tome3 tome2tome 1Zombillénium, d’Arthur de Pins, 3 tomes, 2010 – 2013

Quel est le point commun entre un syndicaliste squelettique, des zombies en grève, une apprentie sorcière, un malheureux humain suicidaire et un patron buveur de sang ? Arthur de Pins, pardi.

Même si vous ne connaissez pas le nom de ce monsieur, vous connaissez forcément un de ses travaux. Si vous feuilletez de temps à autre, disons par exemple chez le coiffeur, des magazines populaires, vous avez pu apercevoir certaines de ses pubs ; si vous avez des enfants, vous retrouverez ses traits de crayons et d’humour dans la série Magic (diffusée sur France 3 et Canal J) ; et si vous n’êtes pas dans les deux précédents cas, ne cherchez plus vous avez déjà feuilleté ses ouvrages sur le sexe dans les rayons BD de la librairie du coin.

magic_01

« It’s a kind of magic », un générique très … « Queen »

 Mais aujourd’hui, je ne vais point vous parler de pub, de télé ou de sexe, non. Moi, je vais vous parler de Zombies (avec le Z majuscule parce que ça fait toujours plus classe). Qu’on se le dise, les zombies ça existe depuis pas mal de temps, ça existait même avant que le nom soit inventé (merci M. Romero qui a popularisé ce terme). Mais depuis peu, on en croise à toutes les sauces, que ce soit Walking dead ou encore World War Z et j’en passe, on en voit partout. Alors parler d’une énième BD de zombies est-ce vraiment intéressant ?

Oui, oui, oui et encore trois fois oui. Car, comme son nom ne l’indique pas, Zombillénium n’est pas qu’une BD de zombies. En tout et pour tout, les zombies doivent tenir la vedette sur deux planches. Mais séchez vos larmes, vous les fanas de morts-vivants, Zombillénium a bien plus à vous offrir.

L’histoire de Zombillénium est celle d’un sinistre parc d’attraction du Nord de la France (oui le même Nooord que Danny Boon). Tout y est, l’ambiance Halloween tout au long de l’année, les trains fantômes qui font rire, et les employés super biens déguisés. Oui sauf que voilà, ce ne sont pas des déguisements. Tous les employés sont des créatures fantastiques : homme invisible, zombie, loup-garou, vampire, momie, tous sont liés dans un contrat post-mortem au parc. Aurélien, l’humain sympathique, mais un poil dépressif, l’apprend à ses dépends lorsqu’il se fait engager sur un malentendu. Et avec son arrivée, c’est tout le parc qui est chamboulé.

 zombillenium22

Délicieusement marrant et attachant, Zombillénium est LA bande dessinée à lire quand on est déprimé. Des personnages, en passant par les arrière-plans, et les petits clins d’œil à la culture pop, on ne s’ennuie jamais, et on n’a qu’un seul regret : que les tomes soient trop petits.

Zombillénium c’est, pour l’instant, trois tomes au style très soigné et au scénario impeccable. Arthur de Pins appréhende avec classe, finesse et sincérité un thème si délicat, celui de la mort. Si les deux premiers se lisent sans réelle continuité entre eux, le troisième quant-à lui appelle à une suite et au développement de l’intrigue. C’est aussi le tome le plus joyeusement sombre. Les affaires vont devenir sérieuses ….

Le recap’ :

Points positifs :

  • Des illustrations soignées et très détaillées
  • Des personnages hauts en couleur et très attachants
  • Une intrigue raffinée qui laisse présager un avenir radieux

Points négatifs :

  • Ça se lit trop vite (mais une deuxième lecture permet de capter tous les clins d’œil alors autant en profiter)
  • Tout petit spoiler : on s’attache tellement aux personnages que quand l’un d’eux disparait ça fait drôle (âme sensible, préparez des mouchoirs !)
  • Le deuxième tome pourra paraître fouillis à certains avec ses nombreuses histoires secondaires.

Petit bonus (parce qu’on vous aime bien) :

Si l’histoire et le trait de crayon vous disent encore quelque chose, c’est aussi parce que Zombillénium a été adapté en … clip vidéo. Avant la sortie d’un film prévu pour 2015, Arthur de Pins a donné vie à ses personnages en collaboration avec Skip the Use. Une collaboration qui ne fait que commencer puisqu’on retrouvera le groupe lillois à la bande son du film. En attendant, montez le son !

Salut les cocos !