Time Riders d’Alex Scarrow

Wiki-background

Qui n’a jamais eu envie de repousser l’heure de sa mort ? Qui n’a jamais eu envie de revenir en arrière pour effacer ses erreurs ? Vous pensez que c’est impossible ? Et pourtant, c’est la chance qui est offerte à trois adolescents, venus de trois époques très différentes.


Liam O’Connor aurait dû mourir lors du naufrage du Titanic en 1912.
Maddy Carter aurait dû mourir lors d’un crash d’avion en 2010.
Sal Vikram, enfin, aurait dû mourir lors d’un incendie en 2026.

Mais quelques secondes avant de périr, un mystérieux vieillard leur vient en aide et leur propose un marché : soit ils décident de mourir, soit ils rejoignent une étrange organisation. Pour les trois ados, le choix est vite fait.
Désormais, ce sont des time riders, des voyageurs du temps qui ont pour mission de contrôler le bon déroulement de l’Histoire. Car ils ne sont pas les seuls à pouvoir voyager dans le temps et certaines personnes sont bien moins intentionnées qu’eux. Leur première mission démarre sur les chapeaux de roue. Elle les conduira au cœur de la seconde guerre mondiale, au moment même où le Führer s’apprête à gagner la guerre et réduire le monde en esclavage. Mais est-ce vraiment le Führer que nous connaissons tous ?

Je ne dévoilerai pas plus l’intrigue pour la simple raison que ce serait vous gâcher le plaisir de lecture. Car oui, lire Time Riders est un plaisir, pour peu que le sujet vous intéresse. Ecrire sur les voyages temporels, c’est pourtant un pari risqué. Ecrire sur les voyages temporels pour les ados, c’est carrément suicidaire. Cela implique tant de variables qu’arriver à les expliquer clairement relève du miracle.

Le trio en question

Le trio en question

Attention je ne crie pas au miracle pour Time Riders, mais le fait est que l’intrigue tient véritablement debout. Tout est limpide d’un point de vue technique. L’Histoire (avec un H majuscule) est respectée même dans ses variantes. L’Histoire est un peu le moteur de toute la saga d’ailleurs. En prime d’une toile de fond bien fouillée, les personnages sont bien décrits. Chacun a son lot de défauts et de qualités qui seront exploités au profit de tous. Le tout servi avec de l’action. Une saga qui devrait donc ravir particulièrement les garçons, notamment les fans de Cherub (de Robert Muchamore, édition Casterman).

Pour ceux qui auraient peur de se retrouver perdu entre les personnages et les différents espaces temporels, pas de panique, l’auteur a pensé à vous. Tous les chapitres sont balisés ; et si par nécessité, on passe d’un personnage à l’autre au sein du même chapitre, c’est également indiqué.
La saga Time Riders se compose de 9 titres, dont 4 parus en poche en France.

$(KGrHqV,!iUF!scj,B95BQL3pYw4uw~~60_35

Les cinq premiers tomes en version originale

Et vous, si vous pouviez revenir dans le passé, quelle époque voudriez vous visiter ?

 

Le Recap’ :

Points positifs :

  • Une intrigue finement menée
  • Des personnages en adéquation avec leurs époques d’origine
  • On retrouve avec plaisir la Grande Histoire, et on peut même apprendre des choses

Points négatifs :

  • Un sujet qui peut en perdre plus d’un
  • Quelques temps morts dans la narration

Bonne lecture les cocos !

 


 

Auteur : Alex Scarrow
Editeur : Nathan
Date de parution : 01/2012
Public cible : à partir de 12 ans