Habitant près de Paris pour peut-être plus très longtemps, j’essaie cette année de profiter à fond des avantages que la capitale offre. Parce que oui, je n’apprécie pas Paris, j’avoue même volontiers que je ne suis pas objective quand je m’y promène et que je fais tout pour trouver des défauts là où je vais, mais je dois quand même bien reconnaître qu’une chose va me manquer quand je vais la quitter : son accessibilité à une culture et un art multiple, diversifié, hétéroclite et envoutant (bon et puis un petit peu les copines aussi :p ). J’ai fait plusieurs expos cet été, je compte bien aller admirer un spectacle lyrique dans chacun des opéras de la capitale d’ici la fin de l’année et je vais enfin retourner au salon de la littérature et de la presse jeunesse dans quelques semaines ! Je ne peux évidemment pas tout vous faire partager, mais un coup de projecteur sur ce qui concerne la littérature de jeunesse est essentiel !

Je vais donc vous présenter mes deux dernières visites culturelles autour de la littérature. Effectuées toutes deux le même jour et au même endroit (la BNF), elles méritent tout de même chacune leur article. On commence aujourd’hui avec la tant attendue exposition Tolkien, voyage en Terre du Milieu.

Il y a maintenant presque 1 an et demi, j’avais eu la chance de gagner une place pour une table ronde donnée dans les coulisses de la BNF avec pour thème Tolkien. Ce rassemblement de quelques fans de Tolkien nous donnait l’opportunité de nous exprimer sur notre rapport à cet auteur et son œuvre. Accompagnés de commissaires d’exposition, le but était de donner notre avis sur ce que l’on souhaiterait voir dans une potentielle exhibition qui parlerait de ce grand inventeur de l’imaginaire. J’avais gardé un très bon souvenir de cette rencontre et attendais avec impatience que cette rétrospective voit le jour. Depuis qu’elle est annoncée sur le site de la BNF, elle est d’ailleurs notée dans mon agenda et j’avais la ferme intention d’y aller pendant les vacances de Toussaint. C’est avec surprise et beaucoup d’excitation que j’ai reçu il y a maintenant quelques semaines, comme tous les participants aux tables rondes, une invitation au vernissage de cette exposition, qui s’est tenu 24h après son ouverture au public, le mercredi 23 octobre 2019 !

Bon, je l’avoue, je n’ai jamais lu la trilogie du Seigneur des anneaux jusqu’au bout… Cependant, j’ai lu Le Hobbit, vu tous les films tirés des œuvres littéraires et je connais surtout les œuvres pour la jeunesse de Tolkien. Monsieur Merveille et Les lettres du Père Noël sont mes romans illustrés préférés. Si vous n’êtes donc pas un inconditionnel des œuvres littéraires classiques de cet auteur, mais que vous aimez en général son talent d’artiste, rien ne vous empêche d’aller voir cette exposition, vous y trouverez largement votre compte.

En effet, cette expo est vraiment, vraiment, vraiment, très très bien faite. Rien à voir avec les déceptions qu’ont pu être les expos sur Harry Potter ou Game of Thrones. Ici, beaucoup d’éléments sont exposés, expliqués et tous sont très bien mis en valeur. Les commissaires se sont attachés à montrer l’ensemble de l’œuvre de Tolkien. Pas tout évidemment, mais une parcelle de chaque facette de ce génie littéraire.

Attention, que l’on soit bien d’accord, ceci est une exposition sur Tolkien et non sur les productions filmiques qui ont été tirées de ses écrits. Vous ne trouverez donc pas d’extraits de films ou de détails sur comment ils ont été tournés. On parle bien ici de l’homme qu’il était et de sa propre production.

Ainsi, vous pourrez y découvrir une généalogie de ses œuvres, mais aussi de sa vie, ses inspirations pour le Seigneur des anneaux ou le Hobbit, mais aussi pour ses œuvres pour la jeunesse. Vous prendrez également plaisir à découvrir le maître en linguistique qu’il était, son côté Professeur, Père, Dessinateur… En somme, des côtés que l’on connaît moins de lui.

Vous vous promènerez dans des salles remplies des illustrations qu’il a lui-même imaginées et dessinées, notamment pour les lieux qu’il avait inventés. Vous vous émerveillerez devant les nombreuses tapisseries reproduisant ces mêmes illustrations. Vous pourrez écouter des extraits d’interviews du maître pour mieux comprendre ses mécanismes de pensées et de création. Vous découvrirez de nombreux manuscrits sur des légendes et contes d’autrefois qui ont inspirés Tolkien. Vous ne vous lasserez pas d’admirer sa passion pour la calligraphie et la linguistique qui l’ont mené à être professeur dans ce domaine, mais également à créer toute une langue pour ses récits. Vous plongerez dans l’enfance en découvrant tout ce qu’il a fait pour la jeunesse. Enfin, vous direz merci à son fils Christopher qui a permis la publication de nombreuses œuvres posthumes pour encore mieux savourer l’esprit de son père.

En bref, si vous ne venez que pour voir des éléments sur les films fuyez, mais pour toutes les autres raisons (fans de littérature de fantasy, amoureux de calligraphie et linguistique, adorateurs de littérature de jeunesse, amateurs d’illustrations oniriques, chineurs de vieux manuscrits sortis des tréfonds de la BNF…) que vous soyez ou non fan de Tolkien, finalement vous pourrez trouver votre compte dans cette exposition !

Disponible jusqu’au 16 février, sur le site François Mitterrand, au tarif de 11€ (9€ tarif réduit), n’hésitez pas une seconde, cette exposition est tout simplement sublime !

Vous pourrez aussi repartir avec un souvenir, quelle que soit votre bourse. En outre les divers goodies et rééditions de toutes les œuvres littéraires de Tolkien, vous trouverez un catalogue de l’exposition pour 40€ (il vaut vraiment le coup mais je n’avais pas assez de sous), ou encore un album de l’exposition pour 16,50€ (celui-là, je l’ai acheté). Ce dernier est vraiment intéressant pour le prix, il reprend tous les encarts principaux qui présentent chaque salle visitée et les plus belles reproductions d’œuvres. Largement suffisant pour un super souvenir de cette expo.

Bonne expo littéraire les loulous !

N.B. : Toutes les photos sont les miennes, à part les trois montrant des prises de vues globales des salles de l’exposition. Ces dernières sont issues du facebook de Babelio qui a pu visiter l’exposition en avant-première et plus tranquillement. Leurs photos des salles sont donc plus sympathiques, car par truffées de monde dessus comme les miennes !