ouvrage pour découvrir le grand classique.

 

Lire plus