Il y a quelques mois mes parents sont revenus de vacances avec dans leurs bagages une petite surprise pour moi. Cette surprise, ils l’ont trouvée dans une superbe ville nommée Sarlat-la-Canéda en Dordogne qui, l’été, se transforme en véritable marché d’art. Et comme vous vous en doutez, puisque je vous en parle ici, la surprise était un livre : un album d’une soixantaine de pages nommé Tilo et les passeurs d’étoiles.

Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.

Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.


Ne cherchez pas Tilo et les passeurs d’étoiles dans votre librairie préférée, il n’y sera pas. Ne demandez pas à votre libraire préféré de vous le trouver, il ne pourra pas (et il s’en arrachera les cheveux). Pour la simple et bonne raison que Tilo et les passeurs d’étoiles est un album né du désir d’être hors-norme. Son auteur et son illustrateur ont choisi de ne pas se laisser entraîner par le marché du livre français ; ils se sont donc auto-édités et auto-distribués. Ils ne dépendent donc de personne. Cela leur laisse une grande marge de manœuvre et une indépendance qui fait plaisir aux yeux.

Côté scénario, nous partons sur les traces du cirque Dragon qui sillonne le monde depuis la nuit des temps pour distraire les gens. Tilo, la petite dernière de la tribu et la fille du chef, est ravie de faire partie de cette grande famille. Mais malheureusement, contrairement à tout son entourage, elle ne semble avoir aucun don pour le cirque. Pire, la peur se déclare chez elle à chaque fois qu’elle s’essaie au cirque alors que ce sentiment est étranger à tous. Jusqu’au jour où le cirque s’arrête dans un village isolé au plus profond d’une immense forêt. On dit ce village « hanté » par une vieille sorcière capable de résoudre tous les problèmes. Le père de Tilo y voit une manière de guérir sa fille et part rencontrer cette sorcière. Mais il se méprend sur les paroles de cette dernière et oblige Tilo à participer à la représentation du soir, persuadé que cela lui fera vaincre sa peur. Sans surprise, cela ne fera qu’empirer la situation et la jeune fillette prendra la décision de fuir dans la forêt. Guidée par un étrange compagnon, elle y découvrira la vraie valeur de la peur et trouvera un courage nouveau.

La troupe du cirque. Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.

La troupe du cirque.
Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.

L’histoire est très simplement racontée ce qui en fait une lecture familiale parfaite pour le soir. Sa narration m’a faite penser aux contes que l’on racontaient aux enfants au coin du feu lors des veillées de village. C’est d’ailleurs comme ça que l’on transmettait les contes jusqu’au 17ème siècle, et c’est ainsi que nous pouvons encore aujourd’hui profiter des histoires de Cendrillon ou du Petit Chaperon Rouge.
Savant mélange de fantastique et d’aventures, Tilo et les passeurs d’étoiles est agrémenté de pleines pages illustrées. Je dois avouer que si j’ai totalement accroché aux traits des animaux et à la technique de coloration, j’ai eu beaucoup plus de mal avec le dessin des humains.

Une de mes illustrations préférées : le dompteur de poisson rouge. Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.

Une de mes illustrations préférées : le dompteur de poisson rouge.
Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.

La peur est un peu le fil conducteur de l’album. Le but est d’appendre aux enfants que la peur n’est pas forcément un frein mais un sentiment qui entraîne le dépassement de soi. C’est l’un des messages qui est transmis dans ce livre. Car ce n’est pas le seul message que vous y trouverez. La protection de la nature, l’isolement social, ou encore la différence sont autant de thèmes qui sont abordés.
En tout cas, la production du livre est à saluer. La couverture est superbe et le papier est d’une qualité bien supérieure à nombre d’albums disponibles dans le commerce (d’où le prix plus élevé).

Cet album devrait donc plaire aux parents et aux enfants qui ont envie de rêver hors des sentiers battus  !

Pour acheter Tilo et les passeurs d’étoiles c’est par ici, ou si vous me lisez en période estivale, directement dans le centre de Sarlat-la-Canéda (ça vous fait une bonne excuse pour aller vous aventurer dans ce charmant village 🙂 ).

Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.

Source : Olivier Trotoux artiste illustrateur.

Bonne lecture les cocos !

Auteur: Raphaël Vignerot
Illustrateur : Olivier Trotoux
Site web
Facebook